Conficker attend son heure pour ressusciter

Le virus Conficker serait toujours en sommeil dans plusieurs millions de PC dans le monde. Le Conficker Working Group met à disposition des outils de détection et d'éradication.

Identifié en novembre 2008, le virus Downadup/Conficker  est parvenu à infecter près de 10 millions de PC dans le monde en moins de 3 mois. Une infection qui n'avait d'ailleurs pas manqué de frapper les entreprises françaises, et pas les plus petites (lire notre interview).

Mais alors que sa variante C, censée se propager sur un nombre encore plus important de machines au 1er avril 2009 a en partie été neutralisée, un risque subsiste toujours pour les machines encore infectées par les premières variantes. Et elles seraient beaucoup plus nombreuses qu'on pourrait le penser.

Ainsi, selon les derniers chiffres de l'éditeur de sécurité Symantec, 6,5 millions de PC seraient toujours porteurs du virus Conficker dans ses variantes A et B, contre moins de 200 000 machines infectées par la variante C et D du virus.  

Mettre à jour l'antivirus, l'OS et les applications constitue un moyen de protection efficace

Si aucune action d'envergure de prise de contrôle à distance de cette armée de PC zombis potentiels n'a pour le moment été détectée, la date anniversaire du 1er avril pourrait bien donner des idées aux concepteurs de Conficker.

Pour protéger les utilisateurs et empêcher une telle éventualité, le Conficker Working Group auquel participent une trentaine d'acteurs de la sécurité (Kaspersky, Mc Afee, Trend Micro, Symantec...) mais également l'ICANN a pris les devants. Ils ont mis en ligne des outils complémentaires de détection et d'éradication du virus.

Certaines actions simples permettent de se prémunir de toute prise de contrôle du PC. Parmi elles, on retiendra l'application fréquente des mises à jour de son logiciel de sécurité mais également de son OS et de toutes les applications et extensions présentes sur le poste de travail (dont le navigateur Web).

Virus