Formation linguistique des salariés : les entreprises comprennent-elles vraiment les enjeux ?

J'ai récemment eu une conversation avec le responsable formation d'une grande multinationale française du CAC 40 sur la formation linguistique et la façon dont sa situation évolue, ou plutôt se détériore. Voici quelques éléments de réflexion sur le sujet.

Des budgets serrés

Les budgets alloués à la formation ont été frappés de plein fouet par la crise. Les acheteurs sont désormais les principaux décisionnaires de la sélection des organismes de formation. Un acheteur m'a confié officieusement que le prix était le facteur déterminant pour son entreprise, qui remplaçait certains fournisseurs fiables par des solutions plus économiques et de qualité moindre. En fin de compte, qui en subit les conséquences ? Le stagiaire, qui est contraint d'accepter des solutions de formation qui ne correspondent pas à ses besoins réels, et les formateurs, dont la rémunération en pâtit.

Des programmes plus courts

Au cours des 10 dernières années, les programmes se sont raccourcis d'environ 50 %. Cela exige inévitablement d'accepter des compromis sur les progrès réalisés, les programmes s'achevant souvent avant que les besoins des stagiaires n'aient été satisfaits. L'organisme de formation est incapable de garantir des résultats dans le cadre de ces programmes courts,  et les stagiaires sont frustrés lorsque ceux-ci s'achèvent. La formation linguistique est comparable à l'apprentissage d'un instrument de musique ou à une pratique sportive : même avec un investissement en dehors des cours, on imagine difficilement qu'un stagiaire ait réalisé des progrès concrets après 20 heures de cours de piano ou d'entraînement sur un parcours de golf.  

Blended learning et e-learning

Lorsqu'elle est utilisée comme un outil de travail personnel, je suis d'avis que la formation en ligne peut participer aux progrès d'un apprenant. Mais lorsque son seul objectif est de réduire le coût de la formation en remplaçant les cours en présentiel, son intérêt pour la formation linguistique est très limité.
Quant au blended learning, un grand nombre de responsables formation ont été déçus par le manque d'investissement des stagiaires dans la composante e-learning des programmes d'une part, et par l'engagement limité des formateurs à faire correspondre les contenus de la plateforme en ligne avec l'enseignement proposé en classe d'autre part.
L'argument de vente, avancé par un grand nombre de fournisseurs de formation linguistique, prétendant que l'e-learning responsabilise l'apprenant face à ses résultats, ne résiste tout simplement pas à l'examen.

Organisation et administration de la formation linguistique

En France, la majorité des services formation sont en sous-effectif. La formation est ainsi organisée par un personnel restreint disposant de moins de temps pour se préoccuper des programmes, des objectifs et du déroulement de la formation. La quantité de formalités administratives nécessaire à la réalisation d'un simple programme est devenue kafkaïenne. Les rapports de formation, et les recommandations qu'ils proposent, sont rarement lus par les cadres, bien que du temps et des moyens aient été consacrés à répondre à un problème.
La formation en langue se déroulant généralement dans des créneaux horaires plus restreints (entre 30 minutes et 3 heures), son organisation demande plus de temps et d'efforts. Les emplois du temps se sont étirés, et les entreprises exigent souvent de leurs employés qu'ils se forment en dehors des heures de travail, à des moments où la fatigue se fait sentir et l'apprentissage est plus difficile.
La législation française et les organes de collecte fiscale spécifiques à la formation ont engendré un cauchemar administratif pour les départements et les organismes de formation. Un responsable formation m'a confié qu'il consacrait 80 % de son temps à la gestion administrative de la formation, et seulement 20 % à la conception et à l'organisation de programmes de formation.

Quelques solutions simples

Il faut que les services des RH réévaluent le personnel nécessaire à la gestion efficace des services formation. La direction des ressources humaines et les responsables de formation doivent considérer la formation linguistique comme un investissement, et non comme une simple dépense. Il est indispensable que les responsables formation et les managers prennent le recul nécessaire pour identifier qui a vraiment besoin d'une formation linguistique.
  • Quel type de programme de formation correspond à leurs besoins ?
  • Quelle est l'étendue de la formation nécessaire au stagiaire pour être opérationnel ?
Les démarches administratives aberrantes doivent être supprimées.  Quant aux acheteurs, ils doivent mener leur mission à bien : recruter des fournisseurs de qualité en négociant des accords gagnant-gagnant.
Il est temps  de réaliser que lorsque l'on rémunère une formation en monnaie de singe, il ne reste plus qu'à se raccrocher aux branches pour en tirer un quelconque bénéfice.
 

Autour du même sujet