11 outils pour systématiser votre excellence personnelle

La différence fondamentale entre ceux qui réussissent à optimiser leur productivité et leur niveau d’excellence personnelle et ceux qui sont victimes des urgences, c’est que les derniers pensent que tout ira bien et qu’ils n’auront pas besoin de prendre des dispositions et d’utiliser des outils pour catalyser leur efficacité.

Vous ne pouvez pas laisser votre excellence personnelle au hasard et au gré des urgences. Vous devez créer un cadre pour l’optimiser. Alors, si vous pensez que c’est nécessaire pour vous de systématiser votre productivité pour améliorer vos chances d’efficacité, les outils suivants devraient  vous être utiles.

1. La fiche de votre but dans la vie

Rappelez-vous ce que disait Steve Jobs: « La vie est trop courte pour que vous la passiez à vivre le rêve d’une autre personne ». Mais comment en vient-on à tomber dans le piège de vivre le rêve d’autres personnes ? Lorsqu’on ne se donne pas un but dans la vie. Il semble bien que chacun d’entre nous est sur terre pour accomplir une mission particulière. Ceux qui arrivent à produire des niveaux de résultats uniques et extraordinaires sont ceux qui ont répondu aux questions existentielles suivantes :
  • Pour quoi je suis né ?
  • Pour quoi je suis sur cette terre ?
  • Qu’est-ce que je dois passer ma vie à réaliser et à poursuivre ?
  • Que retiendra-t-on de mon existence sur terre et comment je dois penser et agir désormais pour y arriver ?
  • Qu’est-ce qui est si déterminant pour moi au point où je serai tout heureux si je peux passer le reste de ma vie  à le faire ?
Pour une personne ça peut être : « Laisser le monde meilleur que je ne l’ai trouvé », pour une autre ce sera « Transformer la vie des gens, servir, aider et aimer » ou encore « Léguer une planète vivable à la postérité », « Partir un jour avec la conscience libre que j’ai utilisé tout mon talent pour opérer les transformations que je devais les utiliser à opérer », ou encore « Inspirer les autres à devenir financièrement indépendant en étant moi-même un modèle pour eux », « Egayer et partager le bonheur que vivre sur terre peut procurer à travers l’expression plénière de mon art musical».
La bonne nouvelle pour ceux qui ont réussi à définir des buts pareils, c’est qu’ils deviennent (leurs buts dans la vie deviennent) l’essentiel autour duquel ils orientent et organisent leur vie.
La concentration étant la clé de l’expression efficace de soi et de l’excellence, ils en viennent ainsi à produire des résultats remarquables. Alors savez-vous ce que vous allez passer le reste de votre vie à faire et qui vous donnera l’occasion d’exprimer tout votre talent avec dévotion et mourir un jour avec le sentiment de vous être occupé à réaliser ce qui importait vraiment pour vous?

2. La liste de vos objectifs sur 5 ou 10 ans

L’importance de la liste de vos objectifs, c’est qu’elle va vous servir (tout au moins de référence). Réussir, quelques parts, c’est avoir atteint certains objectifs que l’on s’est fixés. La plupart des gens ne savent pas où ils en sont dans leur vie. Ce qui est normal puisque la plupart ne savent pas où ils vont ni les objectifs qu’ils doivent travailler chaque jour à atteindre. C’est ainsi que les années et les décennies passent et ils ne peuvent pas dire clairement s’ils sont en train de progresser.
Il n’y a rien de plus décevant que de regarder la liste de vos objectifs et de vous rendre compte de ce que vous n’avez pas atteint les objectifs « ambitieux » que vous avez eu le courage de fixer.
Peut-être que c’est pour cette raison que la plupart des gens ne veulent pas prendre la peine d’en fixer. Mais en même temps, il n’y a rien de plus efficace, que d’avoir votre liste d’objectifs, ensuite prendre vos objectifs un à un et commencer à les travailler avec concentration et méthode et revenir à chaque fois pour vous rendre compte de ce que vous n’avez pas mal fait de les citer. Mettre vos objectifs par écrit, agir en conséquence et vous évaluer ensuite constituent la meilleure façon de tirer le meilleur de vos talents et de vos ressources et briller en toute excellence. Alors qu’est-ce que vous devez être en train de réaliser d’ici 5 à 10 ans du point de vue de la famille, de la santé et du bien-être, de la fortune et de votre carrière, de votre expertise et de votre capacité d’influence pour être vraiment comblé ?

3. Un plan stratégique personnel

Qu’est-ce qu’un cadre d’entreprise a-t-il à avoir avec un plan stratégique et surtout si c’est un plan stratégique personnel ? La question mérite d’être posée. Mais pas sans la suivante : Sont-elles plus orientées résultats et excellent-elles plus, les entreprises qui ont un plan stratégique avec une conscience de leurs forces, faiblesses, opportunités et menaces, des valeurs clarifiées et vécues, des orientations claires, des initiatives et actions prioritaires, des indicateurs de performances, des objectifs outrageusement audacieux (à atteindre à terme), des chiffres critiques qui leur permettent de savoir si elles sont dans le bon tempo, un système et un rythme de travail pour atteindre et dépasser les indicateurs de performance ?
Selon Jim Collins, auteur de « De la performance à l’excellence », la réponse est oui. C’est certain donc que les cadres qui ont un cadre stratégique personnel clair passeront plus aisément de la productivité à l’excellence que les autres. Ceux qui pensent que ce n’est pas nécessaire sont ceux qui pensent que les entreprises ont besoin d’une comptabilité, d’indicateurs de performances à suivre et des états financiers de clôture de période et que les particuliers n’en ont pas besoin. Votre plan stratégique sur une page sera votre meilleur compagnon pour devenir un homme d’excellence.

4. Un plan de croissance personnelle

Vous pouvez systématiser votre formation et votre croissance personnelle et professionnelle. A quoi cela revient-il ? Cela revient à identifier clairement vos objectifs d’optimisation d’expertise et justement les expertises/compétences que vous voulez acquérir et renforcer pour une période donnée en vue d’être en mesure d’exécuter avec plus de maîtrise et d’efficience certaines tâches.
Une fois que les objectifs et les compétences à acquérir et à renforcer sont identifiés, vous devez savoir exactement les livres, CD, DVD et formations/conférences à suivre pour connaître de la croissance.
Il s’agit ici d’être stratégique et systématique par rapport à votre formation personnelle à l’opposé du fait de lire un livre parce que c’est le livre que tout le monde lit, par curiosité intellectuelle ou de participer à une formation parce que vous êtes sur la liste des personnes désignées.

5. Votre rituel journalier

Comment réussir à contrôler vos journées au lieu de les laisser vous contrôler ? Grâce à la définition de blocs d’actions à engager chaque jour. Par exemple, les familles ou foyers où on a ritualisé les repas et on sait ce qu’on mange du lundi au dimanche se posent moins la question : « On mange quoi ce soir ? ». Un peu de flexibilité d’accord mais « On mange quoi ce soir ? » peut devenir très stressant.
Créer votre rituel journalier revient à quelque chose de pareil. Vous aurez un million de réunion et de e-mails urgents dans la journée mais vous devez définir un enchainement de tâches pour chaque jour en laissant de l’espace bien sûr mais en ne passant surtout aucune journée sans avoir exécuté et passé en revue votre rituel. Il s’agit de définir un processus pour chaque journée et  l’organiser d’une certaine façon précise pour atteindre certains résultats précis. Je peux vous dire que c’est efficace.

6. Un plan d’attaque pour chacun de vos projets prioritaires

Nous systématisons et présentons des plan de projets pour les projets d’entreprises mais quand il s’agit de notre vie personnelle, nous pensons que nous n’en avons pas besoin. N’ayez pas peur d’être systématique. Il faut un plan d’action pour tout objectif ou projet à atteindre et c’est valable pour vos objectifs et projets personnels. Vous n’avez pas besoin d’exception.
Systématisez. Même pour un barbecue, ayez un plan d’action (d’ailleurs vous en avez souvent dans ce cas). Ayez systématiquement un plan d’attaque et vous verrez que vos résultats seront souvent largement  différents et meilleurs que ce que la plupart des gens ont.

7. Votre feuille de travail sur 90 jours

Si vous avez un niveau de responsabilité très poussé au sein de votre entreprise ou organisation, vous savez probablement quelles sont vos échéances clés pour les 90 prochains jours sur le plan professionnel.
Ça devrait être la même chose sur le plan personnel. Si ce n’est pas le cas, vous devez les définir et les systématiser. Les entreprises publient des résultats trimestriels et ont de ce fait des priorités trimestrielles. Pour systématiser votre efficacité personnelle, vous devez définir des priorités trimestrielles et ensuite les actions, initiatives ou projets clés que vous devez avoir engagé à des dates précises (vos échéances) au cours des 12 semaines de chaque trimestriel pour faire passer vos résultats à un niveau supérieur.

8. Votre fiche de productivité hebdomadaire

Une fois que vous savez ce que vous devez faire au cours des 12 semaines d’un trimestre donné, vous devez élaborer votre fiche de travail hebdomadaire afin de produire chaque semaine la part de résultat nécessaire de sorte que l’agrégation vous permette de réaliser les résultats prioritaires du trimestre.
Il ne devrait pas y avoir de surprise en fin de trimestre ni en fait d’année si on fait attention à ne pas avoir de surprises de chaque semaine. Les entreprises ont des fiches de production hebdomadaire. Je pense que vous devriez en avoir une vous-aussi. J’en ai une qui me permet de systématiser et d’optimiser ma productivité.

9. Votre fiche d’évaluation quotidienne

Une fois que vous avez votre fiche de production hebdomadaire, il faut affecter à chaque jour de la semaine sa part d’objectif. Produire un rapport de 10 pages pour la fin de semaine suppose 2 pages par jour ou si vous préférez être à 100 % le vendredi pour le rapport suppose être à 20 % le lundi (préparation, collecte d’information, analyse, synthèse et rédaction et correction comprises). Parfait. Vérifiez si le lundi soir vous êtes à 20 %, le mardi soir à 40 %. Il est vrai que certains espèrent en général être à 10 % le jeudi et se concentrer pour fournir les 90 % restant le vendredi.
C’est un autre système certainement. Mais si vous ne progressez pas chaque jour, il n’y aura pas de surprise à la fin de la semaine, ni à la fin du mois ni à la fin du trimestre encore moins à la fin du trimestre. C’est tous les jours que l’évaluation et les réajustements devront se faire. Si vous attendez le jour suivant, ça s’accumulera.

10. Votre tableau de suivi et de renforcement de vos bonnes habitudes

L’autre chose que vous devez systématiser c’est le développement de nouvelles bonnes habitudes.
La première fois où j’ai parlé de fiche de suivi et de renforcement des nouvelles bonnes habitudes, j’ai entendu quelqu’un dit : « l’habitude est une seconde nature » et que c’est naturellement que les habitudes se prennent. Ne tombez pas dans ce piège. Tenez un tableau pour les habitudes que vous devez renforcer chaque jour.
Au début de chaque jour rappelez-vous les habitudes que vous devez renforcer et à la fin de la journée du lundi, cochez dans la colonne du lundi si vous avez renforcé l’habitude ainsi de suite jusqu’au dimanche. Ensuite reprenez le cycle la semaine suivante. J’ai développé plus rapidement de bonnes habitudes ainsi.

11. Votre fiche de "latte factor"

J’ai appris cette méthode de David Bach, auteur du livre Le Millionnaire Automatique. La fiche du "Latte factor" en référence au café proposé par la chaîne Starbucks permet de mesurer les gaspillages financiers que nous faisons chaque jour et d’actualiser leur valeur pour voir ce que cela aurait pu donner si c’était investi sur 10 ans, 20 ans ou plus.
C’est simple. Vous mettez dans une colonne toutes les dépenses de la journée, ensuite pour chaque dépense, vous vous demandez : « Était-ce un gaspillage ? ». Si c’est un gaspillage, vous mettez le montant comme gaspillage. Si la totalité n’était pas un gaspillage mettez la part qui l’était. Exemple, un déjeuner de 50 euros n’est pas un gaspillage mais il est possible que vous ayez dépensé 10 euros, 20 euros ou 30 euros de trop ainsi suivant votre sensibilité économique. Ensuite, vous additionnez tous les gaspillages. A la fin du mois, vous faites le total mensuel, ensuite le total annuel. Vous ne pouvez pas imaginer. J’ai pris conscience de mes gaspillages financiers et les ai limités ainsi.

Autour du même sujet