Loi Travail (réforme du travail) : contenu des ordonnances

Loi Travail (réforme du travail) : contenu des ordonnances Voulue par Emmanuel Macron, la réforme du code du travail est la suite de la Loi Travail. Le président de la République en a signé les ordonnances le 22 septembre.

Emmanuel Macron l'avait annoncé durant la campagne présidentielle, il compte réformer le code du travail en allant au-delà de la Loi Travail. Cette loi portée Myriam El Khomri, a été adoptée par l'Assemblée nationale le 21 juin 2017 grâce à l'article 49-3. Elle vise à augmenter la compétitivité des entreprises en leur donnant plus de souplesse. Mais elle a également pour objectif d'améliorer les conditions de travail des salariés. De nombreux décrets sont déjà entrés en vigueur sous le quinquennat de François Hollande.
Pour atteindre ses objectifs, Emmanuel Macron a prévu d'agir par ordonnances au cours de l'été 2017.  Le contenu des ordonnances a été officiellement présenté par le premier ministre Edouard Philippe et par Muriel Pénicaud, ministre du Travail au cours d'une conférence de presse le 31 août 2017 à l'hôtel Matignon. Au total, la réforme du Code du Travail prend la forme de 5 ordonnances d'un total de 160 pages. Le projet sera présenté officiellement lors du Conseil des ministres le 22 septembre. Les ordonnances devraient entrer en vigueur à la fin du mois de septembre.

14:22 - Ordonnances : Woerth défend "le prolétariat"

Décidemment, le clivage "droite-gauche" n’est plus ce qu’il était. Le député LR Eric Woerth, également président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale a critiqué la réforme du Code du travail par ordonnances en utilisant un vocabulaire que La France insoumise n’aurait pas renié. Invité de l’émission "Tout est politique" sur France info le 16 octobre, il a déclaré : "il y a des manques très importants dans cette réforme, notamment en ce qui concerne le nouveau prolétariat. Ceux qui travaillent pour des plateformes numériques, dans des conditions souvent qui doivent être dénoncées et qui ne gagnent pas grand-chose parfois au risque de leur vie. Je suis très étonné que le gouvernement n'ait pas traité dans une réforme du Code du travail tout ce champ de la nouvelle économie (…) Ce nouveau prolétariat nécessitait d’inventer de nouvelles formes de protection. Les salariés ne sont pas des esclaves ! Dans ce cas-là, ça ressemble un tout petit peu à ça. Il y a ceux qui galèrent sous le pont et, en même temps, il y a tout ceux qui se disent que c’est magnifique l'économie numérique".

14:00 - Pour Florian Philippot, les ordonnances sont inefficaces et injustifiables

Le fondateur du parti Les Patriotes Florian Philippot a rédigé un communiqué revenant sur la prestation du chef de l’Etat lors de son intervention télévisée du dimanche 15 octobre. Il ne mâche pas ses mots, notamment concernant la réforme du Code du travail : "Son intervention a consisté, de manière confuse et souvent brouillonne, à se justifier encore, sur des mesures pourtant injustifiables, parce qu’inefficaces économiquement et profondément contraires aux intérêts des Français, en particulier des classes modestes, notamment via une loi Travail XXL".

13:52 - L’appel de la CGT du Livre à manifester

La CGT du Livre appelle à se mobiliser contre la réforme du Code du travail par ordonnances le jeudi 19 octobre. Elle souhaite obtenir des aménagements aux ordonnances, à l’instar des routiers et des dockers. Elle explique sa vision des choses dans un communiqué rédigé le 17 octobre : "Contre les ordonnances Macron-Philippe, la mobilisation des salariés a déjà fait plier le gouvernement qui a récemment renoncé à appliquer l’esprit de sa loi Travail XXL dans plusieurs secteurs stratégiques (les transports, les ports et les docks), ouvrant ainsi une brèche dans sa réforme. Il est impératif de poursuivre la construction d’un rapport de force syndical dans le monde du travail pour obtenir le retrait des ordonnances".

12:22 - La CGT appelle à la mobilisation pour le 19 octobre

Sur son site internet, la CGT a lancé un appel à la mobilisation contre la réforme du Code du travail par ordonnances. La centrale syndicale dirigée par Philippe Martinez appelle à descendre dans les rues le jeudi 19 octobre : "Les ordonnances Macron ne sont pas derrière nous. Les routiers nous ont prouvé qu’on pouvait mettre en échec les ordonnances. Ils ont gagné l’intégration des primes et des indemnités dans le salaire de base (…). Contre la casse sociale, pour les 32 heures, les augmentations de salaire, la retraite pour tous, par la mutualisation : mobilisons-nous le 19 octobre prochain".

11:54 - L’avertissement de Mélenchon : Attention bonhomme, ce n’est pas réglé

Le lundi 16 octobre au soir, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du 20h de TF1. L’occasion pour le député de Marseille et leader des insoumis de revenir sur la réforme du code du travail par ordonnances. Il reconnaît que "le mouvement social est très divisé. Si ça continue comme ça, en dépit des efforts de certains syndicats qui ont tout porté sur leur dos, nous pourrions aboutir à la plus grosse défaite du mouvement ouvrier depuis les trente dernières années". Cependant, il estime que son mouvement a "fait sa part de travail" et qu’il continuera à lutter. Il a averti Emmanuel Macron qu’il ne baissera pas les bras : "Attends bonhomme, c’est pas réglé".

11:45 - Jean-Luc Mélenchon regrette la manière dont les syndicats combattent les ordonnances

Dans un article posté sur son blog le lundi 16 octobre au soir, Jean-Luc Mélenchon estime que les opposants à la réforme du Code du travail par ordonnances ont mal conduit leur action et ont manqué de coordination : "la semaine précédente avait vu le front syndical s’élargir de façon spectaculaire avec l’entrée en opposition de Force ouvrière, puis le rendez-vous unitaire au siège de la CGT. Nous pensions tenir l’occasion de voir le mouvement social se reprendre en main face à l’adversaire (…). La réunion syndicale unitaire a convoqué une autre réunion unitaire pour envisager une journée d’action en novembre. Pendant ce temps, les corporations, abandonnées à elles-mêmes, négocient séparément".

16/10/17 -  14:25 - Pour Thomas Guénolé, la Loi Travail augmentera le harcèlement

Sur LCI, dans l’émission Mediasphère, le politologue proche de La France insoumise Thomas Guénolé, défend la thèse suivante : la réforme du Code du travail par ordonnances fera augmenter le harcèlement sexuel : "Il y a des priorités contradictoires. D’un côté, il faut lutter contre la violence et le harcèlement sexuel. De l’autre côté, on a des réformes, les ordonnances Macron qui vont faciliter les licenciements et les pressions sur les salariés. C’est le sujet. Quand vous facilitez le licenciement des salariés à bas revenus dont la majorité sont des femmes, vous facilitez les pressions sur les femmes en termes de harcèlement sexuel". 

16/10/17 -  13:58 - Interview du 15 octobre : ce que Macron a dit sur les ordonnances

Emmanuel Macron était l’invité exceptionnel de TF1 le dimanche 15 octobre. Le but du président de la République était simple : expliquer le sens de son action. Interrogé sur la réforme du Code du travail par ordonnances, il déclaré qu’elles "permettront aux entreprises de s’adapter par le dialogue social (…). Il faut donner plus de souplesse aux entreprises pour qu’elles puissent s’adapter". Il a réaffirmé que les mouvements sociaux ne le feront pas reculer : "ce n’est pas la rue qui gouverne (…). Je fais ce que je dis. Ca contrarie peut-être, ça surprend certains". Toutefois, il faudra aller plus loin pour réformer le pays, "on ne change pas une société par une loi".

16/10/17 -  13:47 - La CGT Pétrole prête à faire grève

A force de blocages, les salariés du secteur routier ont obtenu un statut sur ad hoc puisqu’ils sont dispensés de certaines mesures de la réforme du Code du travail par ordonnances. De quoi donner des idées à la CGT Pétrole. Le lundi 16 octobre, le syndicat a demandé dans un communiqué "l’ouverture d’une négociation immédiate". Selon lui, "les ordonnances Macron ont pour fonction, entre autres, de remettre en cause les garanties larges que sont les conventions collectives. La convention collective pétrole, elle-même socle des accords de groupe et d’entreprise, est touchée comme les autres". Emmanuel Lépine, secrétaire général de la CGT Pétrole se dit prêt à "entrer en grève reconductible à partir du 23 octobre", ce qui d’après lui entraînera des blocages de raffineries.

16/10/17 -  11:18 - Ordonnances travail : une dérogation pour les dockers

Après des mouvements de grève et des blocages, les salariés du transport routier ont obtenu des dérogations aux ordonnances pour préserver leur salaire qui, pour une grande partie est fait de primes. De la même manière, le 14 octobre, les dockers ont obtenu une dérogation similaire : "il a été confirmé aux partenaires sociaux que l’ensemble des stipulations en vigueur de la convention collective nationale unifiée ports et manutention relatives au contrat de travail conserve son caractère impératif, compte tenu des spécificités de la branche reconnues par la loi en 2008 puis en 2015". Un second coup de couteau sur l’universalité des ordonnances.

12/10/17 -  14:38 - Pour s’opposer aux ordonnances, une "chasse au DRH" organisée dans le bois de Boulogne

Le jeudi 12 octobre les DRH des groupes du Cac40 se sont réunis dans le bois de Boulogne au pré Catelan en présence de Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Le rassemblement a été troublé par des activistes qui ont appelé à mettre en place une "chasse au DRH", notamment pour protester contre la réforme du Code du Travail par ordonnances. Un site officiel nommé Chasse au DRH au Bois de Boulogne a organisé la manifestation. Plusieurs voitures ont été brûlées, des CRS ont été appelés en renfort pour sécuriser l’évènement. En début d’après-midi, une quarantaine d’interpellations ont eu lieu. Plusieurs associations comme Attac ou Solidaires ont participé à cette "chasse". 

10/10/17 -  10:55 - Réunion intersyndicale : pas de vision commune contre les ordonnances

Le lundi 9 octobre au soir, à l’initiative de la CGT a eu lieu une réunion multilatérale entre les syndicats. Celle-ci a eu lieu à Montreuil au siège du syndicat dirigé par Philippe Martinez. L’objectif était de trouver une ligne directrice contre la réforme du Code du travail par ordonnances. A l’issue de la réunion, les syndicats qui ont participé à la discussion (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC, Solidaires, Unsa, FSU) ne sont pas parvenus à définir une "vision commune". Mis à part la CGT, tous les syndicats ont considéré qu’une action de mobilisation était prématurée. Résultat, seule la CGT a appelé à une mobilisation le jeudi 19 octobre.

09/10/17 -  10:26 - Selon un sondage Harris Interactive, le gouvernement restera sourd aux manifestants

Emmanuel Macron a signé les ordonnances réformant le Code du travail le 22 septembre. Et malgré les manifestations, il ne reviendra pas en arrière. Voici l’opinion de 84% des Français selon un sondage réalisé par l’institut Harris Interactive. Les électeurs de Marine le Pen sont 90% à être de ce cet avis. 

05/10/17 -  10:22 - Voici le protocole d’accord entre le gouvernement et les syndicats routiers

Après plusieurs négociations, syndicats, patronat et gouvernement ont trouvé un accord pour mettre fin au mouvement des routiers. Le texte circule sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une dérogation aux ordonnances signées par Emmanuel Macron le 22 septembre. 

05/10/17 -  10:16 - Loi Travail : les routiers trouvent un accord

Mercredi 4 octobre au soir, un accord tripartite a été trouvé entre les syndicats de routiers, le gouvernement et les fédérations patronales. Les routiers contestaient la réforme du Code du travail par ordonnances qui aurait pu avoir des graves conséquences sur leur fiche de paie. En effet, selon les ordonnances, le montant des primes aurait pu se négocier directement au sein des entreprises dont beaucoup sont des TPE ou des PME. Or les primes peuvent représenter jusqu’à 20% de la rémunération des salariés du secteur. L’accord permet de maintenir en l’état les primes, les frais de déplacement ou encore le 13ème mois.

04/10/17 -  11:15 - Selon Edouard Philippe, les ordonnances vont renforcer le syndicalisme

Le premier ministre Edouard Philippe a assuré le "service après-vente" de ses réformes dans une longue interview accordée à Libération le 4 octobre. Selon lui, la réforme du code du travail permettra d’augmenter l’influence des syndicats : "Je ne crois pas une seule seconde que les ordonnances fragilisent les syndicats. Quand vous favorisez les accords majoritaires au niveau de la branche, vous laissez beaucoup de pouvoir aux syndicats. Mais le changement, c’est qu’on leur donne du pouvoir plus près du terrain et moins au niveau politique". Pour le moment, il estime que le syndicalisme n’est pas assez développé dans les petites entreprises : "les syndicats dont absents dans 96% des petites entreprises. En leur sein, il n y a pas de dialogue social aujourd’hui".

04/10/17 -  10:59 - La CFDT ne participera pas aux mobilisations contre les ordonnances

Le mardi 3 octobre, la CFDT organisait son rassemblement annuel Porte de la Villette. A cette occasion, le secrétaire général du syndicat Laurent Berger a confirmé qu’il n’appelait pas à la mobilisation contre la réforme du Code du travail par ordonnances : "Je comprends l’envie de certains d’enfiler les baskets. Mais pour quelle efficacité ? Ne donnons pas d’arguments au gouvernement pour nous ranger sur les rayons du vieux monde". D’après des propos rapportés par Le Parisien, il aurait justifié cette prise de position en coulisse en déclarant "il ne faut pas mentir aux salariés. Les ordonnances ont été signées, devant les caméras d’ailleurs".

02/10/17 -  18:49 - Jean-Claude Mailly appelle enfin à la mobilisation

C’est ce que l’on appelle un changement de ligne radical. Après s’être positionné comme le chantre de la négociation, le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly semble avoir changé d’avis. Dans un édito publié sur le site de FO le lundi 2 octobre, il estime que "nombre de mesures inacceptables figurent dans les ordonnances (…). C’est pourquoi FO considère qu’une mobilisation interprofessionnelle est nécessaire avant la ratification des ordonnances. Nous prendrons donc contact avec les autres confédérations dans les jours à venir. Dans tous les cas, cette journée de manifestation aura lieu". C’est la première fois que FO appelle officiellement à manifester contre la réforme du Code du travail par ordonnances. Rappelons que ce week end, le "parlement de FO" avait voté une résolution appelant à la mobilisation. Ayant refusé de démissionner ce week-end, Jean-Claude Mailly a été contraint de suivre sa base.

02/10/17 -  10:10 - FO : Jean-Claude Mailly contesté par sa base

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière ne fait pas partie des farouches opposants à la réforme du Code du travail par ordonnances. Ainsi, il n’a pas appelé à manifester contre le projet porté par Muriel Pénicaud. Une attitude qui n’a pas plu à sa base. Conséquence : nombreux syndicalistes FO ont manifesté aux côtés de la CGT. De quoi fragiliser la position de Jean-Claude Mailly ? Incontestablement. Ainsi, le 29 septembre, le "Parlement de FO" s’est très largement opposé à la volonté de négocier avec le gouvernement. Un camouflet pour Jean-Claude Mailly qui pourrait ne pas terminer son mandat sous la pression de ses troupes.

29/09/17 -  11:40 - Loi Travail, les routiers prêts à continuer le mouvement

Le jeudi 28 septembre, les syndicats de routiers ont rencontré les fonctionnaires du ministère des Transports pour évoquer les conséquences de la réforme du travail sur leur quotidien. Ils en sont sortis plus déterminés que jamais à continuer la lutte. D’après Le Parisien, ils se sont déclarés "effarés". Les échanges auraient été "très tendus". Ils affirment également n’avoir "rien obtenu de concret". Les syndicats ont donc la ferme intention de poursuivre les mouvements sociaux. Ainsi, dans la nuit de jeudi à vendredi, la raffinerie de Feyzin dans le Rhône a été bloquée.

29/09/17 -  11:30 - Débat Philippe Mélenchon : ce qu’ils ont dit sur le coup d’Etat social

Le jeudi 28 septembre au soir, le premier ministre Edouard Philippe était l’invité de l’Emission politique sur France 2. A cette occasion, il a pu débattre avec Jean-Luc Mélenchon, notamment sur l’utilisation du terme coup d’Etat social utilisé par le leader des insoumis pour qualifier la réforme du Code du travail par ordonnances. Edouard Philippe s’est opposé à l’utilisation de ce terme : "Je m’inscris en en faux contre l’utilisation du terme coup d’Etat social, qui n’est pas issu du vocabulaire démocratique alors que dans cette affaire, nous avons fait confiance à la démocratie et au dialogue". Jean-Luc Mélenchon, de son côté, a confirmé que la réforme s’apparentait à un coup d’Etat : "Lorsque l’on change un siècle et demi de lutte sociale et de compromis sociaux dans le pays et que l’on s’adresse à des parlementaires en disant : de toute façon, on vous avait prévenu, on a trois feuilles avec dix chapitres, et c’est oui ou non, on ne peut pas toucher une virgule ou un mot, J’appelle ça un coup de force, j’appelle ça un coup d’Etat social".

28/09/17 -  16:36 - La loi Travail n’est qu’une étape

Muriel Pénicaud le répète souvent : réformer le quotidien des salariés est un "rubik’s cube". Et la réforme du Code du travail n’est qu’une étape. Voici ce que réserve le programme d’Emmanuel Macron pour les salariés.

28/09/17 -  11:19 - Emmanuel Macron critique l’attitude des insoumis

La France insoumise est en pleine opposition contre la réforme du code du travail par ordonnances. Dans la dernière édition du Canard enchaîné, Emmanuel Macron a des mots très durs envers l’attitude du parti de Jean-Luc Mélenchon. D’après le palmipède le président considère le rassemblement contre le coup d’Etat social du 23 septembre comme "un événement raté". Selon Emmanuel Macron, "Mélenchon se comporte comme ces chefs d’Etat africains qui ont perdu l’élection. Heureusement qu’il n’a pas l’armée avec lui (…). Les révolutionnaires sont souvent des ratés du suffrage universel. Son modèle c’est Maduro et son Assemblée constituante".

27/09/17 -  14:33 - Manifestation du 23 septembre : Raquel Garrido fait le buzz

Cadre du mouvement La France insoumise, Raquel Garrido est également chroniqueuse de l’émission "Les Terriens du Dimanche". Dans l’émission diffusée dimanche 24 septembre, elle s’est réjouie de la mobilisation lors de la marche contre le coup d’Etat social organisée la veille. Problème, l’émission a été enregistrée le jeudi, soit deux jours avant le rassemblement. Une situation qui n’a pas échappé à la presse et à la twittosphère…

22/09/17 -  14:22 - Les ordonnances signées

Entouré de la ministre du Travail Muriel Pénicaud et du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, le chef de l'Etat a signé les ordonnances de la loi travail en direct à la télévision, à l'issue du conseil des ministres.

Les ordonnances signées - Réforme du travail  ©CNEWS

21/09/17 -  17:10 - A Marseille, Emmanuel Macron est interpellé sur la Loi Travail

En visite officielle à Marseille le jeudi 21 septembre, le président de la République a été interpellé par une salariée en reconversion professionnelle. 

21/09/17 -  10:57 - Pour Jean-Luc Mélenchon, Macron est Blair et Thatcher dans une seule personne

Le jeudi 21 septembre, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, était l’invité de la matinale de RTL. L’occasion pour lui de revenir sur les propos d’Emmanuel Macron et de certains membres du gouvernement à l’égard des opposants à la réforme du Code du Travail par ordonnances : "Nous avons été traité de névrosés aux passions tristes par un ministre, d’emmerdeurs par un autre". Selon le député des Bouches-du-Rhône, ces propos sont le signe d’une lutte des classes : "Monsieur Macron est un homme intelligent, déterminé qui n’improvise pas autant qu’on ne voudrait le croire. Il est Blair et Thatcher dans une seule personne. Il dit clairement à tous les libéraux : il y a un chef, c’est moi et on va leur rentrer dedans. Une élection n’est pas un blanc-seing (…). Quand il parle de la rue, c’est un vocabulaire très connoté. Nous sommes alors des sortes d’émeutiers, une masse confuse".

21/09/17 -  10:39 - Grève du jeudi 21 septembre : ce qui est prévu

A la veille de la présentation officielle des ordonnances en Conseil des ministres, un mouvement de grève est organisé par certains syndicats tels que la CGT et Solidaires. Plusieurs manifestations sont prévues dans toute la France. Comme le 12 septembre, la principale manifestation partira de la place de la Bastille à Paris à 14 heures. Des grèves sont prévues dans les transports en commun. 80% des trains Intercités circuleront. Les lignes les plus touchées seront Paris-Limoges-Bordeaux et Bordeaux-Marseille. Si 84% des TER devraient circuler normalement, en Bourgogne, seuls 50% des trains sont maintenus contre 60% en Franche Comté et 62% en Aquitaine. Des blocages sont prévus dans certaines zones portuaires comme Le Havre, mais aussi dans certaines universités comme Tolbiac.

20/09/17 -  10:18 - De New York, Emmanuel Macron s’exprime sur la loi Travail

Ne pas parler des affaires intérieures de la France lors d’un déplacement à l’étranger. Cette règle non écrite, n’est pas suivie par Emmanuel Macron. Après avoir créé la polémique à Athènes le 7 septembre en utilisant le terme de fainéants, le président de la République s’est exprimé sur la réforme du Code du Travail de New York. Dans une interview accordée à la journaliste vedette de CNN Christiane Amanpur, il a déclaré : "je crois à la démocratie, mais la démocratie n’est pas la rue (…). Si je respecte ceux qui manifestent, je respecte aussi les électeurs français, et ils ont voté pour le changement".

18/09/17 -  14:10 - Les cheminots appelés à la grève le 21 septembre

Après les routiers le lundi 18 septembre, c’est au tour des cheminots de se mobiliser contre la réforme du Code du Travail par ordonnances. L’Unsa ferroviaire, la CGT et Sud Rail ont appelé d’un commun accord à une grève le jeudi 21 septembre, soit la veille de la présentation officielle des ordonnances en Conseil des ministres. Il s’agit de la seconde grève dans les transports en commun sur le mois de septembre. Le 12 septembre le trafic SNCF, notamment en Ile-de-France, avait déjà été perturbé dans le cadre de la journée de protestation syndicale. Soulignons que l’Unsa ne s’était pas mobilisée le 12 septembre.

Loi Travail : Macron

Elu à présidence de la République le 7 mai 2017, Emmanuel Macron souhaite aller plus loin que la Loi Travail et effectuer une vaste réforme du code du travail. Il compte procéder à une réforme par voie d'ordonnance dès cet été afin de faire adopter une Loi Travail 2. L'entrée en vigueur de cette nouvelle loi est espérée pour l'automne 2017. Emmanuel Macron et son gouvernement ont prévu dans un premier temps rencontrer les représentants des organisations patronales et syndicales. En effet, la loi Larcher de 2007 relative à la modernisation du dialogue social, impose une phase de consultation avec les partenaires sociaux. Les premières rencontres ont commencé le 23 mai 2017 et se sont terminées le 24 août. Elle est menée par Edouard Philippe et Muriel Pénicaud. 

Réforme du code du travail

Plusieurs mesures sont au cœur de cette Loi Travail 2. Elles sont détaillées dans 5 ordonnances mises en ligne sur le site du gouvernement le 31 août 2017. Intitulé "Projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social", le projet comporte 36 grandes mesures visant à instaurer une flexisécurité à la française et à juguler le chômage de masse. Voici les principaux points à connaître :

  • CDD, bouleversements en vue : Pour le moment, les caractéristiques des CDD sont fixées par la loi. Les ordonnances proposent une rupture de taille : désormais, les modalités de ces contrats de travail seront déterminées par la branche. Ainsi, la loi n'aura plus son mot à dire sur des éléments tels que la durée du CDD, le nombre de renouvellement ou encore le délai de carence. Pour la plupart des opposants aux ordonnances il s'agit d'un véritable chiffon rouge qui risque d'accentuer la précarité des contrats de travail.
  • Mise en place d'un contrat de projet (CDI de projet)Si un point de la loi suscite une forte réserve de la part des représentants des salariés, c'est bien la mise en place d'un contrat de projet ou (CDI de projet). Concrètement il s'agit d'élargir le CDI de chantier en vigueur dans le secteur du bâtiment. Pour les syndicats il s'agit de la "mort du CDI" ou encore d'une "généralisation de la précarité". En revanche, le Medef avait proposé la mise en place de ce contrat de travail en 2015. Finalement, le Code du Travail mentionnera bel et bien le contrat de chantier. Ce point sera traité dans le chapitre III du livre II du Code du Travail : "une convention ou un accord collectif de branche étendu définit les raisons permettant de recourir à un contrat conclu pour la durée d'un chantier ou d'une opération". Ainsi, la mise en place de ce contrat de travail se fera non pas au niveau de l'entreprise mais de la branche. Dans toutes les branches ? Sur ce point-là, le texte est flou puisqu'il indique que "ce contrat peut être conclu dans les secteurs où son usage est habituel et conforme à l'exercice régulier de la profession qui y recourt au 1er janvier 2017".
  • Fusion des instances représentatives du personnelDans les entreprises de plus de 50 salariés,  une instance unique nommée "comité social et économique" (CSE) remplacera et fusionnera le comité d'entreprise, le comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les délégués du personnel. Selon Muriel Pénicaud, cette instance sera "un lieu pour discuter l'économique et le social". Le but de cette mesure est également de supprimer les "effets de seuil". Aujourd'hui certaines entreprises préfèrent ne pas embaucher plutôt que de dépasser un seuil qui impose la création d'instances.
  • Plafonnement des indemnités prud'homales : Le plafonnement des indemnités prud'homales est une mesure phare de la réforme du travail. Cette réforme avait été proposée à l'été 2015 par un certain... Emmanuel Macron, alors à la tête de Bercy. La mesure avait été retoquée par le Conseil constitutionnel (les sommes versées n'étaient pas les mêmes en fonction de la taille de l'entreprise. Le Conseil constitutionnel a donc considéré qu'il s'agissait d'une rupture d'égalité des citoyens devant la loi). Les ordonnances portant sur la réforme du Code du Travail proposent une fois encore un plafonnement des indemnités prud'homales. Les modalités sont les suivantes : lors d'un licenciement abusif, les indemnités seront plafonnées à 3 mois de salaire jusqu'à deux ans d'ancienneté. Elles augmenteront jusqu'à un maximum de 20 mois de salaire à partir de 30 ans d'ancienneté. En cas de harcèlement ou de discrimination, le plafonnement n'existera pas..
  • Hausse des indemnités légales de licenciement : Actuellement, le délai de recours aux prud'hommes est d'un an pour les licenciements économiques et de deux ans pour tous les autres motifs de licenciement. Les ordonnances prévoient de limiter le délai de recours à un an dans tous les cas de figure.
  • Délai de recours aux prud'hommes raccourci  Actuellement, le délai de recours aux prud'hommes est d'un an pour les licenciements économiques et de deux ans pour tous les autres motifs de licenciement. Les ordonnances prévoient de limiter le délai de recours à un an dans tous les cas de figure.
  • Vers une rupture conventionnelle collective : Si le licenciement peut pour l'instant être collectif, ce n'est pas le cas de la rupture conventionnelle qui ne peut qu'être individuelle. Une situation qui pourrait changer d'après la conférence de presse de Muriel Pénicaud : "la réforme crée une rupture conventionnelle collective. Cette négociation basée sur les départs volontaires pourra être homologuée par l'administration".
  • Réforme du compte pénibilité : Une usine à gaz. Voilà comment le patronat considère le compte pénibilité.  Message entendu par le gouvernement qui consacre une ordonnance entière au  compte pénibilité désormais nommé compte professionnel de prévention. La déclaration des facteurs de pénibilité est supprimée. Selon Muriel Pénicaud, cette réforme n'aura pas de conséquences pour les salariés.
  • La négociation des primes : A l'heure actuelle, les primes se négocient au niveau des branches ou des conventions collectives. La réforme du Code du Travail permet de négocier les primes directement au niveau des entreprises. Comme l'a mentionné Muriel Pénicaud lors de sa conférence de presse du 31 août : " les salariés comme l'employeur pourraient décider de négocier une prime de garde d'enfant plutôt qu'une prime d'ancienneté par exemple".
  • La négociation dans les PME sans syndicat : 96% des TPE n'ont pas de délégués syndicaux. Désormais, dans les entreprises de moins de 20 salariés, il sera possible de négocier avec un employé non mandaté par un syndicat. Cette mesure vise à renforcer le dialogue social dans les entreprises de petite taille. Soulignons que dans les entreprises comprenant entre 20 et 50 salariés, la négociation pourra avoir lieu avec un élu du personnel non mandaté.
  • Le droit à l'erreur de l'employeur : Concernant les licenciements dans les TPE et PME, Muriel Pénicaud a évoqué la mise en place d'un "droit à l'erreur". Le but est de faire en sorte que les "vice de forme de bonne foi, ne pénalisent plus les entreprises" parfois condamnées à payer de lourds dommages et intérêts.

Loi Travail : contenu

La loi Travail a pour objectif d'instaurer une flexisécurité à la française. Son but est d'assouplir le code du travail pour permettre aux entreprises d'embaucher et de faire face à la conjoncture économique de manière plus agile. Pour cela la Loi Travail a instauré plusieurs dispositions : facilitation du licenciement économique, début d'inversion de la hiérarchie des normes au profit du dialogue social, référendum d'entreprise…

Dans le même temps, des droits supplémentaires sont donnés aux salariés ou aux personnes en recherche d'emploi: droit à la déconnexion, compte personnel d'activité (CPA), congés payés facilités, extension de la Garantie Jeunes…

Enfin, la Loi Travail ne touche pas à deux totems du code du travail. La durée légale du travail reste de 35 heures. Les salariés ne peuvent recevoir un salaire en dessous du Smic.

Le contenu intégral de la Loi Travail est téléchargeable sur Légifrance depuis le 8 août 2016. Son contenu est très complexe et la lecture de la loi peut-être difficile pour le grand public. Le dossier Loi Travail du JDN a pour but de résumer les principaux points qui touchent les salariés et les entrepreneurs. 

Licenciement économique

La Loi Travail prévoit de simplifier le licenciement économique. Pour cela, elle définit les critères qui pourront autoriser les entreprises à avoir recours à ce type de licenciement. Il s'agit de la baisse des commandes et de la baisse du chiffre d'affaires. Concrètement, l'application de ces critères dépend de la taille de l'entreprise. Ces mesures sont entrées en vigueur le 1er décembre 2016 :

  • Entreprises de moins de 11 salariés : Un trimestre de baisse du chiffre d'affaires ou de baisse des commandes.
  • Entreprises entre 11 et 49 salariés : Deux trimestres de baisse du chiffre d'affaires ou de baisse des commandes.
  • Entreprises de 50 à 299 salariés : Trois trimestres de baisse du chiffre d'affaires ou de baisse des commandes.
  • Entreprises de 300 salariés ou plus : Quatre trimestres de baisse du chiffre d'affaires ou de baisse des commandes.

L'article 2

L'article 2 de la Loi Travail fait partie des points les plus critiqués du projet de loi. Il prévoit qu'un accord d'entreprise puisse remplacer les dispositions d'un accord de branche, même si l'accord d'entreprise est moins favorable aux salariés. Les opposants à la loi dénoncent une inversion de la hiérarchie des normes et un immense recul social.

Cet article a finalement été adopté et publié au Journal Officiel. Toutefois, il ne correspond pas à l'article 2 mais à l'article 8.

Accords offensifs

L'employeur et les syndicats peuvent par accord d'entreprise, modifier la durée du travail (sur une période limitée dans le temps), le mode de rémunération des heures supplémentaires, le nombre de jours de RTT… En cas d'accord, ces changements s'imposent dans le contrat de travail du salarié. Refuser les modifications pourra être un motif de licenciement économique. Attention, ces accords ne peuvent se mettre en place que dans les entreprises où existent des représentants syndicaux. Le gouvernement s'est inspiré de l'Allemagne où cette mesure a permis d'augmenter la compétitivité et de sauver des nombreux emplois dans le secteur industriel.

Durée légale du travail

La loi est on ne peut plus claire. La durée légale du travail est toujours de 35 heures. Malgré les demandes d'une partie de l'opposition, le gouvernement n'est pas revenu sur la loi Aubry. Toutefois, quelques changements sont à prévoir. Pour le moment, il est possible de travailler 44 heures par semaine sur 12 semaines suite à un accord de branche ou un décret. Avec la loi El Khomri, un simple accord d'entreprise permet de travailler 46 heures sur 12 semaines. En revanche, l'idée d'augmenter la durée légale du travail des apprentis n'est pas mentionnée dans la loi (elle se trouvait pourtant dans le premier avant-projet de loi présenté en mars 2016).

Autre point, en cas de circonstances exceptionnelles propres à l'entreprise, il est possible de porter la durée de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures actuellement. En revanche, il est nécessaire d'obtenir l'autorisation de l'inspection du travail en plus de l'accord d'entreprise. Soulignons que la loi ne définit pas la notion de circonstances exceptionnelles. Notons que le projet de Loi Travail 2 ne prévoit pas non plus le retrait des 35 heures qui restent la durée de référence.

Heures supplémentaires

Les majorations restent les mêmes c'est-à-dire 25% pour les huit premières heures 50% pour les suivantes. Mais cette hausse peut être limitée à 10% suite à un accord entre la direction et les représentants syndicaux. Mais pour cela, aucun accord de branche ne doit s'y opposer.

Référendum d'entreprise

Le texte prévoit une première dans le droit du Travail : la mise en place de référendums dans les entreprises. Ces derniers sont initiés par des syndicats représentants moins de 30% des salariés. Pour qu'il soit validé, le référendum doit être approuvé par plus de 50% des suffrages exprimés par les salariés. Les syndicats majoritaires ne peuvent pas s'opposer au résultat.

Compte personnel d'activité (CPA)

Pour le gouvernement, la mise en place du compte personnel d'activité(CPA) est la grande réforme sociale du quinquennat. La Loi Travail souligne que ce compte regroupe le compte personnel de formation (CPF), le compte pénibilité ainsi qu'un nouveau compte qui fait son apparition : le compte d'engagement citoyen (CEC) qui valorise les activités bénévoles.

Droit à la déconnexion

C'est une première dans le droit Français : la Loi Travail reconnaît un droit à la déconnexion. Elle dispose que les entreprises doivent mettre en place des mesures visant à assurer le respect des congés payés et du temps de repos. Ces mesures sont négociées directement dans l'entreprise entre les représentants du personnel, les représentants syndicaux et la direction. Toutefois, le législateur ne prévoit aucune sanction à l'encontre des entreprises qui ne respectent pas cette obligation.

Bulletin de paie électronique

Pour des raisons écologiques et dans un but de simplification, la loi autorise les employeurs à remettre à leurs salariés un bulletin de paie électronique. Mais le salarié est en droit de s'y opposer. Pour le moment, l'employeur doit adresser au salarié une demande pour avoir recours à ce type de bulletin de paie.

Religion en entreprise

La loi autorise les entreprises à inscrire dans les règlements intérieurs des "dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés".

Médecine du travail

Une visite médicale d'embauche a longtemps été systématique lors du recrutement d'un salarié. Avec la loi El Khomri, ce n'est plus une obligation exceptée pour des postes à risques. Les autres salariés passeraient une visite d'information et de prévention dispensée par un professionnel de la santé qui ne serait pas forcément médecin (il peut d'agir d'un infirmier). Pour de nombreux médecins, il s'agit d'un coup très dur porté à la médecine du travail.

Travailleurs saisonniers

Les contrats saisonniers sont pour le moment moins protégés que les CDD traditionnels. Un élément que la Loi Travail compte changer progressivement. Désormais, les entreprises qui emploient des travailleurs saisonniers sont dans l'obligation de "négocier d'une saison sur l'autre la reconduction des contrats à caractère saisonnier et de prendre en compte l'ancienneté des salariés" (ainsi les saisonniers pourront obtenir une prime d'ancienneté). Cette mesure est en vigueur depuis l'été 2017.

Garantie Jeunes

L'extension de la Garantie Jeunes fait partie du volet social de la loi. Elle est en vigueur depuis le 1er janvier 2017. Ce dispositif à l'origine expérimental vise à aider les 18-25 ans en situation de chômage ou de décrochage scolaire. Ce sont les missions locales qui conduisent au quotidien ce dispositif. 

Congés pour deuil

Pour le moment, le congé pour événement familial d'un salarié en cas de décès d'un enfant est de deux jours. Il estporté à cinq jours depuis un décret d'application entré en vigueur le 1er janvier 2017. Concernant la mort d'un frère, d'une sœur, d'un parent ou d'un beau parent, le congé pour événement familial passera de un à deux jours. Ces dispositions s'imposeront aux conventions collectives qui pourront toutefois accorder des jours supplémentaires (certaines le font déjà).

Smic / Contrat de travail