De Sangosse se dote d'un ERP pour accompagner sa croissance externe

Taillé pour les PME, l'ERP Minos a été implémenté en trois mois par le spécialiste de la protection des plantes. Objectif : homogénéiser le système d'information sur cinq sites de production.

"C'est un outil homogène qui a su s'adapter à nos activités qui sont hétérogènes", résume Jean-François Judit, responsable de domaine informatique production, logistique et R&D de De Sangosse en parlant de l'ERP Minos. Il n'est pas mal placé pour formuler ce jugement : en 5 ans, il aura déployé et mis à jour l'ERP Minos sur cinq sites de production distincts avec des problématiques très différentes.

Le besoin

De Sangosse, fournisseur spécialisé dans la protection des plantes (produits de protection des cultures, semences, anti-nuisibles, etc.) compte parmi ses clients LeroyMerlin, MrBricolage, Bicormama ou le BHV. La société emploie 580 salariés et affiche 272 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2009.  Ces dernières années, cette société a mené plusieurs opérations de croissance externe. En 2002, il acquiert ainsi Liphatech, spécialiste de la dératisation aux 700 références et 1000 ordres de production/an.

Cette société, dépossédée de système d'information lorsque Mercks l'a vendue à De Sangosse, a fait office de pilote. De Sangosse a décidé d'y déployer l'ERP Minos, après s'être déjà montré intéressé par sa brique servant à gérer la production (GPAO) et la production commerciale. "Par rapport à ses concurrents, Minos et son éditeur Odirope semblaient plus réactifs et proposaient une solution plus flexible, promettant d'être évolutive", explique Jean-François Judit, pour qui ce dernier critère s'est révélé plus décisif que le coût, pour lequel il avait "carte blanche".

"Nous avons dû fixer nos priorités sur les fonctions majeures pour déployer en 3 mois l'ERP." (De Sangosse)

Le déploiement

Autre élément déterminant, et non des moindres, ce déploiement devait être terminé en trois mois. "Pour tenir les délais, nous avons piloté ce projet nuit et jour fixant nos priorités sur les fonctions majeures", se souvient Jean-François Judit. L'échéance est respectée, et en novembre 2003 l'ERP est déployé.

Le périmètre fonctionnel de l'ERP couvre la gestion des stocks (gestion des emplacements), le planning, le suivi de production et des achats (bon de commande, contacts, gestion des tarifs des fournisseurs), ainsi que la gestion de la qualité et du prix de revient.

De Sangosse décide ensuite de déployer l'ERP sur quatre sites supplémentaires, également rachetés et jusqu'alors pilotés par Excel : celui Agronutrition (765 références, plus de 2500 ordres de production par an) et les trois usines de Borie Industrie (210 références et 250 ordres de production par an). Les problématiques industrielles ne sont pas les mêmes entre le premier, dédié aux céréales, et le deuxième, centré sur les insecticides mais nécessitant une production en continue.

De Sangosse se donnera alors plus de temps, et terminera le déploiement en un an. Malgré d'évidents et nécessaires développements spécifiques, "le plus difficile a été la conduite du changement", selon Jean-François Judit.

Bilan

Dernière évolution, majeure, de l'outil : sa mise à jour, l'année dernière, pour la version 4.4 de l'ERP. Cette dernière, sous Java, est un bond considérable en termes d'ergonomie et dispose aussi de nouvelles fonctions pour faciliter le reporting.

Par ailleurs, au fil des déploiements, ces derniers ont aussi été mieux maîtrisés, et donc moins risqués. "Je ne cherchais pas de ROI, je voulais surtout un outil commun pour toutes ces structures", explique Jean-François Judit, qui aura aussi doté d'outils informatiques des structures qui en été démunies. En conclusion, les bénéfices de ces déploiements sont surtout liés à l'uniformisation du système d'information, comme la simplification du calcul des coûts et un meilleur suivi des contrôles.

ERP / Gestion de projet