Pourquoi il faut fusionner d’urgence Cloudwatt et Numergy

Le Cloud Computing est l’un des marchés les plus dynamiques en France et notre pays a largement comblé son retard sur ses principaux partenaires européens. Faut-il s’arrêter là ?

 Avec de nombreux atouts, notre pays peut, s’il s’en donne les moyens, devenir la plaque tournante de ce qui sera demain le modèle usuel de l’exploitation informatique.
Selon le président d’EuroCloud, l’association qui regroupe l’écosystème autour du Cloud Computing, la France est devenue le marché le plus dynamique d’Europe. En 2014, le marché global devrait culminer à 4,1 milliards d’euros dont près de la moitié pour les applications en SaaS (Software as a Service). Notre pays est désormais devant l’Allemagne et talonne le Royaume-Uni pourtant parti loin devant du fait d’une culture de l’externalisation plus large des services publics et de leur affinité avec les USA.

De forts atouts

Ce dynamisme s’explique par les nombreux atouts que possèdent notre pays. La vague déjà bien formée s’amplifie fortement et nous profitons d’un environnement technologique favorable avec une fourniture d’énergie à moindre coût qu’ailleurs en Europe mais de qualité, des réseaux haut-débit parmi les meilleurs du monde et nous avons des opérateurs tels qu’Orange qui ont réalisés leur révolution culturelle pour se placer parmi les plus grands mondiaux.
On peut ajouter que nous avons des personnels bien formés et de l’espace pour y placer de vastes centres de données contrairement aux autres pays européens à la densité plus forte.

Devenir un leader mondial et fusionner d’urgence Cloudwatt et Numergy

Cette combinaison unique crée un contexte où notre pays a les moyens de rivaliser avec les leaders actuels comme Amazon, Google ou autres. A condition que l’on mette les bons moyens en place et qu’on adapte l’offre actuelle pour accueillir les plus grands acteurs de l’Internet mondiaux. Depuis l’affaire Snowden beaucoup d’acteurs américains sont enclins à développer des centres de données au plus près de leurs clients face aux exigences de location des données. Profitons-en !
Cela revient à créer des acteurs de taille mondiale et non une kyrielle d’acteurs luttant seuls avec des moyens limités. Une vraie « task force » collaborative pour aider les initiatives existantes irait dans le bon sens. Cela implique une redistribution des cartes sur les acteurs du Cloud en France. Si les pouvoirs publics ne sont pas à la manœuvre, le privé s’en chargera. Le rachat de Bull par Atos pour créer un acteur de surface au mois européenne en est un premier signe. Au-delà des aspects politiques et d’intérêts privés, une fusion immédiate de Cloudwatt et de Numergy serait un second signe fort à propos, car mieux vaut un seul Cloud Souverain fort que deux faibles.

Orange / SaaS