Flexico déplace son infrastructure et sa téléphonie chez son hébergeur

La réorganisation du système d'information de l'entreprise française a eu plusieurs conséquences : virtualisation, homogénéisation, mais surtout migration massive chez son hébergeur.

Flexico, dont le siège se situe dans le département de l'Oise, emploie 600 personnes en Europe, avec une présence forte en Allemagne, en Suisse, au Royaume-Uni et bien sûr en France. Son activité principale porte sur la fabrication de sac et de sachet plastique, à destination du grand public, du secteur de la santé ou encore de l'automobile.

"En 2007, Flexico avait un vrai problème : les systèmes réseaux et serveurs étaient vieillissants, et très hétérogènes. Nous avions des lignes RNIS avec l'Allemagne, des lignes louées vers la Suisse, une téléphonie Ericsson. Nous avions aussi une trentaine de serveurs physiques hétérogènes également. Les multiples acquisitions de l'entreprise avaient amené à cette situation", explique Christian Olié, le Directeur des Systèmes d'Information du Groupe Flexico.

La DSI se fixe comme objectif d'homogénéiser et de sécuriser le SI. Dans le même temps, un ERP de Microsoft est déployé dans l'entreprise, avec le besoin de pouvoir y accéder depuis l'ensemble des sites du groupe. "Les débits télécoms n'étaient pas suffisants", précise Christian Olié. "Historiquement, nous travaillions avec France Telecom. Nous avons donc tout mis à plat. France Telecom a fait une offre d'homogénéisation de l'existant, mais pas plus. Nous avons alors contacté différentes sociétés, dont Colt. Je les ai rencontrés fin 2007. Je suis venu avec des idées préconçues et ils ont remis en cause le modèle. Notre vision était très centralisée sur le siège de l'entreprise, avec l'objectif de sécurité. Colt m'a contredit, et ils ont fait une proposition."

Concentrer le système d'information de Flexico chez Colt.

L'idée de Colt est de concentrer le système d'information de Flexico chez eux, avec le centre de données hébergé chez Colt.

Flexico s'engage donc sur un chantier de migration de son système d'information, mais va au-delà. "Nous sommes passés sur une plate-forme VMware pour la production, avec une trentaine de machines virtuelles sous 6 serveurs ESX avec des SAN. Nous sommes également passés en full Citrix pour la virtualisation applicative, avec des clients légers", mentionne Christian Olié.

Seconde étape du chantier, en 2008, la téléphonie. "Pour la téléphonie, nous avions une infrastructure qui se prêtait mal au tout IP, il fallait tout re câbler. Nous sommes donc passés par un opérateur PABX pour utiliser le réseau Colt mais sans avoir à re câbler. Nous sommes donc passés par des IPBX reliés en SIP pour l'extérieur et l'inter site, nous avons conservés l'analogique sur les sites en interne", explique Christian Olié.

Les gains sur la téléphonie sont immédiats. "Pour moi, le ROI était déjà positionné quand j'ai challengé Colt au départ du projet. Je savais que la téléphonie serait le gain le plus important. Colt nous apporte par ailleurs toute la sécurité et la redondance dont nous avons besoin", se félicite le DSI de Flexico.

"Colt nous loue les serveurs et les maintiens pour nous. Ils effectuent en plus la gestion du firewall et la supervision des switchs sur le Datacenter. Nous gardons la main sur la gestion de la virtualisation, mais à terme, dans les deux ans, je souhaite également que nous puissions louer les machines virtuelles", ajoute le responsable.

Côté qualité, le DSI est également satisfait : "Je n'ai quasiment aucune panne. Avec France Telecom, j'avais bien plus de soucis. Avec Colt, j'ai eu juste deux petits soucis en deux ans", conclut Christian Olié.

Serveurs / Virtualisation