Comparatif des clouds français Numergy, le dernier cloud souverain indépendant

Plus prompt à lancer ses offres IaaS sur le marché que son rival Cloudwatt, Numery a publié des résultats un peu moins catastrophiques. Son catalogue d’offres s’articule autour de l’hébergement de machines virtuelles, le stockage, les services réseaux nécessaires à la création d’architectures de data center virtuel élaborés. Initialement bâtie sur la plateforme de virtualisation VMware en 2012, cette offre aurait séduit un millier de clients. Voici un an, en juin 2014, Numergy a décidé de se repositionner sur l’écosystème OpenStack et a lancé une offre d’hébergement de machines virtuelles KVM en s’appuyant sur cette plateforme open source.

Attention à une tarification aux multiples tiroirs

 Numergy offre désormais une offre complète de services basés sur OpenStack. © Capture / JDN

Pour le volet IaaS, l’offre Numergy se compose en standard de cinq types de machines virtuelles de tailles croissantes. La machine XS qui inclut 1 processeur virtuel, 1 Mo de RAM, 100 Go de disque persistant est facturée 0,0172 € de l’heure. L’instance L+ qui offre 2 CPU virtuels, 8 Go de RAM et 100 Go de disque persistant est proposée à 0,0962 € de l’heure. Il est possible d’aller au-delà de cette puissance avec les offres XL et XXL qui comptent respectivement 4 et 8 CPU virtuels et jusqu’à 64 Go de RAM. Le tarif de ces offres haut de gamme doit être négocié avec un revendeur Numergy.

Les prix affichés en toute transparence par Numergy sont modulés en fonction de multiples facteurs. S’il n’y a aucun surcoût si on opte pour des instances Ubuntu, CentOS ou Debian, choisir un Linux Red Hat 5 ou 6 représente un surcoût horaire de 0,05 €. Windows ou Windows Enterprise alourdit la facture de 0,0072 € de l’heure pour une instance XS et jusqu’à 0,0528 € / heure pour l’instance L+. En outre, la bande passante garantie est facturée selon six paliers différents. Disposer de 100 Mbit/s coûte 500 € par mois, 1 Gbits/s 3 000 € par mois. Le stockage représente un surtout de 0,13 € par Go et par mois, sans compter des surcoûts liés aux firewalls, au load balancing, aux sauvegardes, aux adresses IP supplémentaires, etc. Cette complexité de facturation, que l’on retrouve tout autant chez l’américain Amazon Web Services, rend l’usage du simulateur de prix indispensable pour estimer sa première facture Numergy.

Un service de "réversibilité des données"

Au chapitre de ce que Numergy nomme les services d’exploitation, l’opérateur donne les moyens de configurer rapidement des firewalls et équilibreurs de charge, de dupliquer et sauvegarder ses machines virtuelles. En outre, il permet de configurer simplement des plans de reprise d’activité. En outre, il propose un service de "réversibilité des données" dans lequel l’opérateur s’engage à mettre à disposition l’ensemble des données de son client dans un délai de 24 heures maximum via un serveur FTP sécurisé.

Par sa nature de cloud souverain, Numergy ne dispose pas d’infrastructures à l’étranger. Un frein pour les grands groupes français qui se doivent de disposer d’infrastructures sur toutes les plaques continentales où ils exercent leurs activités. C’est la raison pour laquelle Numergy et Belgacom ont créé en 2013 la Cloud Team Alliance, une alliance néanmoins restreinte à l’Europe, ce qui en limite grandement l’intérêt.


Numergy en bref

Points forts Certifications ISO 9001:2008, ISO 27001:2013 et CSA STAR, Agrément hébergeur de données de santé, Services d’exploitation additionnels, SOC ("Security Operation Center") dédié à la cyber-sécurité
Points faibles Complexité de l’offre tarifaire, Pas de datacenter à l’étranger

Orange / Cloud public