Les autorités US ont la main sur les données Cloud

Microsoft a admis que les lois américaines permettent aux autorités d'accéder aux données traitées par son Cloud Azure en Europe. Mais c'est le cas de tous les opérateurs de Cloud américains.

Lors du lancement officiel d'Office 365, le directeur général de Microsoft au Royaume-Uni, Gordon Frazer a pour la première fois publiquement admis que les données des Clouds, comme Azure, où qu'elles soient dans le monde, n'étaient pas protégées contre le Patriot Act américain. Gordon Frazer a expliqué que, comme Microsoft est une société américaine, elle doit se conformer aux lois locales, aux Etats-Unis ainsi que tout autre endroit où ses filiales sont installées

En outre, Gordon Frazer mais n'a pu garantir que les clients seraient toujours informés. Toutes les données hébergées, stockées ou traités par une entreprise américaine ou détenue par une société américaine, sont ainsi vulnérables aux interceptions et inspections des autorités américaines. 

Un document officiel publié sur le Trust Center de Microsoft confirme les déclarations de Frazer, mais laisse aussi supposé que cela que les autorisations ne sont pas uniquement liées au Patriot Act : "Dans un nombre limité de circonstances", Microsoft y indique en effet "pouvoir, sans le consentement préalable de ses clients, avoir besoin de divulguer leurs données,  entre autres pour satisfaire des exigences légales, pour protéger des droits ou les propriétés de Microsoft ou d'autres personnes."

Microsoft / Juridique