Dis papa, l'outplacement c'est quoi ?

Tout...ou presque tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'outplacement... sans oser le demander. Un peu d'histoire et les principes de base.

Outplacement ? Outsourcing ? Des mots entendus çà et là dont personne ne sait réellement ce qu’ils veulent dire…et que l’on confond parfois. Héritage des Américains qui ont inventé l’outplacement dans les années soixante. Rarement terme n’a été aussi peu approprié. Au départ, dans une période de plein emploi, il s’agissait essentiellement d’aider des cadres supérieurs qui quittaient leur entreprise après parfois trente ans de bons et loyaux services à retrouver un job à l’extérieur.
Ceux-ci n’avaient jamais eu besoin de chercher de travail et ils n’avaient pas la moindre idée de la manière dont ils devaient s’y prendre. Et lorsqu’ils rencontraient un chasseur de têtes ou un employeur potentiel, cela se voyait ! Certains professionnels du recrutement ont imaginé qu’en accompagnant ces cadres et en les formant à cette démarche de recherche d’emploi, ils gagneraient du temps et en feraient gagner à leur client. Et accessoirement de l’argent en facturant la prestation…aux entreprises qui s’en séparaient.

L’outplacement était né. Longtemps réservé à une élite – celle du statut et de l’argent -, le métier a évolué. Les premières crises économiques sont passées par là et les entreprises ont fait appel aux cabinets d’outplacement pour accompagner leurs restructurations. Aux États-Unis d’abord, en Europe ensuite, puis un peu partout dans le monde, des centaines de milliers de salariés ont bénéficié de ces mesures d’aide lors de fermetures de sites ou de réductions drastiques des effectifs de leur entreprise. Et comme dans ces contextes il était difficile de mettre en place des mesures d’accompagnement personnalisé pour tous, les professionnels du métier ont développé l’outplacement collectif.
Aujourd’hui, le métier a évolué. Si les entreprises ont la plupart du temps le réflexe de recourir à l’outplacement collectif lors de leurs restructurations, elles ne proposent une démarche d’outplacement individuel à leurs cadres sortants qu’à dose homéopathique. Mais comme chacun sait l’homéopathie a d’indiscutables effets curatifs !

Mais alors, l’outplacement, en quoi cela consiste-t-il ?

L’outplacement ? Tout sauf… une démarche de recrutement. Le consultant en outplacement n’est pas chasseur de têtes et il n’est mandaté par aucune entreprise pour rechercher un profil particulier.
Tout sauf…une démission de l’employeur face à ses responsabilités. La plupart des entreprises qui prescrivent un outplacement – eh oui, on rédige même des ordonnances pour des traitements homéopathiques ! - ont la volonté d’accompagner leurs salariés dans leur sortie pour les aider à rebondir dans de meilleures conditions. Cela fait partie de leur responsabilité sociétale.

L’outplacement ?
Plutôt… un coaching de transition où les bénéficiaires seront eux-mêmes les acteurs de leur propre changement. Un moment pour tourner la page de leur précédente entreprise et construire les conditions d’un retour à l’emploi plus rapidement.
L’outplacement, pour qui ? A quelques (rares) exceptions près, ce sont les cadres et les dirigeants qui bénéficient d’une démarche d’outplacement individuel. Philosophiquement discutable…économiquement défendable ! Pour fixer les idées, disons que l’outplacement individuel est à la chasse de têtes (approche directe de cadres) ce que l’outplacement collectif est au recrutement par annonce.

Ce qui a changé :
Il ne s'agit plus simplement de retrouver un job de manière classique, mais de réaliser l'importance de changer de posture pour comprendre les problématiques de ses interlocuteurs et adapter sa recherche aux nouveaux modes de recrutement intégrant le web 2.0 (réseaux sociaux, e-réputation, identité numérique).

Mais c'est une autre histoire... pour une prochaine chronique.


Autour du même sujet