EADS et Google, les employeurs préférés des futurs ingénieurs

Meilleur employeur pour les étudiants français en école d'ingénieurs (classement Universum 2014) Universum a sondé les étudiants en école d'ingénieurs pour établir le palmarès de leurs employeurs idéaux. Les ténors du secteur informatique progressent.

EADS, qui s'appelle désormais Airbus Group, est l'entreprise idéale la plus souvent citée par les élèves en école d'ingénieur. C'est du moins ce que révèle le dernier classement réalisé par Universum, qui a sondé plus de 14 000 d'entre eux entre novembre 2013 et février 2014. La même entreprise dominait déjà ce palmarès en 2013. Google est aussi 2e, comme l'année dernière.

Deux ténors de l'informatique entrent dans le top 10

Le Top 10 de ce classement a d'ailleurs assez peu évolué. Seuls deux acteurs en sortent : Veolia Environnement et GDF Suez. Ils laissent leur place à deux poids lourds de l'informatique : Microsoft, qui passe de la 13e à la 10e place, et Apple, qui gagne 2 places pour être désormais le 9e employeur préféré des élèves en école d'ingénieur.

Autre acteur spécialisé dans l'informatique, Dassault Systèmes, progresse aussi, passant de la 15e à la 13e place. Dans un autre registre, mais toujours dans l'édition de logiciel, Ubisoft passe de la 24e à la 19e place. Plus bas dans le classement, IBM perd en revanche quelques places, passant de la 15e à la 17e place dans le cœur des étudiants en école d'ingénieur.

Pamlarès des employeurs idéaux pour les futurs ingénieurs
Employeurs idéaux pour les futurs ingénieursClassement 2014 Classement 2013
Source : Universum
EADS 11
Google 22
Thales 34
Dassault Aviation 43
Safran 56
EDF 65
TOTAL 77
VINCI 88
Apple 911
Microsoft 1013
Air France 1112
Dassault Systèmes1215
Veolia Environnement139
L'Oréal Group1420
BMW Group 1517
Bouygues Construction1618
LVMH1721
Areva1816
Ubisoft1924
Eiffage 2019
Alstom2114
GDF Suez 2210
SUEZ ENVIRONNEMENT 23non classé
Nestlé 2429
PSA Peugeot Citroën2526
CNRS 2623
IBM 2725
SNCF 2822
Bombardier 2928
Renault 3027

Globalement, dans le palmarès complet classant les 130 employeurs préférés, Universum note une "belle performance du secteur IT. "Les produits attractifs de ces entreprises constituent un avantage indéniable. Les jeunes talents y voient également un environnement de travail créatif et dynamique, de belles références professionnelles et un travail challengeant", explique Julien Marchalant, consultant Marque Employeur chez Universum

Parmi les autres progressions, Oracle gagne 9 places pour être classé 62e. Bouygues Telecom, désormais à la 70e place, a gagné 10 positions, comme Parrot, 76e aujourd'hui, ou Bull à la 102e. Sortir de la bourse a fait gagner 3 places à Dell, à la 79e place. Akka passe aussi de la 96e à la 90e place, l'Inria de la 100e à la 93e, Sopra de la 103e à la 97e. Récemment consacrée comme l'une des entreprises du secteur informatique où il est le plus agréable de travailler en France, la SSII française Extia fait aussi son entrée dans le classement Universum, à la 126e place. Le discret Murex passe de la 122e à la 120e place.

Alcatel, qui peine à se redresser, s'écroule et perd 22 places pour se retrouver 109e.

HP reste à la 74e place, et SFR à la 89e. Il y a certes aussi des petites baisses, comme Capgemini, qui passe de la 41e à la 42e place, STMicroelectronics de la 66e à la 69e, et SAP de la 113e à la 114e.

Dégringolades plus sensibles : Solucom, qui passe de la 93e à la 104e place, ou Atos, à la 106e, après avoir perdu 16 places. Logica, désormais appelé CGI, passe de la 88e à la 101e place, en raison de ce changement d'identité. Alcatel, qui peine à se redresser, s'écroule et perd 22 places pour se retrouver 109e.

Les étudiants s'intéressent à un nombre plus grand d'entreprises

Au-delà du classement en lui-même, Universum a remarqué que les étudiants et jeunes diplômés s'intéressent chaque année à un nombre plus grand d'entreprises. Ils s'intéressent aujourd'hui à une vingtaine d'employeurs différents en moyenne, soit 5 de plus qu'en 2010. "L'époque où un candidat souhaitait travailler dans un secteur bien particulier et limitait donc sa recherche aux acteurs de celui-ci est terminée. Chaque employeur a maintenant la possibilité de capter des jeunes talents selon des critères variés et plus seulement selon son domaine d'activité. La concurrence entre employeurs est plus forte car elle sort du cadre sectoriel", note Universum.

Par ailleurs, Universum s'est aperçu que les "caractéristiques du poste" (missions, responsabilités...) restent ce qui compte le plus aux yeux des étudiants. Mais, parmi les autres familles de critères qui pèsent le plus, "la culture d'entreprise" est pour la première fois passée devant "la rémunération et les possibilités d'évolutions".

Autour du même sujet