Stop – N'acceptez pas cette offre d'emploi !

Bien consciente que le climat économique actuel peut pousser à faire des compromis, je vous rappelle qu'il ne faut néanmoins pas accepter n'importe quelle offre d'emploi.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Quelque chose d'amusant arrive à votre cerveau pendant la recherche d'un emploi, surtout si vous détestez chercher un emploi. Si vous détestez passer des entretiens d'embauche et que vous détestez l'ensemble du processus de recherche d'emploi, vous garderez une idée à l'esprit: "Mon Dieu, faites que ça se termine !".

Vous souhaitez recevoir une offre d'emploi. Vous n'êtes peut-être pas forcément difficile à satisfaire. Vous pouvez vous immerger tellement profondément dans le processus d'embauche que vous oubliez la plus importante question concernant votre recherche d'emploi.

Est-ce que je veux réellement ce travail ?

En tant que chercheurs d'emploi, nous n'exerçons pas toujours le droit de poser cette question. Un travail est un travail, n'est-ce pas ? Votre conjoint ou partenaire commence peut être à vous adresser des regards lourds de sens et à être inquiété par des questions d'argent. Vous êtes peut-être tellement impatient d'être à nouveau au travail que vous êtes prêt à accepter n'importe quoi.

Plus il vous incombe de contribuer à votre foyer par un revenu, moins vous écouterez vos sens et votre instinct. Votre cerveau autoritaire leur dira de la fermer.

Des gens nous écrivent chaque jour pour se lamenter: "Pourquoi ai-je accepté ce travail ? Je le déteste !".

Vous vous dîtes "Je peux endurer n'importe quel travail". Vous pensez que votre humeur ne sera pas affectée par un patron condescendant, ou par un travail ennuyeux et tellement simple que vous pourriez l'accomplir en dormant. Etre capable de rembourser votre emprunt le mois prochain est la seule chose qui vous importe. Quand vous oubliez que vous avez des besoins dans le cadre de la recherche d'un emploi, vous êtes en danger. Vous pourriez accepter un emploi par défaut puis voir votre flamme faiblir et s'amenuiser.

Vous aurez deux problèmes si vous faites ça ! Vous serez amené à chercher un nouveau travail, et en plus de ça, vous travaillerez donc vous devrez mener une recherche d'emploi discrète en marge de votre travail à plein temps. Histoire que la situation soit encore plus difficile à gérer, vous serez émotionnellement et psychologiquement épuisé après vos journées de travail au poste que vous regretterez d'avoir pris.

Nous sommes tous occasionnellement dans le déni. La plupart des gens s'en sont rendus coupables à un moment ou un autre. Nous sommes restés trop longtemps avec la mauvaise personne pendant que nos amis regardaient d'un air horrifiés en se demandant quand nous allions nous réveiller.

En sortant de l'exemple de la relation amoureuse, vous êtes peut-être resté dans le mauvais cursus d'étude ou au mauvais poste bien plus longtemps qu'il n'était sain de le faire.

Le déni peut être un acteur non-négligeable sur la voie de la recherche d'un nouvel emploi. La vague d'influence qui vous transportera à travers l'ensemble du processus de recrutement vers un poste que vous détesteriez est puissante.
Vous vous prendrez à rationaliser n'importe quoi. Vous vous direz "Au moins, j'intéresse une entreprise, c'est plutôt bien, non ? Bon, tous les gens que j'ai rencontré étaient ennuyeux, et alors ? Bon, le poste en lui-même a l'air ennuyeux et déprimant, et alors ? C'est un travail au moins !"

Nous avons tendance à oublier ce qu'un travail qui ne nous convient pas peut nous faire. Obtenir un "travail qui peut se transformer un carrière" nous parait être la chose la plus importante au monde.

Nous nous permettons de ne pas immédiatement chercher un emploi "de survie" en nous disant "Je n'en ai pas besoin, je peux trouver un emploi dans mon secteur tant que je reste flexible". En étant honnête avec nous-même, cette flexibilité se transforme souvent en numéro de contorsion et finit en imitation de bretzel pour des gens qui ne mérite même pas de nous cirer les chaussures.

Cette vague d'influence sur votre recherche d'emploi a un nom. Elle s'appelle le Vortex. Parce qu'il est si fort, le vortex peut vous faire perdre l'équilibre. Vous êtes comme une fraise prise dans un mixeur et transformée en smoothie. Vous avez l'impression d'avoir perdu le contrôle. Elle vous emporte, et puis vous recevez une lettre d'offre.

Oh non, c'est l'heure de vérité !

Soyez attentif aux signes suivants au cours du processus allant de la prise de contact à la proposition du poste, et si vous en repérez plus d'un (au maximum), fuyez ! N'acceptez pas ce travail. Faites du travail à temps partiel, ouvrez votre magasin sur eBay, obtenez une licence de barman ou commencez à faire du freelance. Concentrez vous sur la progression de vos compétences en tant qu'entrepreneur.

Plus ces compétences sont aguerries, moins vous risquez de sombrer dans le Vortex la prochaine fois.

 

SIX SIGNES INDIQUANT QU'IL FAUT FUIR UNE OFFRE D'EMPLOI

  Ils ne se privent de vous faire attendre

Si le processus d'embauche était ponctué de silences assourdissants de l'employeur, vous avez été prévenu ! Il attendait de vous que vous patientiez jusqu'à ce qu'ils daignent s'abaisser à vous contacter ou jusqu'à ce que les poules aient des dents.

Une offre d'emploi de la part ce genre de personne n'est pas une bonne chose. Tu peux sauter dans un autobus, Gus, et trouver de meilleures fréquentations.


Vos besoins sont sans importance

Si vous avez du temps pour poser des questions pendant vos entretiens d'embauche, que vous avez obtenu des réponses promptes à vos mails et messages vocaux, c'est un bon signe que vous allez travailler avec des humains plutôt qu'avec des zombies.

Si personne ne vous demande "Que recherchez-vous dans cet emploi ? Si nous vous faisions une offre, que devrait-elle contenir pour être satisfaisante ?" ou d'autres questions axées sur vous, réfléchissez avant de signer votre contrat.

Si l'état d'esprit de l'entreprise lors de ses offres d'emploi se rapproche de "Si vous ne voulez pas ce travail, nous trouverons bien quelqu'un qui en voudra", fuyez. La vie est trop courte pour gâcher votre temps avec des saucisses.


La description du poste ne cesse d'être modifiée

Un changement de direction mineur au cours du processus de recrutement est compréhensible, parce que le monde n'est pas figé. Par contre, une conversation sans fin sur la description exacte des responsabilités du poste est un très mauvais signe. S'ils ne savent pas ce qu'ils attendent, vous ne pourrez pas réussir.

Cela pourrait être un cauchemar politique. Dégagez de là !


Ils ne croient pas la moindre de vos paroles
Dès qu'un employeur demande une preuve de vos salaires passés, arrêtez tout. Ces gens sont trop peureux pour croire en leur capacité à engager des personnes de confiance.

Si vous acceptez cet emploi, vous décidez de leur faire confiance ! Vous associez votre marque à la leur, et accordez votre précieux temps et énergie à leurs problèmes. S'ils ne croient pas ce que vous leur dites, passez à autre chose.

Voici une question. Si vous appelez un plombier, que vous demandez "Quel est votre tarif horaire ?" et qu'il répond "90 dollars de l'heure", lui demanderez-vous ensuite "Pouvez-vous le prouver ?" ?


Ils n'ont pas brûlé une seule calorie à essayer de vous convaincre

J'adore le processus de recrutement, parce que c'est agréable de rencontrer des gens et d'explorer des possibilités de travail en groupe. J'ai des amis de longue date à qui j'ai fait passer des entretiens d'embauche sans les engager.

Tant que vous êtes honnête et compassionnel, il n'y a aucune raison pour que le processus d'embauche soit déplaisant pour qui que ce soit.

Si vous voulez embaucher des gens qui ont d'autres options que de travailler pour vous – évidemment le seul type d'employé que vous voulez engager – vous allez devoir les convaincre. Et ce n'est pas un problème.
C'est amusant de convaincre !

Si vous êtes enthousiasmé par votre entreprise, vous pouvez leur transmettre votre enthousiasme. Si vous avez traversé le parcours d'obstacles qu'est le processus de recrutement et personne n'a dépensé une once d'énergie pour vous convaincre – et d'ailleurs, si le ton de vos interactions se rapproche de "Vous aurez bien de la chance d'obtenir ce travail!" alors rien ne changera une fois que vous serez en poste.

Vous n'êtes qu'un morceau de bois de construction pour eux maintenant et c'est toujours ce que vous serez quand vous commencerez à travailler.


Vous pourriez être n'importe qui

Notre cliente Max a reçu une offre d'emploi d'une entreprise dont l'environnement de travail avait une mauvaise réputation sur le plan humain. Une réputation horrible, d'ailleurs.

Quand la recruteuse de l'entreprise a appelé Max pour lui faire une offre d'emploi, elle lui a dit "Oui, ils étaient ravis de vous trouver parce que peu de gens sont disposés à accepter ces horaires et les déplacements qui vont avec."

Hmm, s'est dit Max, C'est donc tout ce que je suis pour ces gens – juste un corps chaud servant à combler un vide ? "Pourquoi pensez-vous que l'offre d'emploi m'a été faite à moi en particulier ?" lui a demandé Max.

La recruteuse a répondu "J'ai parlé à plus de 50 personnes au téléphone et vous étiez le seul à accepter le salaire, les horaires et les déplacements."
Ça suffisait à Max. La réponse de la recruteuse a changé son état d'esprit. Max a ri à pleine voix et poliment suggéré à la recruteuse d'aller chercher quelqu'un d'encore plus désespéré que lui.

"C'était incroyable !" s'est exclamé Max.

"J'ai raccroché puis pris mon vélo pour aller faire une grande balade. Quand je suis rentré chez moi, je me suis rendu compte qu'il était stupide de ma part d'avoir été aussi passif. Je me suis à nouveau senti bien. Que dieu bénisse cette recruteuse !"

Que dieu la bénisse. Seuls les gens qui parviennent à vous convaincre vous méritent. Gardez cela en tête, et n'oubliez ce que vous apportez à votre futur employeur. Personne d'autre n'a le même parcours et les mêmes talents que vous. N'acceptez pas moins qu'un Human Workplace (Environnement de travail humain, NDLR).

Traduction par Shane Knudson, JDN
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme
Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouver la version originale en anglais 

Autour du même sujet