La rétrospective sécurité de 2008 Année noire pour les banques

affaire kerviel, pertes de données chez hsbc, piratage du compte de sarkozy...
Affaire Kerviel, pertes de données chez HSBC, piratage du compte de Sarkozy... © HSBC

Le bilan 2008 pour le monde de la finance n'a véritablement rien de réjouissant. Outre leurs déboires, généreusement partagés avec le reste de l'économie, autour des subprimes, les établissements bancaires se sont parfois aussi frottés à quelques incidents de sécurité retentissants.

Dès janvier, c'est l'affaire Jérôme Kerviel et ses 4,9 milliards d'euros de perte qui secouent la Société Générale. Le trader a, depuis, son portrait dans Wikipedia, une forme de reconnaissance. Si des interventions non autorisées sur le back-office ont été constatées, le trader aurait aussi profité de sérieuses défaillances de contrôle, notamment humaines.

La Société Générale a, depuis, licencié cinq anciens camarades de Kerviel pour insuffisance professionnelle, en échange toutefois de généreuses indemnités (près de 2 millions d'euros). La banque dirigée par Daniel Bouton a aussi été prise dans le piratage du compte bancaire de Sarkozy. A l'occasion de l'investigation pour identifier les coupables, les enquêteurs ont découvert que de nombreux salariés de l'établissement avaient consulté le compte du président, par simple curiosité...

En matière de protection des données, HSBC a subi au moins deux déconvenues.

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel semblait avoir découvert à cette occasion les risques planant sur les données numériques. Lors d'une conférence de presse, il avait évoqué le travail du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) sur la protection des données personnelles.

En matière de protection des données, HSBC a subi au moins deux déconvenues. Après avoir perdu un disque, expédié par la poste, un serveur hébergeant les données de 159 000 clients était égaré à son tour durant une phase de transport.

 

Articles liés

 Un piratage à l'origine du scandale de la Société Générale ?

 Sarkozy a l'œil sur ses comptes

 

Trader