Facebook lève le voile sur son datacenter vert

Avec son projet Open Compute, le géant du réseau social a mis en place une nouvelle génération de serveurs à l'efficacité énergétique décuplée. Intel, HP et Dell font partie de ses partenaires technologiques.

Créé en 2004, le réseau social Facebook a dépassé les 500 millions d'utilisateurs à l'été 2010. Jusqu'à présent très discrète sur les ressources informatiques utilisées pour répondre aux besoins de son activité (capacité de stockage, nombre de serveurs utilisés...), l'entreprise a fini par changer son fusil d'épaule. Pour la bonne cause.

Cela fait plus d'un an que le réseau social s'est penché sur les spécificités d'un datacenter optimisé énergétiquement. En février 2010, Facebook avait déjà été amené à mettre en place la technologie HipHop for PHP pour réduire la consommation de ses ressources processeurs.


Mais aujourd'hui, le réseau social va plus loin avec la concrétisation de son projet Open Compute. Facebook lève le voile sur une nouvelle génération de salles serveurs vertes, à la consommation énergétique optimisée et ne nécessitant pas d'air conditionné pour fonctionner.

"Ces serveurs sont 38% plus efficaces que les précédents et 24% moins chers" (Johathan Heiliger - Facebook)

Les objectifs du projet Open Compute ? Il vise à optimiser et réduire la consommation énergétique des centres de données, par le biais notamment de techniques de refroidissement plus efficaces, notamment en se passant de refroidissement par climatisation.


Un objectif rendu possible grâce à une meilleure conception du parc matériel : c'est la démarche d'éco-conception. Apparue historiquement dans le domaine du bâtiment, l'éco-conception se répand depuis 5 ans à l'industrie informatique.

"Ces serveurs sont 38% plus efficaces que les précédents que nous avons achetés [...] et leur coût est 24% inférieur à ceux du marché", a fait savoir pour l'occasion Johathan Heiliger, vice président en charge des technologies chez Facebook.


Enjoignant les acteurs de l'industrie informatique et toutes les entreprises à suivre son exemple, le patron de Facebook Mark Zuckerberg a également livré d'autres précisions. Ainsi, on a pu apprendre que le datacenter de Prineville bénéficie d'une efficacité énergétique (Power Usage Effectiveness) de 1,07 contre 1,5 pour la moyenne du secteur.

Les nouveaux serveurs de Facebook utilisés dans le cadre de son projet Open Compute sont plus minces que des racks de type 1U et plus légers (de l'ordre de 6 kilos). Pour l'aider dans son projet de datacenter vert, Facebook s'est appuyé sur les poids-lourds du secteur, au premier rang desquels AMD, Intel, Quanta mais également avec Dell, HP, Rackspace, Skype et Zynga.

Serveurs / Facebook