35 % des formations DIF demandées concernent les langues

Le premier "baromètre DIF" a été présenté par le Garf (Groupement des acteurs et responsables de formation professionnelle) et la FFP (Fédération de la formation professionnelle), après une enquête réalisée auprès de 300 entreprises adhérentes. Les trois quarts des entreprises interrogées déclarent n'avoir refusé aucune formation. Les plus demandées sont les langues (35 %), devant l'informatique-bureautique (16 %) et les spécifiques métiers (16 %). 41 % des répondants déclarent que le DIF a compliqué la gestion de la formation, mais autant estiment que "le DIF a rendu leurs collaborateurs acteurs de leur formation".

Autour du même sujet