Le Cloud et la Business Intelligence: une tendance de fond pour les entreprises

En quoi l'informatique dans le nuage est-elle un sujet de premier plan ? Parce qu'elle offre une flexibilité sans précédent dans le déploiement d'applications, mais aussi un formidable potentiel d'économies pour l’entreprise qui retient ce mode.

La BI dans le nuage ou Cloud BI

Avec le principe de l'informatique en mode Cloud, les entreprises paient en fonction de leur consommation réelle, qu'il s'agisse du matériel, des logiciels, de la bande passante ou de toute autre ressource informatique. Rien de plus simple que d'ajuster les capacités à ses besoins réels, et ceci se traduit immédiatement par des économies substantielles.

L'informatique dématérialisée, dite informatique dans le nuage ou Cloud computing, est une expression générique qui recouvre trois manières différentes de déployer des logiciels :

1. Le logiciel en tant que service (SaaS). Dans ce cas, il s'agit de cibler les logiciels d'application. Les clients paient un forfait périodique (généralement mensuel) pour accéder à un logiciel d'application auprès d'un fournisseur de solutions. L'accès se fait via un navigateur Web. Les abonnés à ce service et les utilisateurs finaux s'épargnent ainsi les problèmes liés à la configuration matérielle, à l'installation logicielle, la configuration du système ou encore aux mises à jour. Salesforce.com ou Emailvision sont des exemples de produit SaaS.

2. La plate-forme en tant que service (PaaS). Les abonnés à une solution PaaS paient tout ce dont ils ont besoin pour réaliser, maintenir et exploiter leurs propres applications ; tout est hébergé chez le fournisseur et accessible via un navigateur Web. Makara est un exemple de produit PaaS.

3. L'infrastructure en tant que service (IaaS). Les solutions IaaS permettent aux entreprises de "louer" l'accès au matériel en déployant les applications qu'elles développent ou qu'elles achètent sur des serveurs distants. L'abonné à ce type de service prend en charge certains aspects limités de la gestion du serveur. Amazon Web Services fournit une forme d'IaaS : accès à des serveurs mutualisés sur une base "pay-as-you-go" (paiement à l'utilisation).

Les deux premières approches  - SaaS et PaaS - sont mieux adaptées à l'informatique décisionnelle, la BI. Dans un modèle SaaS, par exemple, les entreprises pourraient souscrire à une application analytique offrant un accès à tous les utilisateurs depuis un navigateur. La même infrastructure matérielle et la même plate-forme sous-jacente sont utilisées par tous les abonnés et tous les utilisateurs finaux. Les abonnés n'ont rien à installer, à configurer ou à maintenir en-dehors des terminaux sur lesquels sont installés les navigateurs.

Dans le modèle PaaS, l'abonné développe, implémente et exploite toutes les applications spécifiques en faisant appel aux ressources de développement et d'exécution hébergées; l'accès à ces applications se fait via un navigateur Web. Les architectures de Business Intelligence normalisées seront faciles à intégrer via des services Web. A ce titre, elles conviennent idéalement au modèle PaaS.

Le rôle de l'informatique Cloud.

Dans une étude récente TDWI, 31% des personnes interrogées ont estimé que les déploiements Cloud constituaient une méthode optimale pour travailler avec les budgets IT relativement serrés de 2010. [1]

Les entreprises apprennent à utiliser la Cloud BI de manière créative pour atteindre les objectifs de l'entreprise et faire baisser les coûts. Voici quelques raisons qui expliquent cette évolution :

- Solutions d'informatique décisionnelle rapides et interactives,
- Réduction des coûts pendant le cycle de développement grâce à la possibilité de payer pour disposer de fractions d'espace partagé sur des serveurs dédiés,
- Suppression de la planification des capacités, avec les risques inhérents de surcapacités ou de sous-capacités. Les entreprises peuvent ainsi payer simplement la capacité de traitement effectivement utilisée par leurs applications, en fonction de l'usage qui en est fait,
- Capacité de traitement évolutive pour faire face à des charges importantes occasionnelles, par exemple pour des analyses de clôture de trimestre ou d'exercice,
- Moyen rapide et efficace de faire des tests logiciels ou des essais et déployer des "bacs à sable" (sandbox) à court terme pour des besoins analytiques exceptionnels.

Les entreprises à la recherche de solutions décisionnelles Cloud devraient prendre en compte les éléments suivants :

1. Interfaces utilisateur et méthodes d'accès sur base Web,

2. Un environnement largement accessible, pouvant être consulté en tout lieu via une grande variété de services, de préférence avec des interfaces de programmation (API) sur base Web,

3. Une tarification à l'utilisation ("pay-as-you-go"), car c'est le meilleur moyen de tirer un bénéfice économique maximum du Cloud computing,

4. Un environnement sécurisé - sur le réseau, gestion des identités et couches d'authentification,

5. Flexibilité: facilité d'ajustement des capacités matérielles pour pouvoir évoluer en fonction des besoins,

6. Support total des API en cohérence avec les standards du Web,

7. Les fournisseurs de solutions SaaS - ou ceux qui opteront pour cette voie dans un avenir proche - devraient développer des fonctionnalités d'architectures multi locataires.

 
[1] Rapport des meilleures pratiques TDWI : Le décisionnel pour budget limité : Strategies for Doing More With Less, par Wayne W. Eckerson, juillet 2010


Autour du même sujet