La consolidation et la virtualisation des infrastructures comme moyen de réduire l’empreinte carbone

Retour sur les bénéfices écologiques et les économies réalisées grâce à la virtualisation des infrastructures informatiques : serveur, stockage, réseau, poste client...

Si les responsables techniques souhaitent préserver l'environnement et réduire leur empreinte carbone alors ils doivent nécessairement mettre au point une stratégie de consolidation et de virtualisation de leurs infrastructures (serveurs, stockage, réseaux, postes clients...).
 
Les entreprises doivent considérer la consolidation et la virtualisation comme une étape incontournable afin de réduire cette empreinte. D'autant plus que ces nouvelles technologies permettent aux entreprises de réduire drastiquement leur consommation d'électricité et leurs frais généraux.
 
L'industrie n'a peut être pas encore toutes les réponses pour résoudre la question environnementale mais de plus en plus de technologies peuvent aujourd'hui être regroupées pour aider les entreprises à réduire significativement leur empreinte carbone. De plus les économies liées à la consolidation et la virtualisation des infrastructures sont toujours possibles. 
 
Cela n'est pas très compliqué, en réduisant simplement le nombre de plates-formes en fonction de leur sollicitation, il est possible de diminuer par 4 ou 5 la facture électrique. Par ailleurs, cela demande de repenser les techniques de refroidissement, permettant ainsi de faire des économies. De plus, nous voyons apparaître de nouvelles technologies permettant de ralentir la performance des processeurs, des disques, des ports réseau (etc.), qui lorsqu'ils ne sont pas utilisés réduisent encore plus la consommation d'énergie.
 
D'ailleurs, des recherches menées par IDC en octobre 2009 montrent qu'en consolidant les infrastructures, les entreprises peuvent réduire de 50 à 70% leur facture énergétique (la consommation électrique diminue de 80%, le refroidissement de 25 à 50% et l'exploitation de 70%) et leur empreinte carbone tout en libérant 89% de surface libre au sol.
 
Outre l'aspect environnemental, la consolidation et la virtualisation peuvent avoir un impact significatif sur les coûts. Selon l'expérience de SCC, une telle stratégie pourrait permettre à plus de la moitié des entreprises de réduire leurs coûts de fonctionnement IT de 50% tout en profitant d'un rapide retour sur investissement (en 8 mois environ).

Enfin, pour que l'optimisation énergétique ait un réel impact sur l'empreinte carbone et présente un véritable bénéfice économique, il faut prendre en compte trois éléments. D'une part, le data center désormais équipé de machines plus petites, d'outils de diagnostique et de contrôle ainsi que de systèmes de refroidissement interne. D'autre part, les technologies avec les nouvelles technologies de semi-conducteurs par exemple, le design des puces qui deviennent de plus en plus petites ou encore les architectures hardware et software adaptées aux baisses de consommation. Et pour finir, l'optimisation des taux d'utilisation avec la consolidation, la virtualisation et le provisioning.

Autour du même sujet