Google multiplie par 20 les capacités de son service cloud MySQL

La deuxième génération du service Google Cloud SQL est dans les bacs. Elle permet de monter jusqu'à 10 To de stockage, 15 000 entrées/sorties par seconde, et 104 Go de RAM par instance.

Google vient de lever le voile sur la deuxième génération de son service de base MySQL en mode Cloud : Google Cloud SQL. Les principales avancées proposées se concentrent sur les performances. Disponible en bêta, "cette deuxième génération est plus de sept fois plus rapide que la première", assure Google dans son communiqué - auquel nous avons pu accéder en avant-première. Désormais, Google Cloud SQL peut stocker jusqu'à 10 To de données par instance, contre 500 Go précédemment (soit 20 fois plus). De 16 Go pour les VM précédentes, la RAM maximum passe à 104 Go par instance. Quant aux entrées et sorties (I/O) par seconde, elle passe à 15 000.

Google améliore également la flexibilité de son service. Google Cloud SQL ne pouvait se connecter jusqu'ici qu'à App Engine (le PaaS de Google). Mais le groupe déverrouille cette limitation. "Dans la mesure où nous supportons maintenant le standard MySQL Wire Protocol, il devient possible d'accéder à votre base Cloud SQL depuis n'importe quelle application, quel que soit son lieu d'hébergement, via un connecteur ODBC ou autres", explique Google.

Google / MySQL