Dilemmes professionnels : changement ou stagnation

Cet article fait partie d'une série dans laquelle les Influencers de LinkedIn racontent la façon dont ils ont transformé un revers en succès.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Si vous êtes à la tête d'une société florissante, voici l'une des questions les plus terrifiantes que vous puissiez poser à vos partenaires commerciaux : "Que diriez-vous de créer une compagnie aérienne ?". Et si votre entreprise florissante travaille avec les Sex Pistols, les Rolling Stones et Culture Club, l'idée de vous lancer dans l'aviation semble encore plus saugrenue.

Pour être un vrai entrepreneur, vous devez sans cesse allez de l'avant

Dès que vous vous reposez sur vos lauriers, la compétition prend le dessus. Frustré par la médiocrité du service et l'annulation des vols, j'ai fini par affréter le premier avion Virgin. Il était tout naturel que suite à cette frustration – à l'amusement et à l'enthousiasme ultérieur ! – je commence à envisager sérieusement de monter une compagnie aérienne.
Cependant, pour mes collègues de Virgin Records qui vivaient et respiraient la musique 24 heures sur 24, l'aviation était un domaine totalement inconnu. Bien que je ne sois pas un expert, je pouvais me rendre compte que posséder une telle compagnie aiderait au développement de la marque, créerait des emplois et provoquerait de nouvelles aventures et opportunités. Toutefois, lorsque j'ai annoncé à mon partenaire Simon que j'avais une proposition à lui faire, je n'aurais pas dû m'étonner qu'il me traite de cinglé. "Pour l'amour de Dieu ! s'est-il écrié. Tu es fou, laisse tomber."

Un patron se doit pourtant de prendre des risques calculés

Après avoir pris soin de maintenir les deux sociétés séparées et conclu un marché avec Boeing pour restituer l'avion au bout de 12 mois si la compagnie ne fonctionnait pas, nous avons lancé Virgin Atlantic.
J'ai souvent plaisanté sur la meilleure manière de devenir millionnaire – être milliardaire et créer une compagnie aérienne ! Passer de l'industrie de la musique avec Virgin Records à l'aviation avec Virgin Atlantic représentait un énorme changement dans ma carrière, mais ce fut une évolution bien plus considérable pour le reste de l'équipe, sans parler de mes amis et de ma famille. De rivalités entre labels, nous concurrencions la plupart des compagnies aériennes dans les airs et, pour finir, dans un tribunal !
Bien que Records et Atlantic soient des sociétés indépendantes, elles restaient intrinsèquement liées (un modèle qui avait toujours bien fonctionné jusque-là au sein du groupe Virgin). Néanmoins, lorsque la campagne mesquine de British Airways a hypothéqué le futur de Virgin Atlantic, nous avons dû prendre la décision de vendre Virgin Records afin d'obtenir le poids financier dont la compagnie avait besoin pour rester en lice. Nous avons pris la bonne décision, mais elle fut particulièrement pénible.
Je me suis retrouvé arpentant Ladbroke Grove, à Londre, le visage ruisselant de larmes, un chèque d'un milliard de dollars en poche.
Une société n'est ni plus ni moins qu'une multitude de gens travaillant de conserve pour faire la différence; c'est pourquoi l'on a l'impression de perdre une partie de sa famille lorsqu'on vend son entreprise. C'est sans doute ce que j'ai ressenti, tout comme le reste de l'équipe Virgin. Toutefois, une dizaine d'années après, Virgin America et Virgin Australia ont rejoint Virgin Atlantic (sans parlé de Virgin Galactic), tandis que Virgin Records a fêté son 40ème anniversaire l'année dernière, accompagnée d'une nouvelle génération d'artistes insoumis, d'Emeli Sandé en passant par Bastille.
Si nous n'avions pas choisi le changement, nous n'aurions pas évolué et vous ne seriez probablement pas en train de lire cet article.

---------
Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Virgin / Linkedin