Débuter une collection ? Tout un art !

Il n’est pas nécessaire d’être multimillionnaire pour commencer une collection d’œuvres d’art. Explications.

L’édition 2015 d’Art Paris Art Fair, l'incontournable foire d'art moderne et d'art contemporain qui se déroule au Grand Palais, a ouvert ses portes jeudi 26 mars aux professionnels et amateurs d’art. Pour ces derniers, un constat est récurrent : les galeries d’art donnent bien souvent l’impression de n’être ouvertes et réservées qu’aux « riches initiés ». Il n’est pourtant pas nécessaire d’être multimillionnaire pour commencer une collection d’œuvres d’art. Explications.

Commencer une collection dans l’art

Pourquoi commencer une collection ? L’idée démarre bien souvent par la simple volonté de décorer un lieu. Ainsi, la première raison invoquée par les collectionneurs est-elle d’ordre émotionnel : le plaisir de collectionner, doublé d’une passion pour l’art. Il faut alors se laisser guider par ses propres goûts, et se fier à son intuition. D’autres encore agissent dans le but de réaliser un investissement financier. Bien souvent, le virus se développe, et l’envie d’acquérir de nouvelles œuvres prend le dessus.

Pouvoir accéder facilement aux œuvres. Si, comme beaucoup d’acheteurs novices, vous êtes frileux et intimidés à l’idée de pousser les portes des galeries d’art, Internet vous donne désormais un accès direct à la découverte et à l’achat d’œuvres en ligne. Ce nouveau type d’achat désintermédié s’en trouve non seulement simplifié (quelques clics suffisent) mais il offre également l’avantage au collectionneur débutant de pouvoir comparer les prix en temps réel et d’en savoir plus sur les artistes. Le travail du collectionneur devient méthodique, mais il garde une grande liberté de choix.

Construire une collection. Il y a plusieurs voies dans la construction d’une collection. Elle met en regard un ensemble hétéroclite d’œuvres glanées au fil des années qui raconte l’histoire du collectionneur et en reflète l’évolution des goûts. Elle peut aussi correspondre à des achats ciblés d’ordre rationnel, selon la technique ou le courant artistique, par exemple. La cohérence se forge au fil du temps. Quoi qu’il en soit, la qualité d’une collection tient avant tout  au sens et à l’esprit qui en émane.

Les questions qu’il faut se poser au préalable. Avant de commencer une collection, il existe une série d’interrogations auxquelles répondre en amont :

  • Quel budget puis-je allouer à mes acquisitions et à quel rythme ?
  • Mon objectif est-il la revente ou la conservation ? A quel terme?
  • A quels courants de l’histoire de l’art suis-je le plus sensible ? Quels artistes me touchent ?

Enfin, pour chaque achat, il faut évaluer la qualité de l’œuvre choisie : authenticité, rareté, période, notoriété de l’artiste...

Les collectionneurs : qui sont-ils ?

Une récente Enquête Mondiale sur les Collectionneurs réalisée par AXA ART, en partenariat avec The European Fine Art Fair (TEFAF), a entrepris d’identifier ces nouveaux individus et leurs collections, mais aussi de comprendre les raisons qui les motivent à collectionner.

On distingue quatre catégories de collectionneurs parmi les sondés :

  • Le « passionné », identifiable par un intérêt constant pour l’art en général, qui agit par passion ;
  • Le « traditionaliste », qui s’inscrit dans une lignée de collectionneurs et de collections familiales et qui achète principalement en galerie ;
  • L’ « investisseur », à la chasse aux « bonnes affaires », il collectionne des œuvres d’art afin de diversifier son patrimoine;
  • Le collectionneur « hybride », dont les motivations diverses n’entrent dans aucune des catégories citées précédemment.

Tous sont habités par la même motivation : le plaisir de collectionner. Reste tout de même que le premier déclencheur d’achat doit avant tout rester le plaisir de posséder une œuvre d’art et de l’exposer chez soi…


Autour du même sujet