Le rachat de Wavecom par Gemalto effraie la bourse

Le spécialiste français de la carte à puce lance une OPA à hauteur de 100 millions d'euros sur Wavecom. Le groupe entend se renforcer sur le front du Machine-to-Machine. Le manque de visibilité sur les synergies de l'opération effraie la bourse.

Le spécialiste français de la carte à puce est décidé à investir le marché des systèmes M2M (Machine-to-Machine). Le M2M cible les systèmes communicants (par réseaux filaires et non filaires) interagissant sans intervention humaine. Les industries les plus citées dans le domaine du M2M sont le transport (gestion de flotte et télématique avancée) et l'énergie (eau, électricité, gaz).

Et pour rentrer sur ce marché présenté comme à fort potentiel (220 milliard d'euros en 2010 selon l'Idate), Gemalto a lancé une OPA sur un spécialiste français du secteur M2M sans fil : Wavecom. La société fondée à Issy-les-Moulineaux commercialise des technologies sans fil embarquées pour les communications de type M2M.

Les solutions de Wavecom sont utilisées notamment dans la télématique automobile, la télégestion de compteurs, la gestion de flottes, le tracking GSM/GPS/Satellite, les alarmes sans fil, les systèmes de points de vente sans fil, le WLL (boucle locale en téléphonie fixe). Gemalto, positionné comme acteur de la sécurité numérique propose 7 euros par action Wavecom, soit une prime de 72% par rapport au cours de clôture du titre le 3 octobre, et 20 euros pour ses obligations convertibles (Océane).

gemalto
Le titre Gemalto perdait encore 9% à 17h, après avoir plongé de 12% © Journal du Net

L'offre déposée par Gemalto valorise ainsi Wavecom à 110,6 millions d'euros, une société qui au cours de l'exercice 2007 a enregistré un chiffre d'affaires de 202,3 millions d'euros (26 millions d'euros de résultat net). Pour le spécialiste français de la carte à puce, l'offre de rachat est présentée comme un développement naturel de son cœur de métier.

"Les communications Machine-to-Machine constituent un marché attractif et en croissance, permettant de connecter des milliards d'objets entre eux [...] Cette opération constitue une formidable opportunité de contribuer au déploiement des solutions M2M à travers la standardisation des logiciels et le développement des services", déclare Olivier Piou, directeur général de Gemalto, dans un communiqué.

Les propos du dirigeant de Gemalto n'ont cependant pas convaincu les marchés financiers qui ont sanctionné le titre - qui a perdu 12% dès la reprise de la cotation. Même si l'entreprise argue d'une création de valeur résultant de synergies immédiates (sans fournir plus de détails), les investisseurs, toujours nerveux dans un contexte de crise financière, ont reçu froidement l'annonce d'OPA. Le comité de direction de Wavecom ne s'est lui pas encore prononcé sur l'offre.

Pour justifier l'acquisition - qui lui laisse encore une trésorerie de 250 millions d'euros - Gemalto peut néanmoins mettre en avant son expérience dans les solutions de communication mobile, au travers principalement de la fourniture de cartes SIM, de logiciels et de services à l'industrie mobile.

Gemalto intervient ainsi notamment dans les domaines de la TV mobile, du paiement par téléphone mobile, et de l'authentification de l'utilisateur.

GEMALTO / WAVECOM