Facebook Graph Search : de nouveaux leviers de référencement ?

Facebook a laissé entrevoir les pistes à explorer pour optimiser la visibilité des sites web sur le moteur qu'il vient de lancer. Au moins trois leviers sont apparus, bien distincts de ceux utilisés pour se positionner sur le moteur de Google.

Après l'optimisation pour les moteurs de recherche, ou SEO (Search Engine Optimization), le "FSEO", pour Facebook Search Engine Optimization ? Le lancement du moteur de recherche du réseau social invite en effet d'ores et déjà à penser aux leviers à actionner pour pouvoir en bénéficier le plus possible.

Facebook a déjà fourni quelques détails sur le fonctionnement de son moteur, et même donné plusieurs pistes d'optimisation. A partir de ces éléments, il est possible de deviner au moins trois leviers majeurs à actionner.

 Chasser encore plus les likes. Les résultats du moteur seront basés sur ce que les amis ou les pages auront créé, partagé et surtout aimé. Les likes devront ainsi voir leur utilité rehaussée, voire renouvelée,  car ils permettront d'obtenir une nouvelle visibilité dans les résultats du moteur de recherche de Facebook. En somme, les likes seront un peu au Graph Search, ce que les backlinks sont au moteur de Google.

Pour bien actionner ce levier, François Sutter, spécialiste du SMO au sein de l'agence Modedemploi, conseille par exemple, dans le cas d'un e-commerçant, d'offrir une réduction à ceux qui aiment la page. "Il faut calculer le ROI réel de ce type d'incitation à l'engagement, mais cela pourra sans doute parfois être plus intéressant qu'AdWords" compare-t-il. Il conseille également de mettre les boutons likes le plus souvent possible, dans les newsletters, les fiches produits, etc.

 Bien remplir tous les champs des pages. Facebook conseille explicitement de soigner le nom, la catégorie, les URL personnalisées (ou "vanity URL") ainsi que "toutes les informations que vous partagez dans la partie 'A propos'. "Cela pourra aider les internautes à vous trouver grâce à notre moteur", explique le réseau social. L'adresse doit aussi évidemment être scrupuleusement bien remplie, pour les mêmes raisons. "C'est un peu comme pour les vidéos sur YouTube, il ne suffit pas de les uploader pour qu'elles soient référencées de manière optimale. Il faut bien remplir et optimiser tous les champs, le titre, la description, etc.", compare là encore François Sutter.

  Bien exploiter tout le potentiel de l'Open Graph. Facebook n'a pas abordé le sujet en profondeur, mais plusieurs signes montrent que c'est une piste d'optimisation à ne pas négliger. "Nous commençons avec un focus sur les personnes, les photos, les lieux et les intérêts, mais nous sommes déjà en train de penser à incorporer les posts et les actions de l'Open Graph ", a discrètement annoncé Lars Eilstrup Rasmussen, responsable de l'ingénierie chez Facebook.

Rien n'empêche donc d'imaginer dans un avenir proche un moteur qui incite à chercher ce que les amis ont écouté, lu, acheté ou voulu, etc. Là encore, les façons de bien exploiter tout le potentiel de l'Open Graph sont déjà connues, mais l'attractivité de ces techniques vient d'être renforcée. "Cela passe aussi par un bon balisage sur les sites Web, et la maîtrise des métadonnées, y compris pour les sites d'e-commerce et leurs fiches produits", précise François Sutter.

Google / Facebook