La digitalisation des ressources humaines est inéluctable... mais lente

Les responsables RH appellent de leurs vœux une transformation numérique de leur métier mais traînent des pieds, selon une étude.

Les professionnels des ressources humaines sont clairs : si la digitalisation de leur activité est inévitable et améliorera leur rôle dans l'entreprise, celle-ci n'est pas aussi rapide qu'attendue. De plus, certains freins sont à lever pour rassurer les professionnels du secteur. Heureusement, ils sont convaincus qu'ils ont un rôle clé à jouer pour accompagner cette inéluctable digitalisation. Telles sont les grandes conclusions de l'étude "RH et transformation digitale" qu'Unow, leader français de la formation en ligne et des MOOC donne en exclusivité au JDN.

Les participants à l'enquête sont pratiquement unanimes : 94% d'entre eux estiment que la digitalisation est une opportunité pour leur organisation tandis que 95% déclarent qu'il en est de même pour leur métier.

Pourtant, ils sont majoritaires (70%) à penser que la transformation digitale de la fonction RH est trop lente. Les professionnels des ressources humaines interrogés par l'étude Unow sont également 61% à déclarer que la transformation digitale au sein de leur entreprise n'est pas assez rapide.

Des freins culturels et organisationnels

L'étude menée par Unow met en avant les deux principaux freins qui font obstacle à la digitalisation de la fonction RH.

Le premier frein, cité par 75% des répondants, est d'ordre culturel. Il est fortement lié à la méconnaissance de certains professionnels des RH au sujet du digital. Il s'agit d'une peur du changement et d'une angoisse quant au devenir de leur métier. De plus, certains spécialistes des ressources humaines n'ont pas été formés à repenser leur fonction de fond en comble. Ils ne disposent pas forcément de la culture du changement que peuvent avoir les nouveaux entrants sur le marché du travail.

"Beaucoup d'entreprises devront refonder en profondeur leur organisation"

Le second obstacle, mentionné par 66% des répondants, est organisationnel. Jérémie SicSic, directeur d'Unow, explique l'obstacle organisationnel de la façon suivante : "Les entreprises actuelles fonctionnent la plupart avec une hiérarchie pyramidale et une organisation en silo. Ce qui n'est pas vraiment compatible avec l'organisation des entreprises qui sont à la pointe de l'innovation. Cela signifie que pour digitaliser leur fonction RH, beaucoup d'entreprises devront refonder en profondeur leur organisation, ce qui est loin d'être aisé".

Notons que les obstacles financiers et techniques ne sont cités que par 34% des professionnels interrogés. En somme, les entreprises possèdent les moyens financiers et techniques pour digitaliser leur processus RH. Mais toutes ne sont pas encore prêtes à sauter le pas.

La digitalisation au service de la valorisation de la fonction RH

Malgré des obstacles culturels et organisationnels, les professionnels interrogés portent un regard positif sur ces transformations. Ils sont ainsi 63% à juger qu'elles amélioreront le service apporté par leur fonction. 33% de l'échantillon estime que la digitalisation valorisera la fonction RH au sein de l'entreprise.

D'une manière plus générale, ils sont 95% à trouver que la transformation digitale est une opportunité pour leur organisation et leur métier.

Cette opportunité est une chance que les personnes interrogées sont déterminées à saisir. Ainsi, 95% des professionnels ayant répondu à l'enquête sont convaincus qu'ils ont un rôle clé à jouer dans la transformation digitale des entreprises.

Vers un bouleversement du secteur des ressources humaines

Les professionnels interrogés par Unow sont parfaitement conscients des changements qui sont actuellement à l'œuvre. Ils sont ainsi plus de 95% à estimer que d'ici cinq ans, l'impact de la transformation digitale sur leur métier sera très important.

Ils sont même 10% à qualifier ce changement d'incommensurable.

Source

L'étude "RH et transformation digitale" est publiée par Unow, concepteur de formations professionnelles digitales. Elle a été réalisée en novembre 2015 auprès de 2257 participants.

 

ET AUSSI

 

Infographie / Marché du travail