Comment gérer une erreur de recrutement Prendre conscience de la situation

posez-vous les bonnes questions.
Posez-vous les bonnes questions. © Liv Friis-Larsen / Fotolia

Avant de gérer une erreur de recrutement, encore faut-il l'avoir identifiée. Une tâche qui n'est pas toujours aisée. Il peut se révéler parfois difficile de distinguer le collaborateur qui a légitimement besoin d'un certain temps d'adaptation pour prendre son poste en main de celui qui ne fait définitivement pas l'affaire. Cette réflexion est d'autant plus ardue que le manager dispose rarement de beaucoup de temps pour mener à bien ce travail d'enquête et d'interrogation. Pourtant, cela reste nécessaire. En discutant avec la recrue, en faisant des points réguliers avec lui, on peut se faire facilement une idée de ses points forts et de ses difficultés.

Comparer avec les expériences précédentes

"Une courbe d'apprentissage normale se dégage"

"Etablir un parallèle avec les débuts de collaborateurs occupant un poste similaire ou l'ayant occupé représente un bon indicateur", estime Philippe Lambert, directeur des ressources humaines du cabinet de recrutement Hays. "Même si toute le monde n'évolue pas forcément au même rythme, une courbe d'apprentissage considérée comme normale se dégage toujours." Si le prédécesseur avait mis un mois à devenir opérationnel, vous pouvez considérer qu'un collaborateur qui reste à la traîne au bout de trois mois rencontre de sérieuses difficultés. Il est alors temps d'agir !

Recrutement