Pour lutter contre le stress, maîtrisez votre pensée

Nous sommes tous des individus plus ou moins stressés. Fléau de la vie d’adulte, le stress s’est tellement immiscé dans notre quotidien que nous nous sommes habitués à vivre avec, en bon accompagnateur de notre travail ou de nos challenges journaliers. Loin d’être moteur, le stress inhibe. Pour l’éradiquer, apprenez à l’analyser.

Tout commence par une pensée… y compris le stress. Si nous arrivions à aborder la vie sans spéculer sur les possibles bâtons dans les roues à venir, notre niveau de stress serait au plus bas. «  Je n’aurais pas le temps », « je ne vais pas y arriver », « ils attendent que je rende un travail parfait », « j’ai trop de dossiers en retard », « j’ai trop à faire »…
Toutes ces phrases, signal du taux de stress présent dans votre rapport au monde, ne sont pas le reflet de la réalité, mais expriment votre vision anxiogène de l’avenir proche.  Et au final, à force de penser aux enjeux, au temps, au poids du travail, l’on en devient moins efficient, et l’on se crée un échec potentiel. Et tout cela a commencé par une pensée…

Qu’est ce que le stress ? 

Nous sommes tous touchés par le stress. D’ailleurs de récentes études du Dr Herbert Benson, du Mind/Body Medical Institute de l'université de Harvard, ont mis en évidence qu’environ 80 % des consultations médicales seraient liées au stress. Mais qu’est-ce que le stress ? Une réaction psychologique et physiologique de l’organisme devant une situation vécue comme potentiellement problématique ou anxiogène. Mal gérée cette réaction se répétera aussi longtemps que la situation ne se videra pas de sa teneur négative. Il est donc fondamental d’apprivoiser ces situations anxiogènes.
Il y a des situations qui nous stressent plus que d’autres. Le stress est une rencontre entre votre singularité et un événement où vous avez à vous adapter. Changement de job, plus de dossiers à gérer qu’à l’habitude, changement d’équipe, de hiérarchie, nouveau client… Autant de stimuli déclencheurs de stress que de regards sur le monde.

Identifiez ce qui vous stresse

Analysez les situations ou les événements qui vous stressent le plus. Les environnements où cette sensation est le plus présente. Pour certains, c’est le contexte professionnel, pour d’autres le côté relationnel… Trouvez vos failles à vous, et prévenez l’arrivée du stress. Une fois que vous aurez identifié vos zones d’angoisse à l’oeuvre dans le surgissement du stress, mettez en place des stratégies.
Vous êtes fondamentalement stressé par le changement ? Une stratégie possible serait de reprendre dans votre passé toutes les situations où vous avez mal vécu les changements et où au final vous vous êtes adapté. Trouvez dans votre passé des éléments rassurants puisque le futur  vous semble potentiellement anxiogène.
L’esprit humain est fait de telle manière que l’on focalise. L’on tend à se remémorer nos échecs, ou nos peurs, plutôt que nos réussites et toutes ces situations où l’on a senti du stress mais dont l’issue a été positive : on s’en est bien sorti, rappelons-nous par quel biais. Trouvez dans votre passé des éléments sécurisants et notez-les sur un papier, dans un carnet, dans votre portable, sur votre bureau.
Le but ? Garder en tête que vous avez en vous de traverser ces périodes de crise, de les gérer ou de vous adapter.
Prenez du recul. Si la situation stressante est essentiellement professionnelle et que concrètement vous avez de quoi être tendu parce que l’environnement a changé, que vos conditions de travail se sont durcies etc… analysez la situation : le stimulus anxiogène est-il dans votre regard et votre manque de confiance en vous, par exemple? Ou dans de véritables éléments de votre contexte professionnel actuel ? Nous avons toujours tendance à stresser bien plus que la situation ne le mérite. D’où l’importance d’analyser la situation dans son ensemble. Si vraiment l’on vous fait porter un poids qui ne doit pas être le vôtre, que l’on vous surcharge de travail ou que l’on vous laisse de côté… vous devez en avoir conscience et le refuser. La prise de conscience en elle-même vous soulagera puisque dès cet instant vous aurez un point de vue plus réaliste sur la situation.
Ayez en vous cette connaissance : tout cadre peut être changé, tout vécu professionnel stressant peut être modifié, mais pour cela vous devez décider des éléments de votre cadre qui vous semblent juste et de ceux qui selon vous doivent être modifiés. Et prenez conscience que vous devez induire chez l’autre qu’il s‘adapte à vous et non le contraire. Il est fondamental de s’adapter à un nouveau contexte de travail mais pas aux individus qui vous entourent. Sachez garder votre propre contour.

Maîtrisez vos pensées

Essentiellement celles qui sont négatives. Vous êtes maître de vos pensées et non le contraire.
La plupart d’entre nous passons notre temps à avoir un fil de pensée qui s’auto-juge, s’auto-condamne. C’est en premier lieu votre voix à vous qui vous dira que vous n’y arriverez pas lorsque se présente à vous un nouveau challenge. Ni votre boss, ni votre collègue n’en sont responsables. Cette voix intérieure, vous devez la remplir de pensées positives à votre sujet. Car contrairement aux idées généralement admises, mieux vaut croire en soi et se visualiser dans la réussite alors que rien n’a encore commencé que le contraire.
Beaucoup ont peur d’être positifs, de croire en leurs projets, en leur pas. Peur d’être déçus ou de décevoir, peur de tomber de haut, peur d’y croire et que rien ne se passe…
Conséquence ? Nous passons beaucoup de temps à envisager l’échec et nous nourrissons ce potentiel de nos pensées dénigrantes. Si vous manquez de confiance en vous, que vous vous sentez toujours inférieur à ceux que vous côtoyez, le stress provient en premier lieu de la mauvaise image que vous avez de vous-même. Travaillez dessus. Forcez-vous à ne pas accorder de crédit à ces pensées qui vous arrêtent, cherchez à comprendre d’où elles proviennent.
Nous l’avons dit : le stress est inhérent à la vie, mais il est toujours et avant tout une construction de votre psychisme. Ce qui se contruit peut toujours se démonter. Ne vous sentez pas désarmé devant un stress montant, prenez le temps de l’identifier, de l’apprivoiser et de le gérer.
Tout est question de travail. Y compris la gestion de ses émotions. Et si tout commence par une pensée, alors vous êtes le maître de votre monde intérieur. Sachez le remplir de pensées sereines et positives.

Autour du même sujet