OpenOffice : une alternative crédible à Microsoft Office ? Semitag : un passage de relais en douceur vers OpenOffice.org

La société d'économie mixte Semitag est l'organisme chargé de la gestion des transports en commun (bus et trams) de la région grenobloise. Elle compte 1 400 collaborateurs dont 400 accèdent quotidiennement à un poste de travail.

Liée aux outils bureautiques Microsoft Office depuis une quinzaine d'années, avec notamment Word 2, la Semitag a mis en place une stratégie de réduction des coûts dans les années 2000. Un positionnement qui l'a amenée à étudier la mise en place de solutions Open Source, en particulier dans le domaine du poste de travail.


"Nous avons assisté aux premières conférences sur le sujet en 2007 avant de démarrer la mise en place d'OpenOffice en juin 2009", fait savoir Laurent Meillour, responsable des applicatifs métiers à la Semitag.


Rassurée sur la stabilité du logiciel en environnement de production et sur les perspectives de réduction des coûts, la société d'économie mixte se lance dans son nouveau projet bureautique en prenant cependant soin de ne pas déstabiliser les utilisateurs.

"Nous avons deux types de populations utilisatrices. La première est celle des services des finances et études qui fait preuve d'une utilisation poussée de la bureautique avec des macros notamment. La seconde utilise la bureautique principalement pour gérer des listes de données, réaliser des filtres ou quelques tableaux croisés", explique Laurent Meillour.

"Pour la centaine d'utilisateurs avancés, il n'était pas pensable de supprimer totalement Excel" (Laurent Meillour - Semitag)

Après une étude d'opportunité de quatre mois menée avec la SSLL StarXpert, la Semitag lance alors un projet visant à équiper tous ses postes de la suite OpenOffice.org, en complément de Microsoft Office.


"Pour la centaine d'utilisateurs avancés, il n'était pas pensable de supprimer totalement Excel, d'autant que les éditeurs de nos applications ne proposent pas de connecteurs natifs vers OpenOffice.org", poursuit Laurent Meillour.


Pour les 300 autres utilisateurs, la Semitag a pu se séparer de la suite Office sans dommage, non sans avoir mené en parallèle un nécessaire plan de formation et de conduite du changement. Au final, en supprimant la suite Microsoft Office sur 300 postes, la Semitag estime les économies réalisées à 20 000 euros par ans.

Microsoft / Bureautique