En streaming dans le futur : l’adaptation au changement dans les techniques de diffusion

Avec l'essor des réseaux sociaux et le changement des modes de communication ainsi que des supports, les techniques de diffusion de contenus doivent évoluer également. Une décennie n'est pas l'autre et l'on n'est pas à l'abri d'une innovation à même de redistribuer une nouvelle fois les cartes: les diffuseurs devront s'y adapter.

Rembobinons pour revenir dix ans en arrière, en 2004, à une époque où l'industrie télévisuelle avait tendance à regarder par-dessus son épaule après avoir assisté à la restructuration de l'industrie musicale par le partage P2P (« peer-to-peer »). Après Napster en 2003, ce fut le tour de MySpace, qui offrait des capacités d'accès direct aux musiciens ainsi que de partage social entre amis, sonnant le début de l'expansion des réseaux sociaux en ligne.

Depuis, les plateformes sociales telles que Facebook, Twitter et YouTube ont entraîné des évolutions imprévisibles du comportement du grand public tout en devenant des moyens de communication quotidiens insoupçonnés jusqu'alors. Confrontés à des changements similaires dans le comportement des consommateurs, les diffuseurs offrent désormais une profusion de services à la demande en ligne. Comme les téléspectateurs ne sont plus limités par des contraintes de temps ou de lieu pour regarder leurs séries et leurs films préférés,  presque tous les diffuseurs internationaux proposent des contenus accessibles par des appareils connectés à Internet.
Cette imprévisibilité a également trouvé un écho chez Brightcove qui, lors de ses débuts il y a une dizaine d'années, a reconnu le potentiel de la vidéo en ligne et modelé sa structure d'entreprise pour l'aligner sur le marché en pleine évolution.
Les diffuseurs qui souhaitent s’aligner sur leurs propres prévisions sont confrontés à un problème de taille car la dernière décennie ne leur permet pas forcément de prévoir ce que seront les dix prochaines années.

Un pari sur l'avenir

L'exemple du boom d'Internet et des services de partage montre que, à mesure que la prolifération s'accélère, elle devrait sans aucun doute jouer un rôle clé à court comme à moyen terme. Il en va de même pour les appareils mobiles aujourd'hui. En 2014, il n'est pas rare de voir des gens en déplacement apprécier une série télé ou un film sur l'écran relativement petit d'un smartphone, tandis que les tablettes sont devenues des accessoires incontournables pour les particuliers comme pour les entreprises au cours des quatre dernières années.
Symbolisée par l'évolution des téléphones portables aux smartphones puis aux tablettes, l'innovation se poursuit à un rythme effréné. L'année 2014 a vu de nombreux acteurs de l'industrie explorer les possibilités offertes par les technologies vestimentaires, la société Apple elle-même annonçant récemment son premier équipement « à porter ». Les créateurs de contenus vidéo se doivent de rester réactifs face à la nécessité d'assurer l'accès au contenu à partir des nouvelles plateformes à mesure qu'elles sont inventées.
Un développement intéressant parallèlement à l'augmentation de la consommation de contenus à la demande sur petit écran, est la hausse de la consommation expérientielle de groupe. À Londres, un nombre croissant de clubs de cinéma « rooftop » (sur les toits) et en plein air ont fait leur apparition, projetant des classiques du cinéma à destination d'un très vaste public. Tandis que le visionnage individuel tend résolument vers la mobilité et l'itinérance, le visionnage social consiste de plus en une immersion totale dans l'expérience.
Tout comme le visionnement de films en plein air, des entreprises telles que Secret Cinema créent des expériences qui permettent aux spectateurs de regarder un film célèbre et de « vivre » l'expérience d'être dans le film. Pour le public, il s'agit de s'immerger le plus possible dans le film. Actuellement réservé à des films « cultes » entourés d'un cercle de fervents admirateurs, ce concept pourrait ouvrir une nouvelle voie d'exploitation à l'industrie cinématographique.

Un réseau renforcé

L'enjeu pour les diffuseurs est d'être en mesure de répondre à ces nouveaux appareils et comportements. La plupart se sont adaptés comme il convient au nouveau monde des services vidéo à la demande et de rattrapage, mais le modèle de diffusion est constamment remis en cause. L'abandon progressif de la télévision comme support de diffusion principal a commencé, avec l'érosion des parts de marché par les appareils mobiles. Ce recul de la télévision comme relais principal modifie l'exigence de diffusion de contenus 24 heures sur 24 imposée jusqu'ici aux diffuseurs.
Le besoin réduit d'une programmation linéaire constante présente aux diffuseurs l'occasion de renforcer la collaboration et les acquisitions internationales. Dans l’avenir, on pourrait voir des entreprises de médias d'envergure mondiale créer du contenu de façon centralisée et le distribuer à des diffuseurs spécifiques par pays travaillant en partenariat les uns avec les autres.
Il reste maintenant à savoir dans quelle mesure l'abandon progressif des téléviseurs affectera les revenus publicitaires qui financent actuellement la plupart des chaînes de télévision, même si ce point relève lui-même d'une hypothèse à part entière.

Se tenir prêt à aborder l'avenir

Au vu de la vitesse d'évolution du paysage médiatique, il est essentiel de rester attentif aux tendances et aux développements ne serait-ce que pour ne pas être distancé, sans parler d'innover. Parallèlement à l'apparition de nouveaux environnements de partage et contenus, la façon dont les consommateurs utilisent ces produits génère de nouvelles attentes auxquelles les diffuseurs doivent répondre.
Le succès éclair de Twitch, une plateforme qui permet aux passionnés de jeux vidéo de regarder des parties en temps réel et d'autres contenus à la demande, entraîne une fusion du secteur des jeux en ligne et de l'industrie télévisuelle, un facteur déterminant qui pourrait révolutionner les deux industries. L'industrie télévisuelle a besoin de se positionner en vue de cette évolution, les jeux vidéo ayant une audience beaucoup plus importante que la série TV même la plus populaire.
De l'expérience que j'ai retirée de ma collaboration avec le Conseil de Stratégie de la BAFTA (British Academy of Film and Television), il se trouve que l'industrie de la diffusion – télévisuelle comme cinématographique – tend à réagir positivement aux changements. Durant ces dix dernières années, la BAFTA s'est efforcée de capitaliser sur sa réputation d'excellence dans toutes les formes d'industries « à base d'images en mouvement » (cinéma, télévision et jeux), et au cours des dix prochaines années le conseil de la stratégie numérique va s'assurer que les membres de la BAFTA communiquent de manière pertinente à la fois entre eux et avec les consommateurs, et utilisent les avantages de la technologie pour reconnaître les talents de demain.
Beaucoup de choses ont changé au cours de ces dix dernières années pour les industries spécialisées dans les contenus vidéo, avec l'arrivée de nouveaux appareils et de nouveaux modèles de comportement du public. Si ces changements peuvent nous donner une indication de ce que l'avenir nous réserve, il y a toujours la possibilité qu'une simple invention vienne remettre tout en cause. S'il est impossible de dire de quoi sera fait l'avenir pour ces industries, il est à peu près certain qu'il sera très différent de ce que nous voyons aujourd'hui.

Innovation / Mobilité