La rétrospective sécurité de 2008 Le piratage chinois effraie toujours

2007 avait été marquée par plusieurs affaires de piratages informatiques imputés aux autorités chinoises, notamment en matière d'espionnage industriel.

Les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et même la France avaient ainsi fait état d'intrusions dans leurs systèmes ou au sein de certaines de leurs industries, pointant du doigt la Chine.

Plusieurs autres cas ont surgi ou ressurgi au cours de l'année. Ainsi l'intrusion au Pentagone, pourtant datée de 2007, a refait parler d'elle en mars. Si à l'origine, les Etats-Unis se sont gardé de désigner un coupable, ils ont cette fois laissé filtrer des informations.

En effet, une enquête interne soupçonne très fortement la Peoples' Liberation Army, les militaires chinois. Pendant près de deux mois, ils auraient acheminé des virus vers le Pentagone, contraignant celui-ci à couper sa messagerie électronique. En juin, ce sont des ordinateurs du Congrès qui ont été piratés, selon les autorités américaines, par des pirates obéissant au régime chinois.

Hyundai Heavy Industries a été la cible d'une intrusion

Plus récemment, Hyundai Heavy Industries, une société sud-coréenne de l'armement, était la cible d'une intrusion sur son réseau informatique. Des données auraient vraisemblablement été exfiltrées, dont des plans confidentiels de navires de guerre. Plus prudents, les politiques du pays ont préféré désigner deux coupables : la Corée du Nord et la Chine.

 

Articles liés

 Piratage des emails de la Maison Blanche

 Alerte au spyware chinois au Congrès américain

 Cyber-espionnage : quand le monde espionne le monde

Autour du même sujet