Découvrez le MaaS, le Manager as a Service

Crise, chômage, trésorerie faible... beaucoup d'éléments qui favorisent l'emploi en mode mission et à temps partagé de ressource experte et managériale.

Ce que l'on perçoit comme de la précarité est de plus en plus ressenti comme une chance pour le donneur d'ordre qui va pouvoir accéder à des ressources clefs pour son entreprise, et pour le cadre qui revient dans la course... Un contexte économique et social tendu, une pression continue des organismes financiers moins souples, une concurrence qui ne vous laisse aucun répit et des clients toujours plus exigeants.
Pour gravir les marches suivantes de son développement une entreprise a besoin de nouvelles compétences, d’expérience, du de sang neuf !
Oui mais à quel prix ! Pour beaucoup de PME, votre solidité financière est soumise aux aléas d’un client mauvais payeur, vos capacités d’embauche sont plutôt affectés à des ressources de production ou alors vous avez fait le choix de recruter dans une fonction précise comme les ventes ou la finance, au détriment des autres, au risque de générer un déséquilibre fatal à la croissance ou même la vie de l’entreprise.
Pourtant VOUS le chef d’entreprise,  le manager homme orchestre de la société, vous arrivez inéluctablement à la conclusion qu’il est temps de vous faire épauler dans certaines tâches quotidiennes par d’autres ressources expertes, un directeur commercial et marketing, un directeur de système d’information, un DRH ou un directeur financier. Des profils qui pourraient vous apporter leur compétences et leur support quelques jours par semaine et permettraient certainement de vous fournir les éléments déclencheurs à une nouvelle étape dans la vie de votre entreprise :

Avez-vous actuellement le temps et les ressources nécessaires ?

  • Pour définir la stratégie commerciale à mettre en place, mettre en place un réseau de distributeurs, commencer à faire de l’import-export, réfléchir à la prochaine génération de votre offre.
  • Pour réaliser chaque semaine la réunion commerciale qui doit vous générer un état précis de votre portefeuille commercial et des résultats que vous pouvez espérer atteindre pour piloter votre société et rassurer vos interlocuteurs concernés (actionnaires, banquiers, collaborateurs…).
  • Pour enfin mettre en place une véritable politique marketing sur Internet aujourd’hui indispensable, faire l’actualisation de votre site web devenu inéluctablement obsolète et avoir une présence sur les réseaux sociaux dont vous entendez tellement parler.
  • Pour réaliser tous les entretiens annuels de vos collaborateurs afin d’évaluer leur progrès et leur souhait au regard de votre stratégie et de la culture de votre entreprise.
  • Pour monter le dossier de subvention dont vous auriez bien besoin pour développer le nouveau produit qui vous permettra d’innover face à vos concurrents.
Cette liste est loin d’être exhaustive !
Les grandes entreprises ont les moyens et sont organisées pour faire face à ces besoins et elles ont en interne ou des partenaires qui leur permettent de faire face aux nouveaux challenges auxquels nous devons faire face. Pourtant les TPE/PME ont pourtant également besoin de certaines ‘pointures’ pour les aider à décoller !

Le consulting, dans sa forme traditionnelle est une solution incomplète !

Une des réponses du marché consiste à avoir recours à des consultants spécialisés qui vont par leur fine connaissance d’un domaine vous présenter les meilleurs pratiques qui pourraient convenir à vos ambitions et vos moyens, ce système présente pourtant 3 inconvénients majeurs au regard de la cible dont des PME :
1) les cabinets de conseils  préconisent généralement des méthodologies qui s’adressent et ont été éprouvé en priorité dans les grands comptes,
2) le coût de leurs prestations reste tout de même onéreux pour une PME,
3) les consultants s’engagent sur la méthode et les moyens à mettre en œuvre vous remettant le rapport ad hoc, rarement sur les aspects opérationnels et les résultats de leurs préconisations, même si cela évolue que nous commençons à voir sur le marché de plus en plus de conseil qui appréhende l’ensemble du processus.
Pour mettre en œuvre ces préconisations miracles 3 solutions sont envisageables :
1) C’est vous le Chef d’entreprise qui allez vous atteler à la tâche… Mais justement vous n’avez plus vraiment de temps à y consacrer !
2) Embaucher le super manager qui va mettre tout cela en place… Votre trésorerie est hélas trop juste et votre expert-comptable vous le déconseille fortement !
3) Rechercher un MaaS : un manager expérimenté qui va en temps partagé s’adapter à votre objectif, à vos ambitions et à vos moyens en diminuant vos risques et en s’engageant sur des résultats.
Externaliser une fonction ou un service, même clef pour votre entreprise n’est pas une défaite, c’est une nouvelle organisation et façon de travailler.

Un projet pour délivrer les bons processus de croissance

Le  travail en mode ‘mission’ et non plus dans le standard ‘temps de travail’ n’est pas antinomique avec la notion d’un accompagnement pérenne, tout en y ajoutant souplesse et agilité pour être libre de changer, modifier ou compléter le périmètre de mission et des intervenants.
Le concept de directeur, manager en temps partagé ou mode timeshare n’est pas nouveau, mais jusqu’à présent son évolution était relativement discrétionnaire, et c’est souvent dans les périodes difficiles que les entreprises recherchent ou appliquent enfin des solutions innovantes, prompt au changement.
Le contexte économique actuel relance indiscutablement cette forme d’emploi pour donner l’accès aux PME/PMI à des compétences de haut niveau tout en adaptant les prestations aux besoins évolutifs de l’entreprise.
Le Manager as a Service est un expert dans son domaine, qui a acquis par des années d’expérience les best practices de sa spécialité et qui va travailler en mode collaboratif avec le dirigeant. Il doit s’intégrer à l’entreprise et s’investir au même titre qu’un collaborateur classique, même si la souplesse du mécanisme induit une forme de précarité qui sera aussi une motivation pour atteindre la réussite, assurer la qualité de sa prestation et gagner la confiance du dirigeant pour atteindre les résultats espérés et tendre vers une forme de pérennité.
Tout est limpide dans un contrat de type MaaS, le temps prévu par semaine ou par mois à l’entreprise, la durée globale prévue de la prestation, le niveau de rémunération, le champ d’intervention et les objectifs à atteindre.
Le MaaS va d’abord s’atteler lors de sa phase d’intégration à auditer l’existant au sein de l’entreprise, et comparer les écarts avec les meilleurs pratiques qu’il pense pouvoir mettre en œuvre au sein de l’entreprise. Cette cartographie des processus et les moyens à mettre en œuvre, doivent être présentés, expliqués et démontrés au dirigeant qui doit également s’impliquer dans les décisions retenues avant même leur mise en œuvre.
Au moment où le succès sera au rendez-vous, il n’est pas rare que le manager se voit proposer un contrat de travail classique, c’est de bonne guerre au regard de la philosophie du travail en toujours en vigueur, mais lorsque la pratique du travail en mode mission sera plus courante, ces propositions diminueront sûrement, de plus en plus de managers trouvent de la satisfaction et de l’autonomie à ce mode de relation professionnelle en des temps où ils ont souvent vécu la pression et la précarité de leur fonction managériale même dans de grandes structures.
Une fois la décision actée de travailler sous cette forme avec un expert, le premier critère de choix s’axe les champs de compétence du candidat, mais également sur les qualités humaines et relationnelles que le dirigeant PME va pouvoir découvrir. Souvent seul dans ses prises de décision, il est primordial pour une mission réussie d’instaurer entre le patron et le manager retenu ce fameux climat d’échange et de confiance qui assurera pour l’un, une forme de pérennité de son investissement, et pour l’autre que son investissement dans sa tâche lui génère une certaine pérennité avec l’entreprise !

Autour du même sujet