OVH, l'un des premiers partenaires Windows Azure

Le groupe affiche déjà 25 fournisseurs certifiés qui s'appuieront sur Azure pour construire leur offre. Capgemini et OVH en font partie. La guerre de la standardisation du cloud commence.

La stratégie d'OS Cloud de Microsoft est en marche. Le géant vient de dévoiler son Cloud OS Network. Un nouveau programme de partenariat qui regroupe déjà 25 acteurs (dont CSC, T-Systems, Fujitsu ou encore Lenovo). Ces fournisseurs vont s'appuyer sur la technologie d'OS Cloud de Microsoft pour construire leurs propres datacenters. Et parmi ces groupes figurent trois sociétés d'origine française : Capgemini, et sa filiale Sogeti, ainsi qu'OVH.

Au total, ces 25 partenaires, certifiés par Microsoft en termes de qualité et de fiabilité, opèrent dans 90 pays à travers le monde via 425 datacenters représentant 2,4 millions de serveurs. Grâce à ce maillage, le géant américain va pouvoir proposer une offre Azure dans des zones où il n'est pas forcément présent. C'est le cas en France - Microsoft n'ayant pas de centre de données Azure dans l'Hexagone. Les membres du Cloud OS Network s'adosseront à Microsoft Cloud Platform. Une infrastructure qui recouvre Windows Server (avec Hyper-V), System Center, et surtout Windows Azure Pack. 

Se positionner face à VMware sur l'hybride cloud

Cette nouvelle initiative vise à répondre à l'offre de Cloud hybride de VMware, actuellement en cours de lancement (lire l'article : VMware entre de plain-pied dans l'ère du cloud hybride). De la même manière, Microsoft Cloud Platform permettra de faciliter l'émergence de clouds hybrides d'entreprise. Il permettra en effet d'automatiser la migration d'instances Hyper-V internes vers les clouds des partenaires de Microsoft, et rendra aussi transparent le passage de la même instance de l'un à l'autre de ces clouds partenaires.

Dès lors, la guerre du cloud hybride va se jouer dans la capacité des deux concurrents à convaincre de nouveaux partenaires à adopter leur technologie. Derrière cette confrontation, se cache la question de savoir quelle technologie s'imposera comme standard du cloud. Un élément qui pourrait bien structurer l'ensemble des forces en présence pour la décennie à venir.

"Notre vision est celle du Cloud OS. Il ne s'agit pas seulement de nos propres datacenters et de nos propres services cloud. Mais nous voulons aussi permettre à n'importe qui d'autre d'accéder aux technologies composant Azure, à travers Windows Server, pour construire un cloud en propre... C'est un volet important de notre stratégie", nous indiquait Satya Nadella, vice président exécutif Cloud et Enterprise de Microsoft, en début de semaine.

 Source

Lire aussi l'interview :

Microsoft / Cloud public