Plus de 566 milliards d'objets stockés dans le Cloud d'Amazon

Amazon Web Services en 2011 Nombre de requêtes encaissées, de datacenters dans le monde, de clients de son CDN... Amazon Web Services affiche des indicateurs en nette hausse.

Amazon a un peu levé le voile sur son nuage. Très secret sur les coûts de fonctionnement de son Amazon Web Services, sur le détail des ressources utilisées et sur le nombre de clients, le géant du Cloud Computing public a néanmoins laissé filtrer quelques informations sur sa croissance en 2011.

Elles donnent le vertige - c'est d'ailleurs certainement la raison pour laquelle elles ont été diffusées. Ainsi, en 2011, Amazon a indiqué avoir ajouté, en moyenne chaque jour, la même quantité de ressources, en termes de capacité de traitement, qu'il fallait pour faire fonctionner le site d'e-commerce qu'était Amazon en 2000.

 

Folle croissance des objets stockés dans Amazon S3

 

Et si Amazon ne souhaite toujours pas communiquer le nombre de clients de son Elastic Compute Cloud (EC2), le géant a été beaucoup plus disert sur son service de stockage en ligne S3. Le groupe a en effet révélé le nombre d'objets stockés depuis 2006.

Ainsi, fin 2010, 262 milliards d'objets étaient stockés dans le Cloud d'Amazon. Fin 2011, il y en avait 566 milliards. Globalement, chaque année, depuis la création du service, leur nombre a au moins été multiplié par deux.

A noter cependant qu'Amazon a récemment annoncé qu'une option allait permettre de suprimer certains objets stockés, ce qui pourrait freiner cette spectaculaire croissance.

 

Quant aux requêtes, les pics dépasseraient 350 000 par seconde, selon Amazon. Il y a deux ans, le service encaissait 70 000 requêtes par seconde. Amazon garde en revanche totalement secret le nombre de serveurs qu'il faut pour faire tourner ce service de stockage en ligne.

 

Les datacenters d'Amazon Web Services

 

Les localisations des datacenters d'Amazon Web Services sont en revanche plus ou moins précisément connues.

L'année 2011 a d'ailleurs été riche en annonces de nouveaux centres de données, avec l'ouverture d'un datacenter à Tokyo, suivie d'un autre, très sécurisé, pour le gouvernement américain, puis d'un autre aux tarifs plus agressifs, situé dans l'Oregon. Enfin, mi-décembre, Amazon a fièrement ouvert son premier datacenter en Amérique du Sud, au Brésil. Ce qui a permis au géant d'annoncer avoir doublé le nombre de ses datacenters.

Avant l'année 2011, Amazon disposait en effet déjà de datacenters en Californie (pour la Cote Ouest des Etats-Unis), en Virginie (pour la Cote Est), à Singapour (pour l'Asie) et à Dublin (pour l'Europe).

 

Quel chiffre d'affaires pour AWS ?

 

Quant aux clients d'AWS, Amazon a seulement indiqué avoir fourni, en 2011, ses services Cloud à 100 administrations américaines. Mais, la population d'utilisateurs du service de diffusion de contenu (CDN) d'Amazon CloudFront (sur laquelle le groupe a communiqué), qui donne une idée du nombre de clients utilisant de manière considérable les services Cloud du fournisseur, a également doublé en 2011, pour atteindre 20 000.

 

Reste un autre secret jalousement gardé : les chiffre d'affaires réalisé par les services Cloud d'Amazon, qui ne figurent pas tels quels dans les comptes du géant.

Le géant indique précisément ses ventes de livres et de matériel high tech, et affiche une catégorie "autres" dans ses comptes publics. C'est dans cette catégorie que se rangent ses activités de Cloud, aux côtés de bien d'autres offres. Dans les neuf premiers mois de 2011, cette "autre" catégorie a affiché un chiffre d'affaire de 1,08 milliard de dollars. Un chiffre en progression de 70%, mais qui représente moins de 4% du chiffre d'affaires total d'Amazon.

Amazon / Cloud computing