L’individu au cœur des préoccupations des RH du futur

Les RH sont de plus en plus sollicités. Leurs missions auprès de la direction n’ont jamais été aussi stratégiques. Par ailleurs, ils doivent répondre aux nouveaux besoins des collaborateurs, des besoins qui reflètent les évolutions de la société et le développement des nouvelles technologies dans le quotidien.

Télétravail, mobilité, objets connectés… les pratiques et usages évoluent et les attentes des employés changent. Les entreprises qui ne s’adapteront pas aux exigences des nouvelles générations auront du mal à résister à la concurrence, faute de pouvoir retenir les talents. Comment faire pour rester dans la course ? La direction devra compter sur les RH pour replacer les individus au cœur des préoccupations de l’entreprise et promouvoir une gestion des talents individualisée.

Les générations de la rupture

C’est un fait, les carrières longues au sein d’une même entreprise sont devenues une exception.

Pour la génération qui intègre le marché du travail aujourd’hui, la mobilité est une évidence. Les collaborateurs de cette génération privilégieront les opportunités qui leur permettront d’acquérir une expertise bien précise, de revendiquer une expérience, de développer de nouvelles compétences par rapport à un poste fixe et stable qui ne leur offre que peu de perspectives d’évolution. Ils seront sans cesse en quête de mobilité interne à l’entreprise, pour accéder à différents postes et ainsi personnaliser leur parcours au lieu d’en suivre un tout tracé.

Comme c’est déjà le cas, cette main d’œuvre 2.0 sera toujours plus connectée et cherchera à accéder à l’information en permanence, notamment lors de ses déplacements. Elle sera à l’affût des nouvelles technologies qui pourront l’aider dans ses tâches quotidiennes, et donc plus exigeante aussi en termes d’outils proposés par l’entreprise. Ceux-ci devront être avant tout intuitifs et simples d’utilisation. Ils devront notamment répondre aux besoins des salariés qui sont en attente de retours quasi instantanés de la part de leurs managers ou de leurs collègues. Un équipement technologique déficient ou dépassé pourrait bien être rédhibitoire pour une génération en besoin constant d’optimisation, de gains de temps et d’instantanéité.

Enfin, les conditions de travail seront cruciales. Une récente étude* montre que 87% des moins de 30 ans sont persuadés que leur environnement de travail joue sur le sentiment d’être valorisé, 84% sur la fierté des salariés et 82% sur le recrutement de nouveaux talents. 42% voient leur bureau comme un lieu où il s’agit de passer le moins de temps possible, contre plus de 50% pour le reste des collaborateurs. Les jeunes sont ainsi plus volontaires si tant est que leurs exigences en matière de conditions de travail soient atteintes.

Les RH ont un rôle décisif à jouer afin de percevoir et anticiper les aspirations de ces nouveaux profils et continuer à attirer les talents dans l’entreprise.

Un défi pour les entreprises qui cherchent à attirer les meilleurs talents

Devant l’exigence qui caractérise cette nouvelle main d’œuvre, les entreprises et les services RH vont devoir faire preuve d’innovation pour s’adapter. En effet, les services RH devront être force de proposition pour s’assurer que l’environnement de travail réponde aux attentes de leurs employés. On constate ainsi l’émergence de nouvelles initiatives RH qui esquissent quelques réponses.

Ainsi, de plus en plus d’entreprises proposent des services afin d’offrir un cadre de vie agréable à leurs employés et s’assurer de leur bien-être. Services de conciergerie, pressing, crèche d’entreprise… mais aussi salles de sport, salles de détente ou de massage… Ces entreprises ont compris l’importance de créer un environnement de travail de qualité et en font une priorité pour fidéliser leurs talents. Certaines commencent à imaginer une nouvelle organisation du travail, avec des collaborateurs qui travailleront debout, ou même sur un tapis roulant pour maintenir leur condition physique, … La réflexion est en cours, c’est déjà la première pierre d’un changement.

Les RH ont pris conscience qu’ils devaient s’assurer de la motivation et de l’implication de l’ensemble des collaborateurs. Pendant longtemps, l’attention était portée principalement aux employés à haut potentiel. A long terme, l’entreprise devra accorder autant d’attention à chaque employé, quel que soit son niveau dans l’organisation. Nous allons vers une « gestion des talents individualisée », qui valorisera chaque individu. Les RH devront être en mesure de proposer aux employés un parcours individualisé, de les conseiller sur les formations à suivre, les orientations que peuvent prendre leur carrière, etc.

Afin de permettre aux employés de développer leurs compétences et de mieux comprendre les métiers de l’entreprise, des programmes de rotation et d’échanges de poste sont mis en place.

De nouveaux modes de management commencent à voir le jour. Le modèle traditionnel d’organisation hiérarchique est remis en question et les entreprises vont devoir s’en détacher afin d’évoluer vers une organisation horizontale de l’entreprise. Des entreprises proposent diverses initiatives afin de rendre la direction plus accessible, par exemple, en organisant des déjeuners hebdomadaires avec la direction.

On décèle une nouvelle tendance liée au management : on peut imaginer qu’à long terme, il n’y aura plus ou très peu de managers. Les équipes fonctionneront autrement, en fonction de l’expertise des collaborateurs et de leur capacité à travailler ensemble.

De nouveaux outils pour plus de proactivité de la part des RH

Le rôle des RH a déjà beaucoup évolué grâce aux technologies. L’automatisation de tâches chronophages telles que la saisie des heures supplémentaires et la production des fiches de paie permet de se concentrer sur les hommes qui font l’entreprise et leurs besoins.

Les services RH devront faire preuve de toujours plus de proactivité pour anticiper les exigences de leurs employés et fournir une véritable gestion individualisée des talents. Les dispositifs d’analyse de données ou de gestion de la masse salariale permettent déjà d’anticiper certains effets non souhaités (sur-service, départs, …). Mais il s’agit d’aller au-delà.

Afin de répondre à ces nouveaux enjeux sans multiplier les effectifs des services RH, ceux-ci devront se doter d’outils innovants. Les outils dont disposent les RH aujourd’hui ne répondent pas encore aux niveaux d’anticipation dont ces derniers vont devoir faire preuve. Les systèmes existants fonctionnent encore trop souvent “en silos”, et manquent d’intuitivité et de simplicité. Pour que la transition soit aisée et l’adoption unanime, il sera primordial de proposer des outils simples aux utilisateurs, qu’ils soient RH, salariés ou managers.

Ouverts à tous, ils permettront de récolter les données les plus fiables possibles pour anticiper les besoins des employés et apporter des recommandations aux RH sur les parcours de carrière de chacun. Les plateformes SaaS semblent les plus adaptées pour cela, car elles permettent une gestion unifiée et à 360 degrés des différents enjeux des RH, et font bénéficier aux RH des dernières innovations de la plateforme en temps réel.

La guerre des talents ne fait que commencer, et elle sera de plus en plus rude à mesure que ces derniers seront plus volatiles. Ceux qui tireront leur épingle du jeu seront ceux qui comprendront que les performances de l’entreprise reposent sur les personnes qui la composent. Le défi des RH du futur sera d’être capable de s’adapter et d’innover en permanence afin de répondre aux besoins et aux aspirations de chacun.

Annonces Google