Le Big Data se démocratise : impacts et enjeux sur l’organisation des entreprises

Le Big Data n’est désormais plus réservé aux initiés des DSI : les directions métiers ont rapidement perçu l’intérêt de l’exploration, de l’analyse, du croisement de grandes quantités de données.

La DSI doit être au cœur des transformations de l’entreprise et accompagner les directions métiers dans cette transition Big Data, en accord et sous la supervision de la direction générale.
Depuis quelques années, le big data se répand et trouve des applications dans des secteurs d’activité aussi variés que les opérateurs télécoms, les fournisseurs d'énergie, les compagnies ferroviaires, la grande distribution, les web marchands, les géants du web ou encore les éditeurs de jeux vidéo.
Toutes ces organisations veulent utiliser au mieux les données dont elles disposent et se transforment aujourd’hui dans le but de mieux connaître les consommateurs, les fidéliser, anticiper leurs besoins de demain, proposer des offres individualisées et augmenter le revenu par client.

Le Big Data s’est aussi démocratisé au sein même des entreprises

Il n’est désormais plus réservé aux initiés des Directions des Systèmes d’information car les directions métiers, telles que la Direction Marketing, la Direction de la Relation Client, ou la Direction Financière ont rapidement perçu l’intérêt de l’exploration, de l’analyse, du croisement de grandes quantités de données. Elles se sont approprié des outils d'exploration de données comme Tableau Software ou Qlik, qui leur permettent d'analyser leurs résultats (chiffre d’affaires, satisfaction clients, retour sur investissements, etc.) selon différents axes d'intérêt et de les restituer graphiquement. Séduits par la vitesse avec laquelle ils pouvaient obtenir des résultats et aidés par ces solutions graphiques offrant la possibilité de croiser différentes sources de données, les utilisateurs métiers ont ainsi développé ces puits de données de manière informelle, sans support informatique et en dehors du SI.
C’est ce que l’on appelle le « Shadow IT ».
Cet accès facile aux données est maintenant au cœur de leur activité, ce qui leur permet d’affiner leurs prévisions et de réagir quasiment en temps réel aux évolutions du marché. Mais ces tableaux de bord et rapports, créés de façon désordonnée, présentent des limites. Développés en silo, par chaque service, ils entrent parfois en conflit les uns avec les autres et pêchent par manque d’homogénéité et de légitimité. Les chiffres remontés par les directions métiers présentent souvent des différences notables voire des incohérences : il n’est pas rare par exemple que les chiffres des ventes, pourtant certifiés par des commissaires aux comptes, diffèrent d’un service à l’autre. Plus grave encore, la sécurité des données n’est pas garantie, puisque ces « Shadow Tools » sont utilisés en dehors de tout contrôle SI.
A l’avenir, ces outils développés à l’initiative de chaque direction vont manquer de modularité, d’adaptabilité à des volumes plus larges de données et de capacité à être généralisés.

Après une première phase de découverte, durant laquelle les utilisateurs cherchaient des résultats rapides, en étant prêts à accepter des approximations, les directions métiers ont désormais une idée plus précise de leurs besoins. Elles souhaitent plus de fiabilité et de cohérence des données grâce à une supervision et une administration centralisées, ainsi que la possibilité d'analyser un volume croissant d’informations.

C'est précisément le rôle que la Direction des Systèmes d’Information peut et doit jouer aujourd’hui

Encore faut-il qu'elle démontre en la matière plus de souplesse et de réactivité, essentielles aux Directions Métiers. Devant la rapidité des évolutions technologiques et la multiplication des sources de données (notamment l’open data), la DSI doit être au cœur des transformations de l’entreprise et l’accompagner dans sa transition Big Data. Seul un travail main dans la main avec les Directions Métiers, permettra de mieux cibler leurs besoins et d’utiliser les données à des fins utiles.
La convergence des intérêts Métiers et SI et la recherche de relais de croissance vont pousser à l'adoption de projets stratégiques d'entreprise pour tirer le meilleur profit du Big Data.
Il y a là une bonne opportunité de décloisonner les entités direction de l'entreprise. Il faut également que la direction soit convaincue des bénéfices de la démarche, pour en être sponsor et dépasser les appréhensions des différents parties prenantes.

Chronique rédigée avec Mathilde Guery

Big Data / Relation client