Réussir la vente de son entreprise Quel est le bon moment ?

demandez-vous si vous êtes prêt.
Demandez-vous si vous êtes prêt. © Rido / Fotolia

Vendre une entreprise que l'on a créée soi-même, dont on a hérité ou que l'on a développée durant de longues années est loin d'être un acte anodin. "Avant de se lancer ce processus, il faut être certain de pouvoir assumer toutes les conséquences émotionnelles d'une telle décision", recommande Gilles Lecointre, PDG d'Intercessio, cabinet spécialisé en transmission d'entreprise. Etes-vous prêt à passer le flambeau ? Avez-vous mûrement réfléchi votre décision ? En avez-vous parlé à vos proches ? Ne les oubliez pas : ils seront eux-aussi affectés par votre décision.

Vous devez absolument vous posez toutes ces questions avant de franchir le pas. Sinon vous risquez un jour de regretter votre décision."Il faut savoir qu'entre la signature du mandat de vente et celle du contrat de vente s'écoulent entre 12 et 24 mois", prévient Gilles Lecointre. Largement de quoi tergiverser et... de revenir sur sa décision. "J'ai déjà vu des cas où le vendeur se rétractait le jour même de la vente, confirme le PDG d'Intercessio. Entre les tours de tables, les audits comptables et les négociations, il a le temps de passer par tous les états."

Céder une entreprise au top de sa forme

Par ailleurs, si le dirigeant est prêt à céder son entreprise, c'est parfois tout simplement cette dernière qui n'est pas prête à être vendue ! "Dans l'idéal, il faut vendre son entreprise lorsque celle-ci est au mieux de sa forme", confirme Gilles Lecointre.

Si votre dernier bilan n'est pas fameux, patienter six mois de plus peut être profitable

Lorsque le bilan du dernier exercice n'est pas fameux et de meilleurs résultats sont escomptés à l'issue du prochain, il peut être très judicieux de patienter quelques mois de plus. La valeur de la PME s'en retrouvera gonflée. A l'inverse, il peut se révéler judicieux de vendre un peu plus tôt que prévu si votre société se présente sous son meilleur jour. C'est à vous qu'il revient d'arbitrer entre votre état d'esprit et la santé financière de votre entreprise.

PME