Souriez vous êtes manipulés

Bien qu’ayant des côtés positifs indiscutables, l'ère Internet dans laquelle nous sommes donne une toute puissance à la manipulation

La surinformation

Les technologies de l'information et de la communication, en particulier Internet, ont ouvert une nouvelle forme de communication individualisée à l'extrême. Comme le précise Claude Baltz "Aujourd'hui, chaque individu peut être producteur d'information, d’écrits, sans limites de volume. Chaque individu peut éditer cette production sans aucune contrainte (techniques, financières). Ce sont des milliards de pages qui sont proposées à tous sans effort. Ce changement considérable nous ouvre les portes d'une bibliothèque virtuelle actualisée. C'est un progrès indéniable qui multiplie l'acquisition de nouvelles connaissances et le nombre d'apprenants, du fait de cette diversité". Bien que cela représente un progrès considérable, l’abondance d’information présente également un risque: la surinformation.

Le problème réside non seulement dans l'exhaustivité mais également dans la cohérence de l'information.
Le risque de cette surabondance est psychologique : la surinformation fait naître l'angoisse qui paralyse la prise de décision, la saturation empêche l’exploitation intellectuelle.

Cet aspect de la surinformation fait naître des comportements qui vont de l'absence de discernement à la méfiance excessive.

 

La Désinformation

Roland Jacquart désigne la désinformation comme "l'ensemble des techniques utilisées pour manipuler l'information tout en lui conservant un caractère de crédibilité, afin d’exercer une influence sur le jugement et les réactions d'autrui".

La désinformation est une technique complexe de manipulation de l’information destinée à influencer l'opinion. Elle est connue des services secrets et sa terminologie varie d'un pays à l'autre : en France on parle d'intoxication ou d'ingérence, les Anglais l'appellent "deception", traduction de tromperie, duperie.

La désinformation doit être appréhendée comme une action concertée, elle n’est jamais le fruit du hasard. On retrouve d'ailleurs la désinformation dans la terminologie militaire sous le terme de "mesures actives".


La  désinformation un phénomène complexe de communication qui résulte de l'interaction entre une volonté mensongère de l'émetteur est une prédisposition du récepteur à croire. La désinformation repose ainsi sur des variables téléologiques (stratégie), symboliques (contenu) des techniques (médias).

Le concept de désinformation introduit parfois le thème de la guerre de l'information. François- Bernard Huygue identifie la désinformation comme une arme destinée à affaiblir un adversaire dans une situation de conflit. Sa vocation est d’affaiblir l'adversaire en diminuant ses capacités offensives ou en influençant ces processus de décision.

 

Autour du même sujet