L’art du leadership

Vous êtes cadre, manager, vous exercez auprès d’hommes que vous dirigez. Dans cette rencontre entre vous et toutes ces individualités se nichent souvent conflits, tensions, incapacité à potentialiser la réussite de certains. Le leadership est l’outil à se donner pour avancer gagnant.

Le terme de leadership désigne la capacité d’un individu à faire avancer et évoluer des hommes vers un but, un objectif commun. Il n’ordonne pas, il inspire. Si cette définition fait rêver, il est à présent plus que prouvé que le leadership est une qualité qui, si on ne l’a pas naturellement, peut s'acquérir.
C’est un atout à se donner.
Pour cela trois variables sont à intégrer comme partie prenante de votre personnage professionnel : inspirer, communiquer, potentialiser.

Inspirer la visée de chacun

Steve Jobs illustre par excellence cette notion de leadership. L’entreprise Appel le prouve par son omniprésence en terme de pouvoir économique mondial. Il a fait de son affaire une mine d’or alors que parti de rien. Sans fonds, et avec comme premier vecteur de réussite son cerveau, il a su potentialiser son entreprise. La première aptitude de cet homme était d’inspirer les autres, ses équipes, ses collaborateurs, de les amener à croire en lui, et en eux.Loin d’utiliser, pour avancer, les outils du management de base, il est de ceux qui ont inventé un nouveau style de management.
Il ponctuait ses discours de phrases inspirant à chacun l’élan personnel de se réaliser avant de réaliser des objectifs communs. Chacun pouvait se sentir pris dans un mouvement où la conscience de sa propre valeur lui servait de socle, de sécurité. « Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. Voulez-vous passer le reste de votre vie à vendre de l’eau sucrée, ou voulez-vous changer le monde ?  », disait Steve Jobs. Avant tout il véhiculait une image de passionné, ce qui contribuait à ce qu’autant de personnes le suivent, croient en lui. 
D’autre part, en sélectionnant ceux qu’il choisissait pour travailler au sein de son entreprise, Steve Jobs, prenait toujours soin de repérer des personnalités hors-pair. Des outsiders surqualifiés que personne n’engageait. Cet exemple doit nous inspirer sur deux points. En premier lieu, la nécessité de se fier à sa passion pour donner de l’ambition à ceux que vous leader. Le deuxième point est de miser sur des individus avant de miser sur un produit ou sur un marché à séduire.Je m’explique : vous aurez beau vendre le plus beau des produits, ou la plus innovante des performances, si vos employés les vendent mal, si vos commerciaux ne sont pas convaincus, si sur l’échelle hiérarchique, à un moment ou à un autre, quelqu’un n’y croit plus, c’est toute votre construction qui est ébranlée.
Mais miser sur le talent de vos équipes, c’est bâtir un édifice fait pour durer. Car ce qu’on verra en premier de vous et de votre entreprise, ce sont des gens talentueux qui vendront votre produit, qui vous représenteront.
Pour ce faire, soyez présent lors des entretiens d’embauche, et au-delà des CV apprenez à cerner des individualités créatives et passionnées plutôt que des profils plus scolaires.

Leadership et communication

Pour transmettre votre vision des objectifs à atteindre, vous devez savoir les exprimer vous-même, en être convaincu. Vous devez aussi dans votre manière d’aborder les différents sujets être à l’écoute de vos employés. Planifiez en prenant en compte la dimension psychologique et humaine de ceux qui vous écoutent et adaptez votre message dans ce sens.
Concrètement, cela veut dire quoi ? Mondialisation, restructuration au sein de l’entreprise, rendement plus élevé, il y a mille et un facteurs qui poussent un chef à restructurer ses équipes, à revisiter les objectifs, à communiquer sur sa manière de travailler et sur son entreprise. La communication est ce à quoi il faut veiller pour que tout le monde vous suive. Communiquer avec leadership, c’est avant tout créer de la compréhension autour des nouvelles procédures à mettre en place. C’est instaurer un suivi de ces changements, de façon à ce que chacun ait envie de faire savoir à sa hiérarchie ce qu’il en est, comment cela marche… ou ne marche pas.
La manière dont vous transmettez un message à vos équipes joue sur l’énergie et le potentiel qu’elles vont mettre en œuvre pour atteindre vos objectifs. Travailler sa communication est donc extrêmement important. Cependant, le faire de manière superficielle serait une erreur, car en subliminal, vous enverriez un message contraire. Avant chaque prise de parole, travaillez votre discours en l’axant surtout sur les points dont vous êtes convaincu. Pour le reste, soyez uniquement factuel (changement, procédure contraignante à mettre en place etc.) et essayez autant que possible de faire passer à ceux qui vous écoutent que vous avez conscience des problématiques que cela crée pour chacun mais que vous les voyez réussir.
Le travail à faire en amont sur le message que vous souhaitez transmettre  est à prendre sur deux axes : le message factuel qui est transmis de manière brute, choix des mots, contexte où ces mots sont prononcés. Et aussi ce qui passe de manière subliminale dans vos attitudes, dans votre position de voix et qui dessine les contours du message émis à vos interlocuteurs.
Même si vous avez des craintes, même si vous sentez de la désapprobation dans l’air, continuez à transmettre une image forte et convaincue.  Si vous laissez transpirer vos réactions émotionnelles négatives, vous risquez de déclencher en effet miroir le même genre de réaction au sein de votre personnel. Pour être constructifs, la communication fait office de moteur.
D’autre part, dans la transmission du message, prenez bien en compte que ce que vous allez dire va dépasser le simple réseau des employés concernés, pour bientôt se propager dans toute la sphère professionnelle de votre entreprise. Il est donc préférable, lorsque vous communiquez, de n’exclure personne. Intégrez aussi bien les employés concernés que ceux qui, en périphérie, travaillent également sur vos objectifs communs, même si c’est dans une moindre mesure.
En outre, soyez toujours et avant tout factuel, précis, exposant vos directives avec rigueur, apportant vos explications avec exactitude et  en détails. Plus vous serez flou, plus les quiproquos trouveront à se loger entre vous et vos équipes.
Enfin pour leader des hommes, vous devez agir en respectant ce que vous imposez comme modèle à suivre. Vous demandez de la transparence ? Montrez-vous transparent ! Vous souhaitez plus d’investissement de vos employés ? Montrez-vous intéressé par ce qu’ils vivent eux-mêmes sur le terrain.
Pour inspirer les autres, il faut être convaincu que tout ce que l’on fait, on le fait bien. Pour conduire des hommes, il faut susciter leur confiance ; sans ce lien essentiel, vous aurez beau avancer, personne ne vous suivra, on se contentera d’effectuer un travail et de rentrer chez soi sans investissement ni passion.

Leadership