Après l'entretien d'embauche, comment patienter et négocier

Voici quelques points à prendre en compte entre la fin d'un entretien d'embauche et le retour du recruteur pour faire baisser la pression, augmenter vos chances de succès et, si cela marche, négocier le meilleur salaire possible.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Voilà, l'entretien est terminé, vous avez fait tout votre possible. Maintenant, tout ce qu'il vous reste à faire c'est d'attendre (ce qui va vous paraître une éternité). Voici quelques points à prendre en compte pendant ce laps de temps pour faire baisser la pression, augmenter vos chances de succès et, si cela marche, négocier le meilleur salaire possible.

  Manifestez-vous !

Tout d'abord, dès que vous êtes sorti de l'entretien, envoyez à la personne qui vous a reçu un e-mail de remerciement pour le temps qu'elle vous a consacré et pour exprimer d'une part votre intérêt pour ce poste et d'autre part combien vous avez apprécié de découvrir le bureau. Terminez l'e-mail par une question ouverte afin d'obtenir une réponse plus rapidement et de montrer que vous souhaitez continuer la conversation initiée lors de l'entretien. C'est la courtoisie la plus élémentaire mais vous seriez surpris du nombre de personnes qui ne le font pas. Pour moi, c'est un geste décisif : il est probable que j'oublie une personne qui n'a pas pris la peine de garder le contact après un premier entretien.

 

Le jeu de l'attente

L'une des choses les plus ennuyeuses dans le processus d'embauche, c'est l'attente de la réponse. Parfois, vous pouvez patienter jusqu'à 3 ou 4 semaines pour recevoir une réponse d'un employeur. Essayez de voir le côté positif de la chose et ne partez pas du principe que "pas de nouvelle, mauvaise nouvelle". Il est évident que l'employeur est en train de réfléchir minutieusement pour choisir le meilleur candidat, signe d'une entreprise fiable.

Si votre employeur potentiel vous a donné une échéance précise et que cette date est passée ou que vous avez attendu une semaine de plus, je pense qu'il est définitivement temps de relancer. Appelez l'entreprise, non pas pour savoir si vous avez obtenu le poste mais pour vous assurer du laps de temps à attendre avant d'avoir des nouvelles. Il n'y a rien de mal à faire un peu de zèle !

Un visiteur sur mon ancien blog a demandé si, pendant cette période d'attente, il devait continuer à chercher. J'ai répondu que oui, absolument. Vous ne savez pas ce qui se cache au coin de la rue. Il n'y a pas de mal à être ouvert aux opportunités et une contre-proposition peut vous donner un certain pouvoir de persuasion au moment de la négociation.


Fournissez les bonnes références

La bonne référence est cruciale. J'ai vu beaucoup de candidats rater leur chance de réussite en raison d'une mauvaise référence. Vous devez avoir discuté avec la personne choisie et avoir la politesse de lui dire que vous avez donné ses coordonnées ; elle doit donc s'attendre à un appel. Évitez les surprises. Tenez-la informée.

Le recruteur demandera à cette personne comment elle vous connait, votre type de personnalité, votre éthique de travail et vos forces et faiblesses. Je demande toujours comment, d'après elle, je peux tirer le meilleur d'un nouvel employé et je lui pose toujours des questions en lien avec le poste à pourvoir. Cela peut la prendre au dépourvu et, donc, être réellement utile.

  Vous avez réussi !

Génial, ça a marché. Vous avez obtenu le travail de vos rêves. Félicitations. Mais avant de trop fêter ça, négociez un salaire qui vous convient.

Chaque fois que vous obtenez un travail, il y a toujours une place pour la négociation. Il est facile de se laisser emporter par l'euphorie du moment, surtout quand vous n'attendiez pas une réponse aussi positive. Avec le travail en main, il est temps pour vous d'évaluer les facteurs en jeu. Ils vous veulent, c'est clair et net. Le point clef est de négocier votre valeur : selon vous, que valez-vous ? Quel salaire pensez-vous mériter ? Il faut que vous soyez prêt à répondre à ces questions.

 

Faites vos recherches. Étudiez le salaire actuel sur le marché et soyez vraiment au point sur votre capacité à apporter de la valeur à l'entreprise. Attendez toujours que l'on vous fasse la première offre et comparez-là à votre analyse personnelle. Si, financièrement, ce n'est pas tout à fait ce à quoi vous vous attendiez, vous n'être pas obligé d'accepter.

Si l'employeur vous dit qu'il ne pense pas que vous ayez plus de valeur pour le moment, pourquoi ne pas répondre : Ok, si je travaille pendant trois mois pour vous et que je fais mes preuves, seriez-vous prêt à faire un effort au bout de ces trois mois et à augmenter mon salaire en conséquence ?

Avec ce type d'arguments, vous avez toutes les chances de l'emporter. La plupart des employeurs sont flexibles sur les salaires. Tirez-en profit.

Si vous êtes satisfait de la proposition et que vous l'avez acceptée… Il ne vous reste plus qu'à trouver une stratégie pour quitter votre poste actuel.

  Traduction par Manon Franconville, JDN.

Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici

Linkedin / Salaires