L'inconvénient d'une mauvaise habitude ? La mauvaise habitude elle-même !

Lorsque je réfléchis aux actes qui composent ma routine, l'une des choses qui me frappe le plus à leur sujet, c'est la justice poétique qui les entoure, c'est-à-dire la sanction qui incombe à un crime. Un criminel échafaude un traquenard et se trouve finalement pris à son propre piège. Une réelle justice poétique encadre les habitudes.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

La récompense obtenue d'une bonne habitude…c'est elle-même. Comme l'écrit Ralph Waldo Emerson dans "New England Reformers", "le bénéfice d'une bonne action est justement de l'avoir réalisée." La justice poétique qui régit les mauvaises habitudes est encore plus frappante. Lorsque les adeptes de la procrastination professionnelle se laissent distancer, travailler les place dans un tel état d'angoisse qu'ils sont obligés de s'arrêter afin de se calmer. De même, une personne a posté sur mon blog "Je suis nerveux(se) parce que je ne parviens pas à boucler tout ce que je devrais, je m'arrête donc pour m'octroyer un massage. Mais je ne termine pas tout ce que je devrais terminer, parce que je suis occupé à me faire masser." Un ami m'a confié "J'angoisse à l'idée de perdre mes mauvaises habitudes, mais ce sont elles qui m'angoissent." Une étude a démontré que les femmes inquiètes au sujet de leur budget se soignaient grâce à la "thérapie de l'achat" : elles font du shopping en vue de se sentir mieux.
Les parieurs qui se préoccupent de leur argent se changent les idées en faisant des paris.
Dans son mémoire intitulé "Never Goin' Back", Al Rocker décrit la promesse de perdre du poids qu'il a faite à son père mourant. Plus tard, il se souvient d'avoir été tellement bouleversé par cet engagement qu'il a avalé deux sandwichs au fromage et au bacon pour le déjeuner.
Bien que certains individus sont convaincus que des sentiments forts tels que la culpabilité ou la honte agissent comme une garantie qui les aidera à se cantonner à leurs bonnes habitudes, le contraire est vrai également. La culpabilité et la honte qui concernent une mauvaise habitude peut désespérer certains individus au point qu'ils s'efforceront de se sentir mieux en cédant à l'habitude qui les a rendus malheureux au départ. Et c'est là qu'intervient la justice poétique.
A l'inverse, les gens qui se sentent moins coupables et éprouvent de la compassion à leur égard en situation d'échec sont plus à-même de recouvrer leur sang-froid et donc de résister à la tentation de céder aux mauvaises habitudes qui les rendent malheureux. Se répéter des phrases telles que "Cela arrive", "Nous l'avons tous fait", "Je me comporterai différemment la prochaine fois" ou "Ce que je fais régulièrement a plus d'importance que ce que j'accomplis une fois de temps en temps" permet d'apprendre et de s'améliorer. Cela ne vous est-il jamais arrivé de vous sentir encore moins bien à cause d'une pratique qui avait pour but de vous faire vous sentir mieux ?

Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet