Boulangeries industrielles : salaire, préavis

La convention collective nationale des activités industrielles de boulangerie et pâtisserie concerne les employeurs respectant au moins trois des quatre critères suivant :transformer en pain 5 400 quintaux par an, employer 20 personnes minimum, avoir une surface de cuisson d'au moins 30 m,avoir des ventes de pain au détail inférieur à 30 % des ventes totales.

Le préavis dans les boulangeries et pâtisseries industrielles

En cas de rupture du contrat de travail, qu'il s'agisse d'une démission (via une lettre de démission de CDI ou une lettre de démission d'un CDD) mais aussi d'une rupture conventionnelle de CDI, sauf faute grave ou lourde, la durée du préavis est fonction de l'ancienneté du salarié :
- 1 mois pour une ancienneté inférieure à 2 ans,
- 2 mois pour une ancienneté d'au moins 2 ans. Pour les cadres, la durée est fixée à 3 mois.
Le salarié licencié a droit pendant ce préavis à une demi-journée d'absence rémunérée par semaine pour rechercher un emploi.

La classification dans les boulangeries et pâtisseries industrielles

La grande diversité des entreprises de cette branche a été l'élément déclencheur d'une méthode de classification adaptable à toutes les entreprises et toutes les fonctions. Elle repose sur les 6 critères ci-après qui permettent d'estimer objectivement les composantes de chaque emploi et le degré de maîtrise, pour chaque salarié, de son emploi :
- Connaissances requises ou expérience équivalente,
- Technicité, complexité,
- Initiative, autonomie,
- Responsabilité,
- Animation, encadrement,
- Communication.
A ces 6 critères, ci-dessus, sont attribués 9 degrés de maîtrise permettant d'effectuer la pesée de chaque emploi. La somme de ces degrés permet de connaître le positionnement dans la grille de classification. Le positionnement correspond au niveau. Il existe :
- 7 niveaux pour les ouvriers et employés,
- 5 niveaux pour les techniciens et agents de maîtrise,
- 5 niveaux pour les cadres.
La classification d'un emploi permet de déterminer son positionnement. La classification est donc indispensable pour appliquer les salaires minimums tels que la grille des salaires le stipule. Précisons que quel que soit le cas de figure, le salaire minimum ne peut pas descendre en deçà du Smic qui en 2017 a un montant net de 1 153 euros.

La grille de salaire dans les boulangeries et pâtisseries industrielles

Les montants de cette grille de salaire constituent les salaires minimaux mensuels applicables au 1er octobre 2015, pour un travail effectif correspondant à la durée conventionnelle du travail en vigueur soit 151,67 heures par mois ou 218 jours par an, à chacun des échelons de la grille hiérarchique résultant de la classification. Il s'agit d'un salaire brut minimal en fonction du degré et du nombre de points qui peuvent facilement être retrouvés sur un bulletin de paie ou un contrat de travail. A noter que les cadres commencent avec un salaire plus élevé que dans d'autres conventions collectives, notamment celle du Syntec qui emploie un grand nombre de cadres. En revanche, le Smicla rémunération des ouvriers et employés du niveau OE1.

QualificationDegréNombre de pointsSalaire minimum mensuel brut
Ouvriers
Employés
OE112 - 151480 euros
OE216 - 191472 euros
OE320 - 251485 euros
OE426 - 301521 euros
OE531 - 361564 euros
OE637 - 421627 euros
OE743 - 471702 euros
Techniciens
Agents de maîtrise
TA148 - 521816 euros
TA253 - 571937 euros
TA358 - 622110 euros
TA463 - 672259 euros
TA568 - 722408 euros
CadresCA173 - 752562 euros
CA276 - 792897 euros
CA380 - 833376 euros
CA484 - 873856 euros
CA588 à 904356 euros

Convention collective des boulangeries et pâtisseries industrielles gratuite

La dernière version de la convention collective nationale des boulangeries et pâtisseries industrielles est gratuitement consultable via ce lien. Cette version de la convention, signée le 13 juillet 1993, est complète et actualisée.

Conventions collectives