Pour être libre, soyez lucide

La lucidité est cette capacité à voir nettement la réalité. Fondamental donc, pour construire ses projets, ambitions, et constructions intérieures et extérieures, à la lumière de la vérité et non pas de nos craintes, peurs et traumatisme engrangés.

Nous manquons souvent de lucidité face aux situations de la vie, professionnelle ou non. Nous raisonnons par émotions, par croyances, sous le joug de nos perceptions erronées, comme nous vous en parlions dans un précédent article, et nous finissons par nous éloigner de la réalité d’une situation. La lucidité ne va pas de soi, car elle a affaire avec l’instinct et la réflexion. Entre les deux : la perception et la croyance, le premier prisme de traitement de notre réalité.
Tout irait bien si nous pouvions nous fier à notre instinct. Or trop souvent nous le ressentons quand il a déjà été traité de manière intellectuelle. D’où les impressions d’échec à venir qui immobilisent, alors que le champ des possibles était ouvert. Ou l’impression qu’une personne est néfaste pour nous alors qu’il n’en est rien, mais qu’elle s’est connectée à un mauvais souvenir, une appréciation, des prérequis illusoires.

La vérité existe par la lucidité 

Pour être au plus proche de la vérité, de la réalité d’une situation, vous devez chercher à être lucide. Par quoi passe la lucidité ? En premier lieu, par la pluralité des angles de vue. Lorsque vous êtes devant une situation qui vous trouble ou qui vous entraîne dans des pensées négatives, cherchez par la réflexion toutes les possibles explications de cette situation.
Je m’explique. Vous êtes chef d’entreprise et chaque fin de mois vous êtes pris par l’angoisse de ne pas rentrer dans vos objectifs. Vous avez beau savoir que vous allez y arriver, vous restez dans vos pensées anxiogènes craignant de voir se profiler l’échec. Beaucoup d’arguments logiques sous-tendent votre thèse : la situation économique actuelle, des clients qui n’ont pas encore payé, etc.… Mais cette logique se tient uniquement parce que vous avez choisi de traiter votre situation actuelle au travers de ces éléments-là, négatifs donc.
Vous auriez pu en choisir d’autres. La pérennité de votre entreprise. Toutes les situations où vous vous en sortez haut la main. La popularité de vos produits. Ou encore, un autre prisme d’analyse : la constance des chiffres, la confiance des buts, l’assurance de votre entreprise. Chef d’entreprise, chef de famille, chef de sa réalité intérieure, le postulat est le même : la lucidité passe par la réflexion au cœur de l’océan des possibilités.
Notre réalité nous offre des éléments, parfois contraires, parfois similaires, pour expliquer, comprendre une situation. Mais nous sommes celui qui oriente ce choix, cette recherche, pour appréhender les situations du quotidien. Il ne s’agit pas de la réalité, mais d’une certaine forme de vérité ou parfois même une illusion de la réalité. Et comme nous l’avons vu ensemble, ce que nous pensons, ce que nous craignons, à force d’y penser nous nous dirigeons tout droit vers ce chemin-là.

Pourquoi prenons-nous parfois ces mauvais chemins

Pourquoi parfois manquons-nous de lucidité ? Pourquoi les chemins empruntés sont ceux-là mêmes qui nous mènent directement à l’échec ?  En premier lieu, parce que souvent ce que nous craignons, nous le recherchons de manière plus ou moins inconsciente. Lorsque vous craignez par exemple de ne pas rendre un dossier à temps, vous vous mettez dans une certaine situation émotionnelle : stress, pressions et angoisses. Ces émotions-là, vous feront agir au travers de mécanismes psychiques qui répondent à ce stress intérieur.
Vous agirez dans la précipitation par exemple, ou vous aurez envie de ne plus rien faire, la notion de temps inhibera vos capacités, etc.… Or si vous aviez sorti de votre esprit la notion de peur « de ne pas arriver » à… vous auriez agi hors d’un stress créé par votre propre réalité intérieure. Dans cet exemple, vous répondez à quelque chose qui se passe en vous, et nous pas à la réalité du contexte. Mais cela le devient parce que votre attitude vous met dans cette espace-là.
Autre exemple récurrent. Vous sentez que vous n’allez pas obtenir un contrat. Au dernier moment, vous ne relancez pas le client, vous ne vous rendez pas au rendez-vous, vous tombez malade. Le client ne signe pas. Et effectivement vous vous dites : « j’avais raison ! ».
Mais au final, vous ne saurez jamais la vérité de cette impression, car vous avez délibérément quitté le terrain. Plusieurs hypothèses à cela : peur de l’échec, peur d’être à l’origine de l’échec, autodestruction… La raison trouve source dans votre histoire. Mais ce qui est à retenir, c’est que l’action de l’abandon, c’est vous-même qui l’avez mis en place de manière plus ou moins inconsciente.

Comment être lucide 

Questionnez-vous, questionnez vos choix, questionnez vos perceptions. Sur la base des derniers articles, prenez l’habitude de chercher à vous comprendre avant d’interpréter l’autre. Ce qui émane de vous, ce qui fait partie de votre champ d’angoisse.
  • Quels sont vos espaces de souffrance ?
  • Le travail ?
  • La réussite ?
  • La non-réussite ?
  • La hiérarchie ?
  • L’image de soi ?
  • Des autres ?
Plus vous connaitrez votre histoire, plus vous comprendrez vos choix. Plus vous comprendrez d’où vous observez le monde, plus vous saurez ce qui est de l’ordre de la perception ou des faits.
Cherchez toujours la pluralité des angles de vue pour analyser une situation. Il ne s’agit pas de questionner les autres, mais vous, à partir de votre place, de chercher d’autres angles de vue. Vous êtes commercial dans une entreprise dirigée par un entrepreneur basé à la Réunion. On vous promet constamment que si vous faites vos preuves, votre salaire augmentera. Votre salaire n’augmente jamais.
Parce que vous avez peu confiance en vous, vous pensez que c’est le reflet de votre travail. Vous n’avez pas fait vos preuves. Chercher la pluralité des angles de vue, c’est prendre dans le réel d’autres éléments qui expliquent la situation par d’autres variables. Dans ce cas de figure par exemple : Il pourrait s’agir d’une technique managériale. Cela pourrait aussi être lié à un directeur peu éthique.  Et dans votre quotidien, vous trouverez certainement  des éléments pour nourrir ces deux autres hypothèses. Les promesses sont faites à tous les commerciaux sans exception. Votre directeur vient une fois par mois et se montre très distant, utilise certaines phrases exprimant son positionnement, etc.… Être lucide, c’est une démarche, une enquête au cœur de son propre quotidien.
Tout est hypothétiquement vrai. Le réel est par définition potentiellement infini ;  avoir recours aux hypothèses vous ouvrira l’océan des possibles et de la réussite.
  

Autour du même sujet