A Monaco, l'opérateur historique règne en maître

Aux côtés de quelques groupes étrangers, une trentaine d'acteurs locaux se partagent un marché sur lequel Monaco Telecom demeure l'acteur de référence. L'entreprise a été privatisée en 1997.

D'une superficie de 2 km2, Monaco est le plus petit pays du monde derrière le Vatican. Avec 32 543 habitants (chiffre de 2006), la principauté qui compte 40 000 emplois tire la plupart de ses revenus de l'industrie, du commerce, du tourisme et de l'immobilier. Son PIB s'élève à 3,441 milliards d'euros (49 900 par habitants).

Une économie florissante qui a permis au secteur informatique du rocher de se développer. Monaco compte une trentaine d'entreprises dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Principalement des sociétés de services informatiques intervenant pour les groupes installés sur place.

Ces prestataires tirent leur revenu des secteurs qui ont fait la richesse et la renommée du pays : le tourisme et l'hôtellerie d'abord, dont le principal acteur n'est autre que la Société des Bains de Mer, entreprise fondée par la famille princière et qui est chargée d'administrer la plupart des établissement de loisirs (dont le fameux casino).

Autre secteur phare, source de croissance pour les TIC : le secteur bancaire dont la renommée s'est construite autour d'un régime fiscal avantageux (avec notamment le Crédit Foncier de Monaco, la Compagnie Monégasque de Banque et le Crédit Mobilier de Monaco).

Enfin, l'immobilier représente la troisième activité la plus lucrative. Un terrain dominé par quelques sociétés, comme Pastor, Bertuli ou Smetra. C'est donc autour de ce microcosme que le secteur informatique et télécoms monégasque s'est structuré.

Pour promouvoir leur positionnement, les acteurs des nouvelles technologies se sont regroupés au sein de la Chambre Monégasque des NTIC. Une organisation patronale qui a pour objectif de favoriser l'échange de retours d'expérience entre ses membres, tout en contribuant à la sensibilisation des entreprises locales à l'apport des solutions logicielles et réseau. 

Monaco Telecom développe son activité en Afrique et en Europe de l'Est

La chambre a par ailleurs élaboré un plan de promotion des PME innovantes. Pour ce faire, elle développe des actions de lobbying auprès des décideurs, et dispose d'une structure d'accompagnement des entrepreneurs.

Parmi les principaux acteurs monégasques des NTIC, Monaco Telecom est sans nul doute le plus emblématiques. Fort de 214 millions d'euros de chiffre d'affaires, cette société est née en 1997 de la volonté du gouvernement de faire évoluer l'Office Monégasque des Téléphones, service administratif, vers une structure privée.

Désormais détenue par Cable & Wireless (à 49%), la Société Nationale de Financement (45%), dont l'état monégasque est l'actionnaire à 100%, et par la Compagnie Monégasque de Banque (6%), elle se positionne aujourd'hui comme un opérateur global de télécommunications.

Principalement centré sur les activités de téléphonie fixe, téléphonie mobile, télévision et Internet haut débit, Monaco Telecom développe également des offres dédiées aux entreprises. Le groupe est présent en Europe de l'est, ainsi qu'en Afrique - notamment via des investissements dans Connecteo et Divona, et le développement d'une offre de transit par satellite (VSAT).

Parmi ses filiales, l'opérateur affiche une importante entité de services aux entreprises. Baptisée Nice Interactive, elle intervient dans le développement et l'intégration de systèmes (intranet, Web, etc.), l'hébergement et l'infogérance, ainsi que les plates-formes vocales interactives. Mais Monaco Telecom est également présent sur le front des centres d'appels, au travers d'une entité baptisée eCall.

Parmi les domaines d'expertise qui font sa renommée figure le  Wimax, dans lequel le groupe présente quelques projets originaux - notamment le déploiement de cette technologie sur la principauté (en vue de supporter une offre de services haut débit), et son utilisation en mer. Autre champ d'intervention : celui de l'embarqué. Sur ce terrain, la société a notamment signé un contrat avec OnAir, consortium créé par Airbus et SITA dans le but d'offrir un service de téléphonie mobile aux passagers aériens. 

Difficile d'évoquer Monaco sans rappeler enfin que la principauté est également connue pour ses événements professionnels. Dans l'univers des nouvelles technologies, le plus connu d'entre eux n'est autre qu'Imagina : le salon européen des technologies d'imagerie 3D. Monaco accueille également tous les ans les Assises de la sécurité et des systèmes d'information (lire le reportage du 16/10/2007 : Assises de la Sécurité : coopération et discrétion).

Autour du même sujet