10 conseils pour apprendre mieux et plus vite

Apprendre mieux pour apprendre plus et plus vite et pour travailler mieux… voilà quel devrait être notre idéal depuis l’école ou le collège. Voici les dix conseils d’un administrateur civil ENA, professeur et Président de jurys (Concours administratifs et grandes écoles – formation continue) pour apprendre mieux.

Avec la sagesse populaire, et depuis notre bon Jean de La Fontaine, nous le savons bien : « Il n’y a pas d’âge pour apprendre ».

  1. Définir ses objectifs  Fixer un programme

Bien visualiser les objectifs essentiels. De temps en temps, visualiser les acquis comme s’ils l’étaient déjà… cela aide beaucoup pour accomplir plus facilement tous les efforts nécessaires. Vos programmes doivent être fixés de façon précise, mais assez souple pour bien vous adapter, et pouvoir toujours vous remettre au travail efficacement.

 

2. Travailler d’abord ce qui vous intéresse, et renforcer encore vos points forts.

Ce sont eux qui vous permettront d’être performants au plus haut niveau. Prenez l’exemple des champions de tennis : s’ils sont assez forts pour prendre de vitesse leurs adversaires, ils ne risquent guère d’être mis en difficulté sur leurs points faibles. C’est souvent le premier secret des vainqueurs des grands tournois.

Pensez aussi à un coureur comme Jacques Anquetil : il dominait tellement les « contre la montre » que cela lui a suffi pour gagner cinq Tours de France. Elaguer les matières secondaires, ou n’accomplir que le minimum nécessaire. Dans l’optique des examens et concours, il faut un minimum dans toutes les matières : c’est-à-dire vous assurer de ne pas risquer de note éliminatoire.  Les mêmes principes pourront s’appliquer pour votre carrière professionnelle.   3. Bien organiser vos séances de travail. Travailler au bon moment.

Ce qui est le plus difficile, mais indispensable, doit être traité au moment où vous êtes le plus « en forme ». Et c’est aux moments où vous l’êtes le moins que vous pouvez traiter toutes les tâches faciles ou ordinaires.

  4. Apprendre à se concentrer, dans de bonnes conditions de travail

Se prémunir contre les sollicitations extérieures, se réserver des plages de calme (c’est plus facile tôt le matin, ou tard le soir, mais cela peut s’effectuer aussi dans la journée… à chacun de choisir les meilleurs moments, en fonction de ses capacités et de son emploi  du temps). Mais il faut aussi être capable de travailler même dans un environnement bruyant (lorsqu’on ne peut y échapper). Penser à la maxime antique « Faber fit fabricando » : c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

  5. Ne pas se décourager. Savoir « donner le temps au temps »

Selon la sagesse populaire, « Paris ne s’est pas fait en un jour ». Donc ne vous inquiétez pas trop si vous n’avancez pas très vite. Avancez à votre rythme, tout en cherchant à vous améliorer. L’essentiel est de continuer à progresser. Penser souvent à la maxime populaire : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ».

  6. Trouver de l’aide dans votre entourage.  

Penser d’abord à la famille et aux amis. Penser à votre environnement professionnel. En principe, votre supérieur hiérarchique doit vous guider, vous aider à vous former, à progresser… c’est même l’un de ses devoirs essentiels. Comme pour tout chef d’équipe. Vos collègues peuvent aussi vous aider, et vous pouvez travailler en équipe avec eux. Et vous avez-vous-même des collaborateurs que vous pouvez aider.

  7. Surveiller votre hygiène de vie, et  préserver votre sommeil

Alimentation saine et boissons saines. Eviter les excitants nocifs. Proscrire l’alcool et le tabac. Faire du café ou du thé un usage modéré.Sommeil, pauses et yoga. Rappel de la maxime antique "Mens sana in corpore sano" : un esprit sain dans un corps sain.

  8. Tirer les leçons de ses erreurs Toujours reprendre confiance en vous

Une erreur n’est vraiment grave que si l’on que si l’on n’est pas capable de la corriger, ou d’en tirer parti pour rebondir. Apprendre à bien connaître ses faiblesses pour les corriger.  Et reprendre confiance pour « repartir du bon pied ».

  9. Travailler vite et bien… mais pas trop !  

Selon la sagesse populaire « le mieux est l’ennemi du bien ». Beaucoup d’études ont montré que pour un adulte la capacité d’attention soutenue est de l’ordre d’une heure à 1 h 30. Il faut donc se ménager les pauses nécessaires.

 

10. Pratiquer la pensée positive permanente : toujours penser aux bons résultats

Penser aux acquis effectifs et à venir. La finalité donne du sens à l’effort réalisé, la visualisation de la réussite aide à obtenir de bons résultats. Toujours bien visualiser les objectifs – et les acquis (comme s’ils l’étaient déjà !).

Autour du même sujet