Medium veut lui aussi participer à la plateformisation des médias

La plateforme veut délester les petits et moyens éditeurs de toutes les problématiques d'hébergement et optimisation de la distribution du contenu.

Medium, le site de blogging co-fondé par l'ancien PDG de Twitter, Evan Williams, veut aujourd'hui devenir une plateforme de distribution de contenus pour les éditeurs en ligne. Le service vient en effet d'annoncer le déploiement de toute une série de fonctionnalités qui permettront aux éditeurs de profiter d'un CMS gratuit, d'une URL qui leur est propre et de monétiser le tout via un système de posts sponsorisés ou en mettant en place un paywall. La plateforme prélevant sa commission au passage.

Une dizaine de sites s'est déjà laissée convaincre parmi lesquels un média lancé par le fondateur de Grantland, Bill Simmons, baptisé The Ringer mais également le site créé par l'ancien directeur du digital des Echos, Frédéric Filloux, la Monday Note. "Sur Medium, l'éditeur ne perd pas une seconde à se préoccuper de l'hébergement du contenu et des investissements en technologie, il peut en revanche se concentrer sur la production de contenu de qualité", résume un des sites partenaires.

Trois sites qui ont délégué la gestion de leur contenu à Medium © Capture d'écran

Medium, qui s'établit de fait comme un concurrent très sérieux à Wordpress pour tous les éditeurs de la longue traîne, mise à fond sur cette promesse d'optimisation de la distribution du contenu. La plateforme explique ainsi à ses éditeurs qu'elle gèrera au mieux l'interfaçage de leurs contenus avec les formats Instant Articles de Facebook et AMP de Google.

Tous deux imaginés pour accélérés le temps de chargement des pages sur mobile, ces formats impliquent de fait un sérieuse cure d'amaigrissement des pages des éditeurs. Pas toujours évident à faire. Medium leur permet donc de se défausser de cette tâche fastidieuse. La plateforme leur promet également d'améliorer leur reach, en poussant certains de leurs contenus auprès de son audience existante. Audience qu'il est pour l'instant difficile de mesurer.

En clair, Medium veut lui aussi participer à cette plateformisation des médias qui inquiète les uns et réjouit les autres. Aux Etats-Unis, un Buzzfeed explique, sans soucis, que moins de 25% de son audience totale est désormais réalisée sur son site. En France, certains éditeurs se posent eux la question de la souveraineté de leur marque et ont peur de se perdre dans cette plateformisation. Les "petits et moyens" éditeurs visés ici Medium n'auront, eux, sans doute pas le luxe de se poser la question.

 

Toujours sur le JDN

 

Autour du même sujet