Office 365 : le silence radio sur les ventes masque-t-il un échec ?

Microsoft n'a pas fourni de détails concrets sur les ventes et l'adoption de sa solution Cloud de messagerie et de productivité bureautique. Des analystes y voient un mauvais présage.

Un an après son lancement, le remplaçant de BPOS (Business Productivity Online Suite)  a-t-il vraiment atteint les objectifs de vente fixés par Microsoft ? On ne peut qu'être circonspect devant le manque de transparence de l'éditeur qui n'augure pas vraiment du meilleur pour Office 365.

"Nous ne communiquons pas sur les clients, les utilisateurs ou le chiffre d'affaires d'Office 365 à ce jour", a sèchement fait savoir un porte-parole de Microsoft par mail. Seul élément officiel : Office 365 fait partie des offres du groupe à la "croissance la plus rapide".

Du côté des analystes, c'est également la circonspection qui domine. "Office 365 n'a pas balayé le marché", a pu tacler Melissa Webster, analyste au sein du cabinet d'études IDC. Car pendant ce temps, Mountain View et ses Google Apps ont bien occupé le terrain avec plusieurs contrats, dont ceux de la banque espagnole BBVA (pour un projet concernant ses 110 000 employés), du ministère de la préservation des terres américain (pour 90 000 utilisateurs) et de General Motors (100 000 utilisateurs).

Le lancement de la nouvelle version d'Office 365 devrait être avoir lieu en même temps que la commercialisation d'Office 2013, c'est-à-dire en fin d'année.

Microsoft / SaaS