Ne renoncez jamais

Nous allons aborder sous l’angle professionnel une vérité universelle pour toutes les sphères de notre vie. Apprenez à ne jamais renoncer à un projet, un rêve, un objectif, peu importe le temps que cela prend, peu importent les fluctuations. Evacuez le renoncement.

Il nous était bien plus facile de rêver nos ambitions professionnelles lorsque nous étions dans le monde scolaire et que nous n’avions qu’à passer à l’étape d’après. La classe d’après. Un chemin qui va de soi. Avec le monde professionnel et ses enjeux, nos difficultés ont commencé.

Pourquoi ? Parce que dans la sphère professionnelle, l’évolution dépend de variables très personnelles.  En premier lieu, votre positionnement. Celui que vous êtes face à vous-même, face à vos collègues, face à votre hiérarchie. Vous êtes votre plus grande force vers la réussite. Rien ne sert de travailler dur, rien ne sert de rester des heures durant face à votre ordinateur, rien ne sert de suivre des directives, si vous ne le faites pas en premier lieu avec comme finalité votre avancement à vous Et pour avancer, ne renoncez jamais. L’avancement est question de temps et de compréhension.


Les hauts et les bas émotionnels

Nous sommes des êtes émotionnels. Beaucoup de nos pensées journalières passent par nos impressions, sentiments et ressentis. Nos sentiments nous guident. Ainsi lorsque nous passons une mauvaise journée, notre vision de la vie va en être beaucoup plus négative. Notre capacité à croire en nous aussi. Notre vision de la vie dépend des émotions que nous avons vécues dans notre journée, de nos nuits, des conversations que nous avons eues au jour le jour et des émotions que cela a créées en nous. Nous pouvons être très sûrs de ce que nous désirons un jour et le remettre en question le lendemain, avoir l’impression que rien ne va marcher.

 

Or, entre hier et aujourd’hui, rien n’a changé si ce n’est vous et votre manière d’analyser votre contexte de vie. Apprenez à être constant dans votre vision des choses et, qui plus est, concernant vos projets professionnels. Ce que vous désirez, doit être objectif et projet. Lorsque l’on est précis dans ses objectifs que certains qualifient de rêve, nous sommes déjà en route, comme nous l’avons déjà abordé dans maints et maints articles, vers notre destination. Apprenez à retenir uniquement vos impressions positives des jours positifs, et toutes ces pensées qui vous poussent au renoncement, entendez-les comme la résultante de vos émotions négatives.

 

Ainsi, si vous vous rêvez entrepreneur, que vous vous voyez à la tête d’une entreprise à l’autre bout du monde, que la vie d’artiste vous séduit ou que chaque jour vous avez en tête des applications smart phone, soyez bâtisseur et construisez dans ce sens, ne serait-ce déjà qu’en y croyant. Croire est un premier pas. Et pour bâtir, vous devez garder en tête la finalité de votre plan professionnel.

   

Personne ne sait, alors avancez

Souvent l’on renonce à force de regarder autour de soi. On trouve dans notre quotidien toutes les raisons au renoncement. Cette impression que pour réussir il faut de « la chance » et que la chance n’est pas une valeur sur laquelle miser. Impression qu’une petite poignée d’entre nous va réussir et que nous n’en ferons peut-être pas partie, un peu comme si la réussite professionnelle ne dépendait pas de vous, mais de variables extérieures.

 

Or, oui, le contexte joue mais la première variable de toute réussite reste avant tout votre positionnement intérieur, votre capacité à comprendre votre terrain professionnel, et votre façon de travailler avec une finalité qui porte en elle une plus grande dimension que celle que votre entreprise vous propose. Ne suivez pas uniquement les règles de votre entreprise, suivez avant tout vos propres règles à la lumière de vos aspirations.

 

Car, finalement, personne ne sait ce qui va marcher ou pas, ce qui est possible ou non. Tout, avant d’avoir été fait, existe en théorie. De Twitter à Apple. Ce qui fait la force d’un projet, c’est celui qui le porte. Vous devez avoir vos propres certitudes sur ce que vous souhaitez faire et travailler dans ce sens. Peu importe que vous usiez de bifurcations ou que vous recommenciez et recommenciez encore, tant que votre fil directeur porte en lui une part de rêve et de grandeur, vous êtes sur la bonne voie.

 

A chaque instant des milliers d’idées s’abandonnent sont abandonnées  par manque de confiance, difficultés à croire, peur de prendre des risques. Nous avons des idées, et nous décidons de ne pas les matérialiser. Nous sommes les uniques responsables de ce que nous ne produirons pas, jour après jour.


Détachez vous de la théorie

Les théories peuvent être cadre, signalétique, aider à la compréhension du monde, enrichir votre analyse, mais ne sont pas en soi le reflet de la réalité. Théories marketing, théories managements… il y a plus à comprendre, plus à créer. Testez vos propres théories, complétez celles des autres, aidez-vous de votre instinct, mais ne vous fiez pas uniquement à ce que l’on apprend basiquement et qui nous pousse à répéter et répéter les mêmes basiques de la vente, des ressources humaines, du commerce ou de l’économie. Si l’on ne sort pas du cadre fixé, on reste étriqué dans la vision d’autrui.

 

Donc, oui, en théorie il est plus difficile de réussir dans certains secteurs, plus difficile d’accéder au succès dans certains pays, plus complexe avec tel ou tel diplôme, plus facile avec tel ou tel bagage universel.  Mais la théorie existe pour se remettre en question, s’affirmer ou s’invalider. Des milliers d’entre vous défient les statistiques, jour après jour. Des milliers d’entre vous pourraient faire bien plus que ce qu’ils font au jour le jour.  Construire, c’est rêver. Ne renoncez jamais à vos aspirations professionnelles. Tôt ou tard, le marcheur arrive à destination. 

Autour du même sujet