Chrome OS : les pros n'ont pas été oubliés par Google

Le système d'exploitation en mode Cloud de Google a enfin été dévoilé. Un accord avec Citrix permet l'accès à distance à des applications de bureautique ou encore SAP.

Après 18 mois d'attente, Google s'est enfin décidé à dévoiler Chrome OS, son système d'exploitation mobile en mode Cloud.

Présenté à San Francsico lors d'un évènement orchestré par le P-DG de Google, Eric Schmidt, épaulé pour l'occasion de Linus Upson (VP de la division ingénierie) et Sundar Pichai (VP responsable des produits), Chrome OS était bien accompagné.

Le système d'exploitation, entièrement en ligne, s'est en effet offert une sortie accompagnée d'un netbook spécialement conçu pour lui. Et dont seules quelques caractéristiques ont cependant filtré : écran 12,1 pouces, Wi-Fi 802.11n, webcam, autonomie de 8 heures en activité et de 8 jours en veille.

Mais également une connectivité 3G pour palier le risque d'une interruption de connexion Internet. Dans ce scénario, Google a tout prévu, car les applications Web qui tourneront sous Chrome OS pourront également fonctionner hors-ligne grâce au cache d'HTML5. Sachant que la synchronisation vers les serveurs Web de Google s'effectuera ensuite lors d'une reprise de la connexion Internet.

Google a annoncé que son OS serait le plus sécurisé du marché

Outre un accès continu aux applications et services Web, Google a également pensé aux professionnels par le biais d'un partenariat conclu avec Citrix. Ainsi, via le client léger de virtualisation Citrix Receiver, il sera possible d'accéder à des applications professionnelles distantes. Pour le moment de la bureautique (Excel) et des applicatifs SAP sont annoncés, sans toutefois plus de précisions.

Google a également annoncé Chrome OS comme étant l'un des systèmes d'exploitation les plus sécurisés. A ce titre, Google a mis au point un système de mises à jour automatiques ainsi qu'un boot de démarrage particulier appelé Verified Boot capability. Et qui permet, via un code d'amorçage chargé depuis un composant de mémoire morte (ROM), de s'assurer que le système n'est pas corrompu.

Par ailleurs, chaque application Web s'ouvrira dans un onglet indépendant permettant de garantir sa bonne exécution et de ne pas interférer avec les autres onglets ouverts en cas de dysfonctionnements.

Google annonce également que chaque utilisateur disposera gratuitement de 100 Mbits d'échange de données 3G par mois, avec possibilité d'étendre ce volume en fonction des besoins. Par exemple, il est possible aux Etats-Unis d'opter pour un volume d'échange illimité pour un jour auprès de Verizon qui facturera (tout de même) le service 9,99 dollars. 

Loin d'être à ce jour finalisé, Chrome OS devrait encore réserver bon nombre de surprises jusqu'à sa sortie définitive. Une sortie prévue en milieu d'année prochaine sur des configurations de netbooks proposées, dans un premier temps, par Acer et Samsung.

Serveurs / Google