Le Cloud ne se résume jamais à un simple clic

Bien que le Cloud facilite grandement la vie des collaborateurs, la mise en place dans l’entreprise ne se fait pas sans difficulté.

Si tout le monde a entendu parler du Cloud, peu arrivent à mettre des mots précis derrière le concept. Pour faire simple, le Cloud permet d’utiliser de manière virtuelle une ressource informatique (mémoire, réseau, stockage, archivage, software, processeur et calcul, etc…). En clair, plus besoin d’infrastructure en propre. Moins de matériels à gérer ou davantage de souplesse, le Cloud libère les entreprises des contraintes physiques.
Une ressource qui peut être publique comme privée. Publique, parce que tout le monde peut accéder aux ressources mises à la disposition du service en question ; privée, parce que cette infrastructure virtuelle est à la disposition d’un seul client. « C’est l’entreprise qui gère l’infrastructure », résume Yannick Delmont, directeur technique de Runiso. À noter que certaines sociétés privilégient une infrastructure qui repose à la fois sur du Cloud public et privé. Une hybridation « que l’on retrouve, soit au niveau de l’architecture globale, soit au niveau d’une application, comme les sites de e-commerce », explique Yannick Delmont.

« Apporter une couche de management »

Un Cloud qu’il est néanmoins impératif de manager. « Les entreprises ont tendance à croire que tout fonctionne tout seul. Or, le Cloud ne décharge pas toutes les tâches », indique le Directeur technique. Il faut suivre l’infrastructure, la superviser, la sauvegarder, la réparer si besoin et anticiper la gestion du trafic. Par exemple, des sites de e-commerces connaissent régulièrement des pics de trafic, lors de périodes des soldes ou avant Noël. Afin de les absorber de la meilleure des manières, un professionnel du Cloud devra donc adapter l’infrastructure. Une manœuvre qui ne s’improvise pas.
D’autant que l’on ne retrouve pas cette assistance sur une infrastructure de Cloud public. Or, si les grandes entreprises possèdent parfois les compétences nécessaires pour faire face à certaines difficultés, les PME et ETI s’avèrent bien souvent démunies, dès qu’un problème fait son apparition. « Il y a des écueils techniques qui ne sont pas évidents », ajoute Yannick Delmont. Au final, aux yeux du directeur technique « le client final n’a pas intérêt à déployer ses infrastructures dans le Cloud public sans passer par des professionnels ».

Autour du même sujet