Le "forcing optimiste" ou comment Voltaire peut inspirer les commerciaux

En ces temps économiques chahutés, rien de tel que de puiser dans Candide, des enseignements commerciaux pleinement opérationnels. Rien de tel que les Classiques...

L'optimisme est une discipline soumise à rude épreuve...

VoltaireCandidFrontis+Chap01-1762

L'épreuve de Candide

De Pangloss à Candide :

« Tous les évènements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles ; car enfin si vous n’aviez pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l’amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n’aviez pas été mis à l’Inquisition, si vous n’aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n’aviez pas donné un bon coup d’épée au baron, si vous n’aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d’Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. – Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. »

Extrait du conte philosophique « Candide ou l'Optimisme, Voltaire – Janvier 1759 » (PDF à télécharger en fin d'article)

La doctrine philosophique optimiste, venant de l'Essai de Théodicée (Leibniz), invite à penser que tout est bien dans le meilleur des mondes « possibles », le mot possible ayant été ajouté par Voltaire suggérant ainsi, à l'instar de Leibniz, qu'il ne croit pas à une perfection absolue du monde.

Comme Candide, nous rencontrons tous, dans nos vies de tous les jours, des événements à propension négative, plongeant ainsi nos extraordinaires amas neuronaux dans un désarroi plus ou moins momentané. Les pessimistes ne ratent pas seulement des opportunités, mais manquent aussi toutes les portes déjà ouvertes.

Lors d'une précédente publication (cf. : Tali Sharot : Le parti-pris de l'optimisme ou encore Capacité de projection: une question de point de vue), j'évoquais l'impact direct de l'optimisme sur notre capacité de projection, et donc l'ouverture à la transformation de nos ventes. Aussi, aujourd'hui, je voudrais étayer mon propos et vous inviter au forcing optimiste (je vous rassure, je ne vais pas vous proposer de porter des lunettes roses en scandant - peace & love -)!

L'interprétation et la lecture typologique de votre client sont simplement primordiales. Si votre filtre perceptuel est bloqué à votre seul niveau et ce dans une spirale négative, vous risquez d'interpréter votre client de façon négative et ainsi laisser place à la règle de l'effet papillon et donc libre cours à l'interprétation. A contrario, le forcing optimiste génère de nouvelles sources de richesse et donc de nouvelles opportunités.

Voltaire_278Concrètement :

Semaine difficile. La grippe m'a cloué quelques jours au lit. Un accident de voiture m'a un peu secoué. J'ai appris la maladie grave d'un proche. Les infos à la radio ne parlent que de récession économique, du chômage, de perte de pouvoir d'achat, de l'augmentation des taxes, des fraudes à la viande de boeuf, des catastrophes au Mali et en Syrie, ... et de Splash, la nouvelle émission décérébrante de TF1.  Ainsi, en perte d'énergie, la morosité à vite fait de s'emparer des esprits.

Pourtant...

11H04 3°c- Un froid hivernal me gifle et entretien une douleur sournoise et lancinante. De la main droite j'actionne la poignée de la porte d'entrée et me précipite à l'intérieur. Une fois la porte correctement refermée, je balaie du regard ma nouvelle surface de vente temporaire : personne. Pas un bruit, pas un souffle.

11H07
Une personne entre, le balai à la main, me salue à peine. D'un ton qui se veut le plus chaleureux et positif possible, je lance un grand « Bonjour ». La personne incline la tête et disparaît, l'air tracassé lui tenant au corps.

11H09
Cette même personne réapparaît. D'un regard toujours mêlé d'intrigue et d'inquiétude, elle me lance : « Mon mari va arriver, il aura 15 minutes de retard ! ». Sans décontenance aucune, je la remercie vivement et exclus tout caractère pouvant assombrir ma posture ou pire encore: mes propos. Habillé d'un sourire toujours plus ouvert et chaleureux, je la regarde à nouveau disparaître.

11H11
La patronne de l'établissement, ayant abandonné son balai et ses tracasseries, m'aborde avec un léger sourire et me propose un café. Elle s'excusa une nouvelle fois pour le retard de son mari.

11H15
La patronne croise le patron. D'un simple regard échangé, appuyé de quelques mots, ils s'accordent à penser que j'ai l'air sympathique et communicatif, bien loin des loups de basse-cour aux dents longues que l'on peut croiser habituellement dans les méandres du métier de commercial.

11H16
Le patron de l'établissement entre. Le sourire aux lèvres, il s'excuse et, d'un air tout à fait confiant et détendu, m'invite à m'installer directement dans son bureau.

12H37
Le patron, après avoir apposé sa signature sur le Sésame qui lui rendra bien des services, prit congé afin de rejoindre son épouse à la cuisine : le restaurant de l'hôtel était bondé et son savoir-faire allait une fois encore régaler plus d'un épicurien.

En conclusion :

Candide enrôlé de force dans l'armée bulgare, à rencontré la boucherie de la guerre, la faim, la maladie, la perte d'êtres chers, les séismes, l'autodafé, la traîtrise... et j'en passe. Pourtant, celui-ci se tient bien à l'écart de l'utopie, et se bat constamment contre l'impression d'adversité.
Ainsi, l'enseignement commercial de Candide est qu'en cultivant l'optimisme, même forcé, permet de créer des opportunités qui, sans cette énergie, n'auraient jamais vu le jour. Plus le forcing optimiste est maintenu, plus l'optimisme gagne du terrain dans vos résultats !
Ainsi, gardez en mémoire que... la course est constante, le travail primordial.

Autour du même sujet