La BI que nous connaissions, n’existe plus (2)

De plus en plus d’utilisateurs finaux créent et modifient leurs propres rapports. Fini l’ère du conglomérat de quelques mini-rapports à taille unique, bien souvent confus, conçus par une seule personne spécialisée en informatique, l’ère de la BI en libre service a sonné.

Les attentes des utilisateurs en matière de reporting et d'analyse ont évolué. De plus en plus d'utilisateurs finaux créent et modifient leur propre production, et on voit abonder les tableaux de bord et mashboards. Fini l'ère du conglomérat de quelques mini-rapports à taille unique, bien souvent confus, conçus par une seule et même personne spécialisée en informatique, l'ère de la BI en libre service a sonné.

Comme évoqué la semaine dernière, après des années de relative stabilité, le monde de la business intelligence (BI) connait actuellement une transformation radicale. Les nouvelles règles s'écrivent en ce moment-même et nous pouvons compter 7 grandes nouvelles tendances. Cette semaine, je vous propose de voir plus en détails « la BI en libre-service », l'une de ces 7 tendances qui fait que la BI telle que nous la connaissions n'existe plus.

Au cours des dix dernières années, la plupart d'entre nous sommes devenus de véritables consommateurs de l'information, au moins dans notre vie personnelle. Nous utilisons des données, telles que les prix, des classements et des notes pour décider quel film aller voir, quelle école choisir ou encore connaître le prix à payer pour une maison. Nous sommes capables d'accéder et d'analyser ces données dans la mesure où nos applications Internet préférées ont développé des interfaces familières, simples d'utilisation et intuitives pour nous permettre d'explorer facilement nos données.

Cette mentalité ou habitude -ainsi que les attentes qui en découlent- s'est progressivement étendue à notre vie professionnelle. Les utilisateurs professionnels sont devenus plus avertis - et plus analytiques. Et les responsables - à tous les niveaux- veulent pouvoir prendre rapidement des décisions intelligentes et adaptées en se basant sur des données fiables plutôt que sur leur intuition.

Il n'y a pas si longtemps, les responsables étaient habitués - et croyaient fermement- aux rapports écrits. Dès lors qu'ils avaient besoin d'une compréhension plus poussée, ils se tournaient vers des analystes professionnels : des utilisateurs qui écrivaient des codes SQL, définissaient et révisaient des rapports et (occasionnellement) utilisaient des outils complexes pour explorer les données en question.

Tout ça c'est du passé.

Aujourd'hui, les utilisateurs professionnels (y compris les responsables) veulent pouvoir faire plus de choses eux-mêmes et moins dépendre des analystes professionnels - qui à leur tour se sont spécialisés, en s'attachant davantage à identifier de manière proactive les tendances et les opportunités au lieu de mettre en place des rapports à la demande.

Ces rapports ont également changé. Ils ne sont désormais plus statiques, mais plutôt hautement interactifs et permettent aux utilisateurs individuels d'y accéder via le web, de les explorer et de les modifier comme bon leur semble.

L'analyse a également changé. Aujourd'hui, des outils sophistiqués de visualisation des données -généralement intégrés au sein d'une application ou en mémoire par simplicité d'utilisation - offrent un aperçu rapide des informations nécessaires.

L'émergence des tableaux de bord et des mashboards

Avec la consumérisation de l'accès à l'information et de son interactivité, de nouvelles méthodes améliorées ont été mises en place pour permettre aux utilisateurs de combiner, de partager et d'interagir avec des données. Les utilisateurs peuvent désormais personnaliser leurs tableaux de bord en fonction de leurs besoins et combiner des données externes avec des données corporate internes. Ils peuvent également interagir avec un grand éventail d'outils de visualisation puissants :

- Les graphiques en jauges et les mètres fournissent une information précise en un coup d'oeil

- La mise en forme conditionnelle met en avant des conditions d'exception et simplifie la navigation visuelle, pour permettre aux utilisateurs d'identifier facilement des éléments importants et spécifiques

- Les graphiques Sparklines permettent aux utilisateurs d'identifier rapidement de nouvelles tendances

Aujourd'hui, les tableaux de bord se font en temps réel, et sont de fait particulièrement utiles pour l'affichage de données opérationnelles. Les utilisateurs peuvent par ailleurs interagir avec ces tableaux de bord sans avoir à dépendre d'aucune ressource IT en particulier.

Dans le jargon du web 2.0, c'est ce que l'on appelle les applications Mashup (ou applications composites). Aujourd'hui, le fait d'avoir un conglomérat de quelques mini-rapports essentiels à taille unique (bien que fréquemment confus), conçus par une seule et même personne spécialisée en informatique, n'a plus aucun sens. Les tableaux de bord d'aujourd'hui offrent de nouvelles possibilités qui sont à la fois personnalisées, interactives et immédiates.

En faire plus avec moins.

Le reporting en libre service peut être le moyen le plus efficace à la disposition du personnel IT pour améliorer leur propre productivité BI. Dans un sondage du TDWI (The Data Warehousing Institute) réalisé au 3ème trimestre 2010, 66 % des professionnels IT considèrent que l'implémentation d'une BI en libre service représente une importante, voire très importante source d'économies. Pourquoi ? Les utilisateurs peuvent bénéficier de rapports qui leur correspondent vraiment et ce plus rapidement, tandis que les professionnels IT libèrent des ressources pour travailler sur des initiatives plus stratégiques.

Autour du même sujet