Confidentiel : France Télévisions met fin à l’appli Zoom et à l’offre Smart TV

Le groupe public veut rationaliser ses investissements numériques en se focalisant sur les réseaux sociaux, les plateformes vidéo et les box des opérateurs.

Près de huit mois après son arrivée, Delphine Ernotte multiplie les chantiers. Alors que France Télévisions a annoncé il y a quelques jours avoir atteint, pour la première fois depuis trois ans, l'équilibre financier, sa présidente veut désormais accélérer sur le numérique où elle souhaite booster la croissance de la consommation de ses contenus vidéo.

 Les principaux partenaires du projet Zoom se sont vus notifier ce matin l'arrêt prochain du service

Une volonté qui s'accompagne, selon nos informations, d'une rationalisation de certains des projets numériques existants. Le groupe va ainsi mettre un terme au site Web et à l'application de France TV Zoom, ce service très innovant qui propose une chaîne mobile sur-mesure, à mi-chemin entre la télévision linéaire traditionnelle et le service de catch-up. Les principaux partenaires du projet, start-up et acteurs technologiques, se sont vus notifier ce matin l'arrêt prochain du service. Afin de partager les fruits de son expérience, la chaîne publique compte mettre à disposition du public une partie du code et de la documentation liée au projet dans les jours à venir.

La cible sur Internet : les 18 - 34 ans

Le groupe veut désormais se focaliser sur le développement de son offre sur les réseaux sociaux et les plateformes vidéos où se concentrent les usages de sa cible sur Internet, les 18 - 34 ans. Autant d'espaces au sein desquels les outils d'editing et découpage de contenus nés grâce à Zoom devraient trouver une nouvelle jeunesse. 

Même sort pour les offres de Smart TV et Hbbtv dans lesquelles la chaîne ne croit plus. Elle les délaisse donc pour concentrer ses efforts sur le renforcement des services qu'elle propose via les offres des FAI.

La stratégie ? Poster et héberger des contenus sur des plateformes tierces telles que Facebook, Youtube ou Dailymotion

Avec 5,2 millions de vidéonautes uniques en février 2016 selon Médiamétrie//Netratings, France Télévisions talonne certes son grand rival, TF1 (5,4 millions de vidéonautes uniques) mais la chaîne est largement distancée par les pure-players Youtube, Dailymotion et Facebook qui comptent respectivement 25,6, 16,8 et 14,1 millions de vidéonautes uniques sur la même période.

Consciente qu'il lui sera très compliqué d'attirer de telles audiences au sein de ses propres sites, elle prend le parti, à l'instar de beaucoup de ses confrères, d'aller les toucher là où elles sont déjà. En clair, en postant et hébergeant des contenus sur des plateformes tierces telles que Facebook,  Youtube ou Dailymotion. La fameuse plateformisation des médias.

France Télévisions ne sacrifie pour autant pas toutes ses ambitions numériques à cette dernière. L'une des priorités de Delphine Ernotte est le lancement d'une plateforme de vidéos à la demande par abonnement qui associerait les acteurs francophones et même les télévisions publiques européennes, comme elle l'a récemment confié à RFI. Une plateforme qui bénéficiera notamment de la technologie innovante de Zoom.

Dernier credo, la création d'une chaîne d'information en continu, préparée avec Radio France, France Médias Monde et l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Fort de ces nouvelles économies, le groupe compte, selon nos informations, augmenter les investissements numériques qui lui seront alloués. La chaîne devrait voir le jour à compter du 1er septembre prochain, si tant est que la direction arrive à éteindre les doutes de la rédaction du site France TV Info qui craint de se voir diluer dans un projet qui devrait s'appeler France Info TV. Autre obstacle de taille, l'obtention d'un canal hertzien, Delphine Ernotte ne voulant pas qu'un projet de cette ambition soit cantonné au seul numérique.

France Télévisions